.


Forum RPG multivers, plusieurs jeux de rôle sur 1 seul forum. Venez jouer dans des univers différents avec un seul compte sur le forum.
 

Partagez | 
 

 [Jour 04] Le calme avant la tempête...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
MessageSujet: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Mer 15 Oct 2014 - 12:59

Jules ouvrit un œil. La lumière du jour qui se glissait entre les volets éclairait la petite chambre. Il se leva précipitamment et lança un regard furtif dans la ruelle. Pas de mouvement. Cela faisait deux nuits qu'il avait passé dans cet hôtel sordide et il savait qu'il n'avait plus les moyens d'attendre davantage. Malgré l'état de délabrement de l'établissement, sa bourse l'avait limité à deux nuitées. D'ailleurs, il n'avait presque pas dormi. Les événements de Versailles tournaient en boucle dans sa tête et il ne pouvait pas oublier la promesse de la dame au fort accent. Elle le retrouverait. Seulement, il avait la quasi-certitude qu'elle n'était pas la seule à le rechercher. Elle avait forcément été désignée suspecte numéro un et Jules avait été vu en sa présence. Et avec le nombre considérable de photographes sur les lieux, la police, les élyriens ou les deux étaient très probablement en mesure de le reconnaître.

Ainsi, Jules n'avait pas d'autre choix que de se terrer. Depuis plus de vingt-quatre heures, il n'avait pas mis le pied en dehors de sa chambre. Il ne fallait pas qu'il croise qui que ce soit. Il ignorait même si un avis de recherche avait été lancé, il n'avait pas accès à la télévision ou aux journaux. Du coup, il était tiraillé par cette désagréable sensation de n'avoir aucune idée de quoi demain sera fait. Peut-être qu'il aurait pu trouver cette situation trépidante... s'il avait eu la confirmation que la mystérieuse femme pouvait lui apporter une quelconque aide. Mais pour l'instant, il était toujours seul. L'hybride commença à rassembler le peu d'affaires qu'il avait en sa possession. Il devait quitter les lieux à neuf heures pétantes et un retard pourrait le faire remarquer...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Mer 15 Oct 2014 - 17:32

Après un détour pour rendre Chapka à ses maîtres, Sébastien ne rentra pas immédiatement chez lui. Il avait prévenu ses proches qu'il était sain et sauf et rentrerait plus tard.
Il se rendit au journal, la tête encore un peu douloureuse mais les idées en place, c'est à dire qu'il se rendait compte qu'un attentat gravissime avait eu lieu, sur lequel il ne savait rien. Il n'avait même pas d'opinion sur le fait que, sous le choc, il ait  fui les lieux remplis de police et d'ambulances. Quitter le lieu d'un  événement aussi important auquel il se trouvait mêlé ! Ou bien c'était la faute professionnelle caractérisée dont il rougirait pour longtemps, ou bien il avait eu raison de ne pas se faire remarquer en tant que témoin du premier rang. En attendant qu'on le convoque,  il restait libre de ses mouvements et de ses dires.  Il voulait exécuter immédiatement les décisions qu'il venait de prendre durant le trajet. Elles étaient graves.
Il sentait d'ailleurs depuis un certain temps qu'il suivait des courants de pensée qui l'éloignaient du Sébastien, éternel convalescent, pris en charge, materné, fragilisé par toutes les attentions dont ses femmes l'entouraient à la moindre contrariété risquant de  faire revenir ses idées noires.En fait, depuis l'arrivée des Elyriens, il n'était plus le même et après ce qu'il venait de vivre, il savait que sa vie venait de basculer et il entendait se prendre en main.
Evidemment, l'interview d'Adam serait au moins ajournée, mais maintenant, il s'en moquait.  Première décision : Fini le fiston de Papa . D'abord, il allait laisser tomber la particule. Il signerait Neuville. Et d'ailleurs il prendrait des pseudos pour être plus indépendant. C'est important, un nom. Un petit résumé de soi. Il s'était aperçu que même avec Lorie, il avait maintenanant tendance à moins employer ce surnom   et il pensait de plus en plus à elle sous son vrai prénom : Liselor. Lorie, c'était sa copine, Liselor, c'était sa compagne, une femme bien . Liselor et Sébastien, c'était un couple, son couple. Liselor méritait mieux qu'un ado prolongé, enfant gâté, enfant sauvé,enfant chéri, mais enfant de vingt cinq ans qui trouvait malin de se tondre la boule à zéro rien que pour lui faire pousser les hauts cris.

Au journal, on ne parlait que de l'attentat. On se jeta sur lui pour avoir des nouvelles de première main . Le communiqué officiel donnait l'identité des victimes, le nombre de blessés légers dus à la bousculade et aux débris de maçonnerie projetés par la bombe. Ethan Deloir était lui gravement touché. On parlait de lui comme d'un héros, mais demeurait le mystère de son intervention. Qu'avait-il vu ? Que savait-il sur cette bombe. Qui l'avait alerté ?
Sébastien avec sa bosse au milieu du front, n'avait rien d'héroïque, mais il se sentait surexcité et savait qu'il n'oublierait jamais le choc reçu, tant physique qu'émotionnel. Tous ceux qui avaient vécu de pareilles scènes, même s'ils n'avaient pas subi de dommages physiques sérieux, en restaient marqués à jamais, c'était une constante des études faites sur les témoins des attentats.
Il sentait bien qu'on le regardait avec curiosité et compassion  et aussi une vague envie de sa chance d'avoir été si près de l'actualité et de s'en tirer à si bon compte. On le poussa au bar, pour prendre un café. Une collègue lui désinfecta sa bosse, au cas où... et lui posa un carré de sparadrap totalement inutile.
Il lui semblait se dédoubler : Seb, animé, content qu'on l'entoure, qu'on le trouve intéressant, que les filles le plaignent gentiment...Et puis, un autre au fond de lui-même, calme et résolu, sériant l'ordre de ses priorités, choisissant ce qui allait être désormais sa vie, sa vie à lui, Neuville, une vie nouvelle où il ne se demanderait pas pourquoi il devait se lever le matin.
Maud, la secrétaire, vint elle-même le chercher. Martin était dans son bureau et l'attendait. Sébastien la suivit tandis que ses collègues se groupaient autour de la télévision où le premier ministre allait prononcer une allocution.
Au moment de se diriger vers le bureau directorial, il aperçut deux hommes en pardessus sombre qui entraient dans la salle et il n'eut pas  besoin de la remarque de son voisin  -Tiens, voilà des flics ! Seb, je crois que c'est pour toi - pour se précipiter derrière Maud et  franchir la porte  du couloir menant à la Direction.
Une heure plus tard, il se retrouva dehors. Martin l'avait fait sortir par l'issue privée et se chargeait de prévenir les policiers que le journaliste répondrait sans faute à leurs questions dès le lendemain mais qu'il était parti chez son médecin, ne se sentant pas très bien.
Ce n'était qu'un demi mensonge. Sébastien était en effet un peu abasourdi mais plus par les décisions qu'il venait de prendre que par sa rencontre brutale avec une plomberie du Roi Soleil.

Il avait donné sa démission à Martin, qui l'avait acceptée. Il travaillerait désormais en freelance mais resterait en contact avec son ancien patron, soit comme envoyé spécial, soit pour d'éventuels articles d'investigation pouvant intéresser les lecteurs du journal populaire. Le tout dans la perspective d'étudier l'impact de la présence élyrienne sur les Terriens. Il avait déjà parlé de ce projet à Martin qui se félicita même d'avoir un journaliste indépendant, à l'entregent indéniable, qui pourrait lui apporter des renseignements inédits tout en laissant le journal en dehors des conflits pro et anti-élyriens ..
Et surtout, il avait pris la décision de se consacrer à démasquer le double jeu de la Délégation élyrienne. Car s'il ne savait pas exactement le rôle d'Adam dans l'attentat, il avait vu sa totale absence de compassion devant la mort des ministres puis des deux civils abattus par cette autre extra terrestre volatilisée . Tous ces événements n'avaient pour l'instant aucune explication. Certains étaient même franchement contradictoires. Mais Seb en était sûr.  Adam se moquait totalement de la vie des humains. Pas un frémissement, pas un geste digne, aucune expression d'une sympathie quelconque. Il était juste parti.
Sébastien allait faire son enquête.  Depuis le début, rien ne fonctionnait  selon les règles de la raison. Tout le monde agissait comme si  Adam avait vidé les responsables humains de toute méfiance, de toute initiative . Des décisions grotesques avaient été prises, comme la présence du Président de la République à bord du vaisseau élyrien. Incroyable.. La Sécurité  prenait plus de précautions pour une visite privée du président à bord d'un yacht de plaisance.  
Il fallait alerter l'opinion et les institutions non touchées par cette passivité inepte des politiques.Il fallait agir. Mais  Neuville ne voulait pas participer à un terrorisme aveugle, si l'attentat émanait au moins partiellement de l'opposition à Adam. Qui pouvait penser sérieusement à une provocation élyrienne pour la bombe ? Juste pour donner à Deloir l'occasion de l'empêcher d'exploser ?
Le Ministre de la culture était un homme fin et brillant, spécialiste de l'Orient antique. La main qui avait versé le poison était une main criminelle. Celle qui avait posé la bombe l'était tout autant. Un point, c'est tout.
Il allait chercher le moyen d'aider vigoureusement à ce que les Elyriens se cantonnent à leur rôle d'aimables ambassadeurs et repartent dans leurs soucoupes en laissant les Terriens se débrouiller  seuls ou alors qu'ils agissent en diplomates et non en visiteurs paternalistes qui s'installent dans votre fauteuil pour vous promettre de l'aide.
Il lui fallait des alliés. Il allait rechercher tous les endroits où auraient lieu des manifestations d'opposants et nouer des contacts avec ceux qui lui paraîtraient avoir plus qu'un petit pois dans la tête et un caillou à la place du coeur. Il avait demandé à Martin de le prévenir sitôt que des manifs seraient signalées, en taisant bien sûr le véritable motif de son enquête, officiellement purement informative. Des faits, non des opinions. En échange, il lui donnerait dès demain deux articles : un petit compte rendu du Dogshow pour la rubrique  Potins Mondains, lues essentiellement par les mères au foyer et les clientes des salons de coiffure bas de gamme. Et puis l'article attendu:

« L'Horreur s'habille en Kenzo ! ».

et il attendrait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Upsilon
Gardien d'une porte

Mes Personnages

Date d'inscription : 24/08/2014
Messages : 322

MessageSujet: Re: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Mer 15 Oct 2014 - 19:04

L'attentat avait eu lieu l'avant-veille. AP, AFP, Reuters, Bloomberg LP, TASS, MTI... dans l'heure, les agences de presse du monde relayaient l'information. Puis le lendemain, aux premières heures du jour, lorsque les journaux furent enfin disponibles et que les journaux radio du matin passait sur les ondes, les premières émeutes et manifestations commencèrent. Partout dans le monde, la nouvelle avait provoqué une vague de contestation, d'opposition aux Elyriens. Certains réclamaient plus d'information sur les raisons qui ont poussé l'ONU à accepter leur présence sur Terre. D'autres exigeaient le départ imminent des "envahisseurs", des "extraterrestres monstrueux". L'un comme l'autre, les manifestations étaient l’œuvre de la Voix de la Liberté. Des manifestations plus pacifistes eurent lieu, afin de rendre hommages aux victimes. Les regroupements en faveur des Elyriens, se faisant appeler les "Amis d'au-delà des Étoiles", étaient bien rares. Puis chaque fois qu'ils se rassemblaient, ils étaient vite dispersés par les anti-Elyriens.

Deux jours après les attentats, le calme n'était pas revenu dans les rues. La police, même l'armée, fut mobilisée et tentait comme elle pouvait de contenir les foules.
En France, le Président prit la décision de déclencher l'état d'urgence, le régime exceptionnel organisé par la loi du 3 avril 1955, sur tout le territoire, en raison du péril imminent résultant d'atteintes graves à l'ordre public, et à l'attentat qui présente, par sa nature et sa gravité, un caractère de calamité publique.

Les conséquences étaient nombreuses : des préfets mettaient en place des couvres-feu, le ministre de l'Intérieur et les préfets pouvaient ordonner des perquisitions à domicile de jour et de nuit, prendre n'importe quelle mesure pour assurer le contrôle de la presse et de la radio, interdire et repousser les réunions de nature à provoquer ou à entretenir le désordre et pouvant être dangereuse pour pour la sécurité et l'ordre publics.

Pour les Zassagoriens et La Voix de la Liberté, tout cela était pour eux un signe que leur plan fonctionnait. Le sentiment d'oppression résultant de l'état d'urgence allié à la peur des Elyriens suite à l'attentat allaient pousser les humains à davantage d'hostilité à l'égard de la Délégation. Upsilon et son père s'en délectaient. Mais il ne se reposaient pas sur leurs lauriers. Il était temps pour eux de passer à la suite du plan : continuer à répondre la peur du méchant Elyrien et se lier à l'hybride.

Upsilon avait parcouru tout Paris à la recherche de la "Trace". Le premier jour de recherche fut infructueux. Mais le surlendemain de l'attentat, elle avait ressenti la présence de Jules dans le 20ème arrondissement. Il lui fallut encore quelques heures pour le localiser précisément. Puis quand elle fut certaine de sa position, malgré la fatigue résultant de ses recherches, mêmes nocturnes, elle programma son Déphaseur portatif afin de se télétransporter à l'intérieur même de la chambre de Jules. Celui-ci bouclait sa valise. Elle se trouvait derrière lui, dans un coin de la chambre.


- Bonjour, jeune hybride, déclara-t-elle avec son fort accent Russe

Au même moment, sous la fenêtre de la chambre d'hotel, un homme de La Voix de la Liberté descendit de la voiture dans laquelle elle se trouvait plus tôt. L'homme alla dans la cabine téléphonique la plus proche et attendit en faisant semblant de téléphoner. Il n'en ressortit que lorsqu'un van arriva. Du toit ouvrantde ce van, un homme avec un porte-voix se mit à scander des propos anti-elyriens. Là, l'homme caché dans la cabine téléphonique passa un véritable coup de téléphone. L'appel fut pour le standard de l'hotel. Il fut redirigé vers la chambre de Jules. Le téléphone sonna.


- C'est pour moi, dit Upsilon en s'avançant pour décrocher.

L'appel fut bref. Quelques secondes. Upsilon raccrocha et sourit.


- C'est partit. Cela commence.

Il y avait fort à parier que rapidement, une foule allait se créer, des débordements et une manifestation se créerait, suite aux exclamations de l'homme du van. Une manifestation, sous les fenêtres de Jules.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Mer 15 Oct 2014 - 19:04

Alors qu'il était assis au bord du lit, en train d'enfiler difficilement ses chaussettes sales, Jules entendit un bruit sourd dans son dos, comme un glissement ou un chuintement. Il se retourna immédiatement. La vision de la femme présente dans sa chambre le fit sursauter et il chuta lourdement sur le plancher. Elle le salua, comme si de rien n'était. Le jeune hybride se releva lentement, l'air interloqué. Il savait que la technologie élyrienne était très avancée mais cette téléportation n'en restait pas moins surprenante, d'autant plus qu'il ne comprenait toujours pas comment elle l'avait repéré. Mais Jules n'en laissa rien paraître. Il se rassit et termina de se préparer.

- Alors ? Ça fait deux jours que je vous attends.

Il se leva et ramassa son manteau qui traînait sur le dossier d'une petite chaise de bureau.

- Vous êtes élyrienne, n'est-ce pas ? Vous êtes arrivée avec Adam ? Pourquoi vous vous opposez à lui ?

Jules avait visiblement besoin de réponses. Il n'avait pas vraiment de doutes sur le « camp » de la nouvelle venue, mais il voulait comprendre ses motivations... puis ses objectifs.

- C'est quoi la suite du programme ? Vous comptez essayer d'éliminer encore beaucoup de personnes ?

Ces interrogations étaient posées plus sur le ton du sarcasme que celui du reproche. Jules ne voulait pas se la mettre à dos car il estimait qu'elle était envoyée par la providence et qu'il ne devait pas rater cette opportunité de lutter contre les envahisseurs.
Dans la rue, un cri amplifié survint et interrompit le calme qui régnait dans la chambre. Jules s'approcha de la fenêtre et il poussa légèrement le volet. Un homme scandait des slogans anti-élyriens et des individus affluaient de tous côtés. Il ne remarqua pas l'homme qui téléphonait et ne put ainsi pas faire le lien avec le coup de fil. Jules était concentré sur l'observation de la manifestation qui se créait sous ses yeux. Quand l'élyrienne raccrocha, il tourna la tête.


- Comment ça ? C'est vous qui êtes à l'origine de ce bordel ?

Cette fois-ci, le jeune hybride ne put cacher son incompréhension. Néanmoins, il attrapa son petit sac et tout indiquait qu'il était prêt à décamper.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Upsilon
Gardien d'une porte

Mes Personnages

Date d'inscription : 24/08/2014
Messages : 322

MessageSujet: Re: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Mer 15 Oct 2014 - 19:05

Upsilon s'appuya sur le bord de la commode et croisa les bras tout en fixant Jules. Elle trouvait son impatience et ses questions forts amusants. D'abord il semblait lui faire remarquer son retard de deux jours. Puis il enchaina une série de questions plutôt intelligentes, qu'il fallait évidemment poser en premier.

- Tout doux jeune hybride, chaque chose en son temps. Moi pas pressée. Alors vous non plus. Souci pour chambre à rendre réglé. Moi avoir payé pour nuit en plus. Nous pouvoir discuter tranquillement, loin des oreilles et yeux indiscrets. D'ailleurs, vos questions auront réponses mais cela implique suivre Upsilon après tout ça. Obligatoire car vous allez tout savoir.


Upsilon décroisa les bras et porta une main à son visage. Elle en retira son chapeau, ses lunettes noires et sa perruque blonde platine. Elle passa doucement sa main sur son crane lisse et lâcha un soupire de satisfaction.


- Faire chaud avec fausse chevelure.

Upsilon se redressa et afficha son sourire dévoilant qu'elle avait une idée brillante.

- Nous faire un jeu pour passer temps. Vous posez questions, moi répondre. Puis moi poser questions et vous répondre. Ainsi de suite.

Elle posa sa perruque à côté d'elle, sur la commode et recroisa les bras.

- Moi pas Elyrienne mais Zassagorienne ancienne esclave des Elyriens. Et pas arrivée avec Adam. Moi sur Terre depuis...


Elle se mit à compter brièvement sur des doigts mais abandonna son calcul, elle avait autre chose à faire que de compter le nombre d'année depuis son arrivée sur Terre.

- Depuis guerre froide. Zassagoriens et moi étions surtout chez russes car nord de Russie proche de notre cachette pour vaisseau dans Pôle Nord. Adam et Elyriens sont des esclavagistes, des conquérants, des exterminateurs, des dictateurs. Ils viennent, séduisent si population capable de défense ou massacre directement si population faible. Puis après, si population capable de se défendre, Elyriens attaque sournoisement de l'intérieur, et quand il est déjà trop tard, qu'ils sont bien implantés, Elyriens assujettissent, colonisent pour bénéfice de l'Empire. Voire tuent pour garder planète pour eux. Terre beaucoup ressembler à Elyr quand Elyrien débarquer dessus. Terre belle comme Elyr à l'époque de mon peuple. Mais Elyr dépérir. Terre finira pareil si Adam veut planète. Mais Terre probablement préservée si Adam vouloir nouveaux sujets pour Empire...Tsss, sottise ! Moi certaine que Adam veut planète pour Elyrien et donc tuer Humains.

Upsilon répondit sans hésitation aux questions de Jules. Pourquoi lui cacher tout cela ? Elle comptait le ramener avec elle, qu'il soit d'accord ou non.

- Alors nous, Zassagoriens aidons Terre pour mieux venger nos ancêtres exterminés et récupérer notre planète. Nous mettre à mal l'opération séduction de Adam en aidant Voix de la Liberté. Ce bordel comme vous dire, est chose nécessaire. Les morts humains ? Nécessaires aussi. Pas de guerre sans mort. Nous préférer un peu de mort pour éviter grosse extinction de race humaine. Quant à la suite du programme...

Elle pointa la fenêtre du menton et fit signe à Jules de regarder.

- Nous avoir encore du temps pour observer évolution manifestation puisque chambre à nous jusqu'à demain matin 9h. Moi pouvoir répondre à toutes vos questions, mais après me suivre est obligatoire.


Upsilon se redressa encore plus et afficha un plus large sourire, dévoilant qu'elle avait toujours une idée brillante.

- Question à moi maintenant. Quel est votre nom ? Comment vous arrivé sur Terre ? qui être votre géniteur Elyrien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Jeu 16 Oct 2014 - 8:37

Déjà deux jours s'étaient écoulés depuis les terribles événements de la Galerie des Glaces. Les pouvoirs publics, semblant débarquer eux aussi d'une autre planète, s'agitaient enfin et déclaraient l'état d'urgence. Avec une ahurissante imprévoyance on avait laissé des vaisseaux inconnus débarquer leurs passagers sur terre sans aucune garantie. On avait attendu la mort de deux ministres pour se dire qu'il fallait faire autre chose que des courbettes devant des envoyés qui pouvaient tout aussi bien n'être que des envahisseurs.
Neuville avait bouclé les deux articles promis à Martin et était assez content de lui, surtout de la courte chronique consacré au dogshow, écrite sur un ton d'humour décapant, montrant le sérieux et le professionalisme canin opposés à l'inconséquence humaine qui organisait des distractions aussi futiles alors que Paris sentait peut-être déjà le roussi.
Il avait annoncé, un peu inquiet, sa démission du Parisien à Liselor et la nouvelle orientation qu'il comptait donner à sa carrière. Elle avait merveilleusement réagi. Lui sautant au cou, et après lui avoir déposé un baiser enthousiaste sur le front, elle s'était exclamé:


-Sébastien ! Enfin, tu te décides ! Un garçon doué comme tu l'es pour saisir le fond des choses, mis dans un poste de stagiaire aux chiens écrasés ? Ton père voulait t'éprouver, c'est certain, voir si tu étais réellement décidé à devenir ton maître. Le journalisme d'investigation te convient parfaitement. Tu as déjà une idée ? Les Elyriens ? Personne n'arrive à donner une explication cohérente de ce qui s'est passé.

Elle s'était serrée contre lui en se faisant petite et tendre :

-Surtout, sois prudent ; tu ne penses pas agir totalement seul ?

Il l'avait rassuré. Oui, il lui fallait s'appuyer sur un réseau pouvant lui donner déjà quelques éléments pour orienter ses recherches et Martin semblait décidé à l'aider officieusement. Et il était un journaliste, non un activiste. Elle lui fit promettre de la tenir au courant de ses démarches, elle pourrait peut-être l'aider ; ils formeraient une équipe. Sébastien savait que Liselor avait une haute opinion des capacités de son ami,mais elle jugeait qu'il ne les exploitait pas encore à plein, qu'il devait prendre conscience de sa valeur, et il fut heureux de voir de l'admiration dans le regard qu'elle fixait sur lui en l'écoutant exposer ses projets. Et même il se sentait plus qu'heureux. Délivré, délivré pour un instant de cette crainte lovée au fond de son amour pour elle : *Je suis un médiocre. Un jour, elle va s'en apercevoir ; un jour elle se demandera ce qu'elle fait là avec moi. Un jour, elle s'en ira.*
Ils parlèrent longuement ce soir-là , de choses graves, du monde comme il allait, des promesses de l'avenir et des projets à réaliser, et aussi des épreuves qu'ils surmonteraient ensemble et que rien n'était plus beau que la confiance, la certitude qu'aucun mal ne pourrait venir de l'autre car ils s''étaient trouvés, reconnus et ils s'aimaient chacun plus que soi-même.
La nuit fut belle.


Le surlendemain matin, Maud appela de bonne heure. Il avait paraît-il, oublié un document au journal. Elle ajouta :
-Votre ami Oscar vous cherche . Il est au bar 'le Piccolo" dans le 20° . il part pour Londres et veut vous rendre votre stylo Mont Blanc que vous lui avez prêté. Dépêchez-vous, il est sur le départ.

Seb, qui déjeunait, bondit vers son blouson, abandonnant scones et café. Oscar ! Le nom choisi par le journal pour lui communiquer des renseignements sur les manifestations pro ou anti- élyriennes!
Il chercha fébrilement dans l'annuaire, trouva l'adresse du Piccolo et sortit, tout excité.
Il prit le métro car il avait décidé de se préparer à être filé un jour ou l'autre, si on le remarquait comme s'intéressant aux Elyriens. Ses habituels taxis étaient trop facilement repérables. Par contre, semer un suiveur à une correspondance très fréquentée, comme Châtelet ou Nation, ne requérait que peu de pratique.


Le Piccolo était dans une rue qui avait échappé à la fièvre immobilière et aux Chinois de Belleville. On devait la conserver pour y tourner des polars où des flics en imperméable interrogent leurs indics au pied de réverbères glauques. Mais l'agitation qui régnait devant le bar n'était pas celle d'une descente de police. Une manifestation s'organisait autour d'un van où un agitateur hurlait des slogans anti-élyriens tandis que des curieux s'amassaient. Un groupe portant des pancartes déboula vers l'homme au porte-voix aux cris de"Terriens de tous pays, unissons-nous !"
Seb entra au Piccolo. Vraisemblablement, le journal avait été prévenu par le barman, selon le système de renseignements en vigueur dans la plupart des troquets parisiens. Seb commanda un café et après avoir dit qu'il était journaliste, ce qui ne fut pas relevé, demanda si la manif se préparait depuis longtemps. Le barman haussa les épaules . Il déclara que c'était le type du van qui avait tout déclenché mais qu'il avait certainement des copains dans le coin. Une voiture s'était arrêtée, avec une superbe blonde à l'intérieur et un type. La blonde avait disparu comme par magie - Elle était là, le temps que je baisse les yeux.. pffft ! Envolée -mais le type était resté encore un moment puis avait téléphoné de la cabine pendant une plombe et le van était arrivé.
Une superbe blonde ? Mêlée à une manif anti-élyrienne ? Seb se souvint de la blonde de l'attentat disparue elle aussi pffft . Tout le monde l'avait prise pour une Elyrienne. Ce serait trop beau que son premier indice le ramène en présence de cette femme mystérieuse qui d'ailleurs avait été aussi vue en compagnie d'un jeune homme, disparu également mais en courant.
Le journaliste laissa un gros pourboire au barman,(il faut bien récompenser l'informateur bénévole), et sortit. Il alla sur le trottoir d'en face et, tous ses sens éveillés et l'esprit en alerte, se mit à observer comment évoluait la scène.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Jeu 16 Oct 2014 - 9:56

La femme ne semblait pas partager son empressement. Bien au contraire, il était venu, pour elle, le temps des questions... et des réponses. Elle prit même le temps de se mettre à l'aise et Jules ne put réprimer un frisson quand elle retira sa perruque blonde. La vision de ce crâne chauve était peu ragoutant et rajoutait à l'ensemble un aspect extraterrestre supplémentaire.

- Zassagorienne ? Jamais entendu.

Le jeune hybride ne put s'empêcher de lever un sourcil interloqué. Il ne s'attendait pas à cela. Elle n'était pas élyrienne et avait débarqué sur la Terre plus ou moins au moment de sa naissance. Jules ignorait que d'autres espèces extraterrestres habitaient sur la planète bleue et cette première information l'abasourdit. Il s'assit sur la petite chaise de bureau et écouta ce qu'elle avait à dire. Lorsqu'elle déclara qu'Adam espérait détruire l'humanité, Jules ne put s'empêcher de lâcher une remarque qui abondait en son sens.

- Ça... je vous l'fais pas dire.

La zassagorienne insista sur deux points sur lesquels elle semblait vouloir convaincre l'hybride : tuer était nécessaire et il devrait la suivre. Heureusement, Jules était déjà d'accord sur ces deux points. Il comprenait tout à fait que la mort d'une minorité puisse apporter la survie de la majorité. Son grand-père l'avait déjà suffisamment bassiné à ce sujet. Il allait d'ailleurs être temps d'aborder ce sujet. Le jeune homme lâcha quelques informations qui pourraient satisfaire la curiosité de l'étrange femme.

- Je m'appelle Jules de Borgues. Je suis né ici, sur Terre et je ne l'ai jamais quitté. Tout comme mon père qui est également un hybride. C'est mon grand-père, Glasck, qui a débarqué ici. Il cherchait à fuir Adam. Il m'a raconté qu'il a connu Elyr à ses débuts. Il ne cautionnait pas tout, mais il s'en accommodait. Lorsque Adam a pris le pouvoir, celui-ci allait de planète en planète pour les vider de leurs ressources naturelles quitte à exterminer les espèces qui y habitaient. Ainsi, j'ai grandi dans cette peur des élyriens. Mon grand-père est mort quand Adam a débarqué ici. Mais il m'a laissé... quelque chose pour m'échapper de la Terre, en cas de danger. Il faut que je le retrouve.

Jules jeta un coup d’œil par la fenêtre. De sa position, il ne voyait rien mais les bruits de la manifestation se faisaient plus importants.

- Mais, moi, je suis un terrien. Et je ne veux pas laisser Adam et ses amis asservir mon monde. J'ai besoin de faire le maximum pour apporter mon aide et empêcher cette folie. Je vous suivrai.

Il se leva et jeta un œil plus appuyé vers la rue.

- Pourquoi devons-nous observer cette manifestation ? Je ne comprends pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Upsilon
Gardien d'une porte

Mes Personnages

Date d'inscription : 24/08/2014
Messages : 322

MessageSujet: Re: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Jeu 16 Oct 2014 - 9:56

La manifestation prenait de l'ampleur. La foule s'amassait et des anti-Elyriens noircissaient la rue de leur présence. Dans le Piccolo, trois individus descendirent de l'étage servant d'habitation pour le propriétaire et arrivèrent en salle, un étrange tissu rouge en main. Puis ils sortirent du bar et enfilèrent ce qui était en fait une longue cagoule. Le cortège passa devant les trois personnes se disant membres des "Amis d'au-delà des Étoiles" et huant la manifestation avec témérité. Vêtues de robes rouges dignes du Ku Klux Klan, ces trois personnes ne savaient pas ce qui les attendait. Le van ouvrant la manifestation s'arrêta et la porte latérale glissa sur le côté. Cinq hommes en sortirent et empoignèrent les trois individus, avant de les jeter dans le van, de refermer la porte et de mettre les gaz, abandonnant là, la manifestation qu'ils avaient provoqué.

Dans la chambre d’hôtel, Upsilon afficha une mine déconfite. La bouche bée, les yeux écarquillés et posés sur Jules, elle se laissa glisser du bord de la commode et tomba sur la chaise installée juste à côté.


- Glasck de Borgues ? Comme Glasck, fils de Borgues, le pilote d'Elyrius ?

Upsilon avait soudainement du mal à respirer. Ses yeux s'embrumèrent. Ses mains se crispèrent sur ses cuisses. Elle retint ses larmes en serrant les dents. Elle retint l'animosité et sa haine envers Elyrius et son équipage. Donc sa haine contre Glasck, fils de Borgues.

- Zassagoriens étaient premiers habitants d'Elyr. Quand Elyrius et grand-père à vous, qui était pilote de vaisseau, arrivèrent sur planète de mes ancêtres, ceux-ci ont exterminé ma race pour installer la leur. Puis Elyrius nommé sauveur et grand maître de tout. Grand-père à vous a peut être fui, ne cautionnait peut-être pas tout, mais lui avoir participé à la fin des miens. Lui connu par les miens comme transporteur d'esclave grâce à vaisseau de Elyrius que lui pilotait pour le monstre père d'Adam, dit-elle subitement , la gorge serrée.

Upsilon se tut soudainement. Baissa les yeux. Se pinça les lèvres et inspira profondément.


- Vous être pour rien alors moi pas haine contre vous. Mais moi pas aimer Glasck. Lui... lui avoir agit alors que lui aurait pu fuir et ne pas tuer si lui réellement ne pas cautionner. Mais ça être passé, Glasck avoir fuit ici et bien avoir élevé vous en bon terrien. Vous dire que Glasck avoir laissé quelque chose ? Qu'est-ce ?

Le téléphone de la chambre sonna de nouveau. Upsilon fit signe à Jules de ne pas décrocher. L'appel était encore pour elle.

- Vous avoir trouvé hommes masqués ?..... Parfait ! Nous descendre où ?.......... Bar ? Bien. Moi arriver avec hybride.

Elle raccrocha et alla chercher sa perruque qu'elle mit, ainsi que des lunettes noires, avant de saisir l'objet ressemblant à un montre à gousset.

- Approchez Jules de Borgues, petit-fils de Glasck fils de Borgues. Nous télétransporter ensemble. Tenir mon bras fermement. Quand vous prêt, moi appuyer sur bouton et nous arriver dans toilette du bar du coin de la rue. Dans ce bar, se trouver nid d’adhérent à Adam. Nous soupçonner les "Amis d'au-delà des Étoiles" d'être Elyriens ou terriens au service de Adam. Nous poursuivre conversation dans bar en attendant retour de homme à moi et éloignement de la manifestation pour éloigner police et mieux sortir en sécurité du bar. Nous arriver dans toilette pour pas télétransporter au milieu de salle du bar.

D'une main elle se prépara à déclencher le télétransporteur et de l'autre, elle invita Jules à lui prendre le bras pour l'accompagner dans Le Piccolo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Jeu 16 Oct 2014 - 9:57

- Oui. C'était le pilote d'Elyrius.

À peine eut-il prononcé le nom de son aïeux que Jules aperçut un changement significatif dans l'expression de l'étrangère, qui jusqu'à présent était restée impassible. Une certaine émotion semblait la gagner alors qu'elle expliquer au jeune homme l'histoire de son peuple et le rôle qu'avait joué son grand-père. Il était toujours intéressant d'entendre un autre son de cloche et l'image qu'il avait de son grand-père ne pouvait qu'en être amoché. Glasck ne s'était jamais caché d'avoir participé aux premières campagnes d'Elyrius, mais il avait toujours plus ou moins minimisé l'impact de ces interventions. Autrement dit, il n'avait jamais parlé clairement d'extinction d'espèces. Connaissant suffisamment son grand-père, Jules savait qu'il le cachait par honte et qu'il aurait voulu agir autrement. Mais... l'aurait-il vraiment fait ? Après tout, à l'arrivée d'Adam, tout ce qu'il conseilla à son petit-fils fut de fuir sans demander son reste. À aucun moment le vieil élyrien avait envisagé un plan de secours, même désespéré, pour la population terrienne.


- Je comprends. Je... J'ignorais qu'il avait participé à tout cela. J'en suis désolé.

Il ressentit une sincère compassion envers la zassagorienne. Celle-ci semblait contenir une colère certaine mais à aucun moment Jules ne se sentit en danger. Malgré les accès de violence qu'elle avait démontrée par le passé, il savait qu'elle saurait faire la part des choses. Et elle le prouva. Mais elle voulait, légitimement, en savoir plus, notamment sur ce que Glasck lui avait laissé en héritage. Jules hésita. Il ne savait pas s'il pouvait lui faire confiance mais il n'avait pas d'autre alternative et l'urgence de la situation ne lui laissait pas trop le choix.

- Je sais où il a abandonné son vaisseau. Il gît au fond de l'océan, mais toujours en état de marche. Mais ce serait très coûteux de le récupérer...

À nouveau, le téléphone sonna. Avec qui était-elle en contact ? La femme n'attendit pas davantage pour lui donner la suite du programme. Ils allaient se téléporter, rien que ça. Il en fallait plus pour étonner un descendant d'une civilisation extra-terrestre, mais l'idée avait quelque chose d'irréel. Alors qu'il s'approcha d'elle pour agripper son bras, Jules commença à protester.

- Attendez une seconde, je comprends. Vous dites que vous allez nous envoyer au beau...

* ! ZIOUF ! *

...milieu de potentiels ennemis...

La fin de sa phrase mourut dans un brin de voix presque inaudible alors qu'il sentait une désagréable odeur d'urine qui lui chatouillait les narines.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Upsilon
Gardien d'une porte

Mes Personnages

Date d'inscription : 24/08/2014
Messages : 322

MessageSujet: Re: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Jeu 16 Oct 2014 - 9:57

Upsilon n'eut à attendre trop longtemps. Jules n'avait pas pris de temps pour peser le pour et le contre à la suivre. De toute façon, elle l'avait prévenu. S'il posait des questions, il aurait des réponses mais devait ensuite la suivre. Cependant, vu la vitesse à laquelle Jules avait saisi le bras de la Zassagorienne, celle-ci sut qu'il avait fait son choix bien avant que quoi que ce soit ne lui fut imposé.

A peine eut-il posé une main sur l'avant-bras de l'extraterrestre qu'ils disparurent de la chambre d’hôtel pour se télétransporter dans les toilettes pour hommes du bar Le Piccolo.


- Arf, mauvaise manipulation, nous dans sanitaires pour hommes. Gênant pour moi, dit Upsilon en poussant la porte du WC où ils se trouvaient. En plus, être dans toilettes étroites et pas dans coin lavabo. Déphaseur portatif pas toujours fiable et erreur de quelques mètres parfois possible. Technologie Elyrienne pas parfaite !

Upsilon éclata de rire. Un rire très moqueur. Après avoir touché la poignée de la porte des toilettes, elle alla se laver les mains.

- Nous pas au milieu de potentiels ennemis. Terriens pas ennemis, même si favorable à Adam, et dans ce cas, eux être des faibles et des idiots. Seul vrai ennemi être Elyrien. Maintenant, allons dans salle du bar.

Upsilon fit signe à Jules de la suivre. D'un coup de pied, elle ouvrit la porte des toilettes pour hommes, afin de ne plus toucher de poignées de porte. Puis d'un pas décidé, elle déboula dans le bar et s'installa à une table sans veiller à ce qu'elle fut isolée dans un coin. Elle prit juste soin à ce qu'il n'y ait personne sur les tables adjacentes. Elle se mit à l'aise en appuyant son dos contre le dossier de sa chaise.

- Donc vaisseau de Glasck encore sur Terre, finit-elle par dire après plusieurs minutes de silence. Moi besoin preuve de ce que vous dire au sujet du vaisseau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Jeu 16 Oct 2014 - 9:58

Le décor se reconstruisit petit à petit dans son cerveau et Jules comprit enfin où il était. La femme à l'accent prononcé avait vite repris ses marques, certainement familière du processus de téléportation. Devant l'air éberlué du jeune homme, elle plaisanta sur la précision approximative de l'appareil.

- Comment ça des erreurs de quelques mètres ? Vous plaisantez, hein ? Je n'utiliserai plus jamais ce truc ! Pas envie de me rematérialiser dans un mur de béton...

Jules avait du mal à cacher son inquiétude, même si l'épreuve était passée, alors que la zassagorienne tentait de le rassurer sur le caractère inoffensif des lieux. Le garçon tiqua.

- Pas des ennemis ? Même si les humains ne sont pas les élyriens, l'Histoire récente nous apprend qu'il faut se méfier d'eux. Surtout en période de crise. Personnellement, je me tiendrai toujours sur mes gardes.

Il avait beau se sentir complètement terrien, il n'en restait pas moins lucide sur la lâcheté de ses semblables, au moins aussi puissante que leur courage.

Ils entrèrent dans la salle du bar. L'endroit était quelconque et les quelques personnes présentes ne semblèrent pas remarquer leur arrivée impromptue. Plutôt rassuré, Jules s'assit en face de la femme. Elle semblait presque trop décontractée et le jeune hybride ne savait comment interpréter son attitude. Même s'il lui faisait confiance, il n'arrivait pas à la cerner. Mais il ne pouvait pas s'en vouloir : il n'avait croisé une personne aussi étonnante et imprévisible. Un allié de choix ? Le temps le lui dirait. Pour le moment, elle semblait surtout s'intéresser au vaisseau. Jules lui répondit, mais presque en chuchotant. Il était peu probable que les murs aient des oreilles dans ce vieux bar de quartier... mais il ne prendrait pas le risque.


- Des... des preuves ? Je... non, enfin oui, peut-être. J'ai une lettre de Glasck où il évoque le vaisseau. Et j'ai noté précisément sa position ; il me l'a communiqué lors de nos dernières discussions.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Ven 17 Oct 2014 - 16:59

Sur le trottoir, Sébastien observait la manifestation. La police n'intervenait pas, soit parce que l'on ne voulait pas d'esclandre et de provocation, vu le quartier populaire, soit parce que le ministre de l'intérieur voulait savoir d'où le vent soufflait après l'assassinat de deux collègues, soit parce que le directeur des CRS n'était pas joignable et que personne ne voulait se mouiller, ou bien parce que le Président attendait de savoir ce que Adam en pensait. Seb, qui n'avait pas voté pour lui, le soupçonnait d'être vendu aux Elyriens, ou pire encore, d'être sincèrement persuadé qu'ils étaient venu sauver la Terre.
La manif était cependant quelque peu hétéroclite. Des clowns encagoulés de rouge sortirent du Piccolo, alors qu'ils n'y étaient pas entrés et que Sébastien ne les avaient pas vus dans la salle. Il nota le fait et se dit qu'il faudrait peut-être aller boire un second café, interroger l'aimable informateur et se fendre d'un nouveau pourboire.
Autre bizarrerie, ces excités se mirent à crier des slogans exaltant l'Au delà des étoiles, dont ils se proclamaient les amis . Ce devait être un genre de secte, de celles qui attendent la fin du monde pour l'an 2000, l'invasion des morts-vivants annoncée par Nostradamus et l'arrivée du nouveau Messie qui descendrait de sa soucoupe volante en distribuant des pilules d'immortalité. Sans se préoccuper de leur faible effectif, ils traitèrent les anti-élyriens de buses, de porcs et de crétins, puis  d'intégristes, parce que ça fait toujours bien dans une manif d'avoir l'air d'être au courant de ce qu'il est bon de ne pas être.
Pour la même raison, les autres les huèrent en retour, les traitèrent de guignols et de fascistes, riant d'ailleurs comme des baleines, car qui peut prendre au sérieux trois abrutis qui se trompent de manif ?
Mais Seb s'attacha à leurs pas car il avait un faible pour les disjonctés de la cafetière et les minorités agissantes. Mais il n'eut guère le loisir de les observer longtemps. Il assista, interloqué, à l'enlèvement brutal des trois adorateurs stellaires par le service d'ordre sorti brusquement du van, manœuvre exécutée habilement pour passer inaperçue des badauds qui regardaient la manif sans y prendre part.
Sébastien décida de retourner au bar d'où était sorti le trio .
Il commanda un nouveau café au comptoir et attendait d'être servi pour renouer le dialogue avec le patron quand ses yeux se posèrent sur un couple qui sortait du couloir marqué Toilettes. Il retint tout juste un oh de surprise.
Cette belle femme blonde, c'était la mystérieuse Elyrienne de l'attentat, et le jeune homme devait être celui avec qui elle avait parlé. Sébastien n'allait pas laisser passer une occasion pareille.
Il attendit qu'ils prennent place à une table où ils commencèrent à converser. Ils avaient un certain aplomb de paraître en public alors que des portraits-robots avaient été diffusés partout. Il faut dire que les témoignages sur la femme étaient fortement influencés par ses démonstrations dignes de Star Wars. Le foudroyage laser et la disparition instantanée dans une lueur bleuâtre avait excité l'imagination et certains affirmaient qu'elle avait des yeux phosphorescents quand ils n'étaient pas clignotants. Un autre jurait qu'elle avait quatre bras, dont deux astucieusement dissimulés et aussi un œil sur la nuque qu'il avait très bien vu le fixant à travers les cheveux blonds.
Sébastien but son café d'un coup et se dirigea vers le couple d'un pas décidé. Il fallait être à la fois naturel et s'imposer immédiatement. Il se présenta sitôt qu'il fut à leur table, s'étant placé juste entre les deux :


-Neuville, journaliste. J'étais à la Galerie des Glaces. Ne craignez pas que je vous signale à la police. Je veux simplement avoir votre version des faits, savoir pourquoi vous  étiez dans cette manifestation anti-élyrienne et, au besoin, je pourrai me faire votre porte-parole devant l'opinion publique.

S'il obtenait des réponses à ses  questions, il n'avait aucun doute : son article allait faire autant de bruit que la bombe jetée dans le vénérable bassin du Roi Soleil..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Upsilon
Gardien d'une porte

Mes Personnages

Date d'inscription : 24/08/2014
Messages : 322

MessageSujet: Re: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Ven 17 Oct 2014 - 20:17

- Non, moi pas plaisanter. Déphaseur portatif pas très fiable. Erreurs de télétransportation être nombreuses. Se trouver dans un mur est rare. Mais se retrouver dans mauvaise pièce être fréquent. Erreurs être dues à la mauvaise mémoire de l'objet.

Upsilon considéra Jules quand il avoua avoir de la méfiance pour les humains. Elle préféra ne rien dire et s'attarder sur la preuve qu'elle réclamait.


- Glasck avoir laissé preuve par écrit ! s'étonna Upsilon. Hmm... pilote devenu peu prudent après long séjour sur Terre. Les Elyriens détenir objet similaire à mémoire artificielle qui permet de contenir des lettres, communiqués, mémoires, carnets de bord. Mémoire artificielle ne peut être lue et écoutée que par l'onde du cerveau du Elyrien qui a enregistré les données et donc à qui appartiennent les données. Moi être étonnée que Glask utilise lettre, un procédé terrien pour une telle information. Vous savoir comment fonctionne mémoire artificielle ? Moi aimerai voir lettre de Glack. Elle pourrait aider notre...

Upsilon se tut soudainement. Derrière Jules, approchait Sébastien Neuville. Elle croisa les bras et regarda le jeune homme se mettre entre elle et Jules. Elle le dévisagea de haut en bas, puis de bas en haut tandis qu'il se présentait. Elle haussa les épaules, elle était peu inquiète d'être démasquée. De toute façon, elle ne se cachait pas et n'avait rien fait pour changer d'apparence, alors qu'il lui était aisé de le faire, puisqu'elle était dénuée de cheveux et de sourcils.

- Moi être découverte apparemment. Journaliste vous dites ? Ho ! moi pas chercher la célébrité. Interview ne m’intéresse pas. Moi lire People, magazine américain et moi trouver curiosité des paparazzi très déplacée. Moi pas intéressée par gloire.

Mais quand Sébastien expliqua la raison de son approche, Upsilon se mit à rire.

- Ho ! Vous pas être paparazzo ! Moi être si confuse ! s'exclama-t-elle en s'esclaffant. Mais moi pas vouloir de porte-parole car moi vouloir discrédit auprès de terrien. Moi vouloir montrer ce que Adam être en vrai. Alors si vous vouloir donner à moi bonne réputation, non merci Monsieur Neuville le journaliste. Mais puisque vous vouloir connaitre raison de présence dans Galerie des Glaces, moi accepter de le dire avec grand plaisir ! Vous pouvoir aider moi à dire au monde ce que moi avoir dit à l'instant : montrer vrai visage de Adam. Adam l'assassin-destructeur-exterminateur-colonisateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Sam 18 Oct 2014 - 11:03

La belle blonde avait un accent moscovite, ou ouralien ou peut-être même nijni-novgorodien car grande est la Russie - lequel accent plut beaucoup à Sébastien, dont les tendances naturellement slavophiles venaient d'être renforcées par les prouesses de son ami Chapka. Il fut extrêmement intéressé par ce qu'il entendit, tout surpris de la chance qui lui arrivait, mais il s'efforça de ne pas révéler sa satisfaction, ce qui lui était difficile, étant d'un naturel spontané et impulsif. Mais la prudence s'imposait. La fausse Russe était peut-être un agent double et il voulait commencer sa carrière de journaliste d'investigation sans fausse note révélant son manque d' expérience. Malgré son air décidé, il n'était pas sûr de pouvoir faire impression. S'il avait pu avoir un visage hâve, long et austère, avec un regard froid, impénétrable. Au moins, il aurait pu porter une grosse moustache, abandonner le blouson pour un manteau-parka Hugo Boss. Il se demanda si le bonnet, accentuant sa jeunesse et la rondeur de ses joues, ne laissait pas supposer un manque de sérieux. D'un autre côté, cette coiffure désinvolte pouvait lui conférer un profil de baroudeur sans complexe. Heureusement, il avait encore le sparadrap sur son écorchure de l'attentat et il espérait qu'il en garderait une cicatrice. En résumé, Neuville, le futur grand reporter, avait l'impression d'avoir endossé un costume trop grand pour lui. Mais la dame était d'humeur joyeuse et sa syntaxe lui retirait pas mal du prestige que lui conférait son statut d'extra-terrestre pratiquant la désintégration instantanée.
En plus, cette créature aux sourcils épilés était l'ennemie d'Adam et accusait le chef, non sans redondance, des intentions les plus hostiles à l'égard de l'humanité. Elle pouvait mentir mais Sébastien était enclin à lui faire confiance.
Il décida de jouer cartes sur table. De toutes façons, même si elle était au service d'Adam, elle demeurait le premier maillon d'une chaîne qui le conduirait à la découverte de la vérité.
Il déclara donc assez fermement :

-Je n'ai encore aucune preuve concernant les intentions réelles du commandant élyrien. Mais je ne me satisfais pas des discours officiels, des mystères faits autour des rapports avec notre gouvernement dont l'imprévoyance est manifeste. Si vous m'expliquez les raisons qui vous conduisent à traiter Adam, si c'est là son nom, d'exterminateur et d'assassin, je pourrai certainement vous aider à secouer l'inertie actuelle de l'opinion publique. Ce ne sont pas ces petites manifestations locales qui permettront une prise de conscience élargie de la gravité de la situation. D'autant que ces anti-Elyriens n'ont en fait aucune preuve de la nocivité de la délégation menée par Adam. Ils n'aiment pas les étrangers et ils sont dans l'opposition systématique au gouvernement, un point, c'est tout. Si le pouvoir en place avait fait preuve d'hostilité envers les Elyriens, ils manifesteraient aujourd'hui pour dénoncer l'inadmissible racisme de nos élus et la politique étroite et franchouillarde menée par des ministres réactionnaires  sans ouverture d'esprit.


Sébastien écarta une chaise et intercala un : Vous permettez ? avant de s'asseoir entre le jeune homme muet mais attentif à sa droite et la blonde au français ravageur à sa gauche. Elle ne s'était pas présentée. Il lui tendit la perche :

-Donc, je vous serai extrêmement reconnaissant si vous pouviez m'éclairer sur la situation, Madame ..??
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Upsilon
Gardien d'une porte

Mes Personnages

Date d'inscription : 24/08/2014
Messages : 322

MessageSujet: Re: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Sam 18 Oct 2014 - 12:15

Upsilon était loin, très loin d'être méfiante face au journaliste. Sébastien Neuville ne lui faisait pas peur. Elle trouvait ce jeune journaliste très impétueux. Elle aimait cela. Elle le regardait avec attention, le dévisageait, imprimait son visage dans son cerveau. Elle le trouva mignon avec son bonnet, amusant avec son enthousiasme mal dissimulé, intriguant avec sa curiosité au sujet d'Adam et ses remarques pertinentes. Sébastien soulevait de bonnes questions dans l'esprit d'Upsilon. Pourquoi la Délégation avait-elle été si bien accueillie par les dirigeants terriens ? Upsilon n'en savait rien mais ce n'était pas les suppositions qui lui manquaient. Une ruse des Elyriens y étaient sûrement pour quelque chose. De mémoire, elle chercha des invasions similaires. Des invasions lors desquelles les Elyriens avaient usé d'un stratagème pour susciter la bienveillance auprès des planètes les recevant, plutôt que d'éveiller la peur, la haine, le rejet. Upsilon n'avait jamais vraiment songé à cela. La réflexion, ce n'était pas son domaine mais celui de son "père".

Tandis que Sébastien s'installait sur une chaise, entre Jules et elle, Upsilon sortit le déphaseur portatif, regarda le cadran et tourna la molette pour régler, non pas l'heure, mais les coordonnées géographiques du lieu de sa prochaine télétransportation. Puis elle le posa sur la table. Pourquoi le cacher, Jules connaissait son existence et son usage. Quant à Sébastien, il pouvait voir en ce déphaseur portatif, un objet ressemblant à une montre à gousset mais dont le cadran était composé d'une ligne de chiffre, trop pour indiquer l'heure, et d'une carte sur laquelle il était possible de zoomer et faire apparaître jusqu'à la moindre petite maison. Qu'importe s'il posait des questions. Upsilon avait d'autres préoccupations que de dévoiler le déphaseur à Sébastien. Elle se décida ensuite à répondre au jeune journaliste.


- Faites, asseyez-vous, dit-elle alors que Sébastien était déjà installé à leur table. Mon groupe n'a pas preuve de réelles intentions de Adam. Normal que vous non plus. Personne n'a encore preuve. Mais peut-être pas pour longtemps, ajouta-t-elle en fixant Jules.

En effet, retrouver le vaisseau allait peut-être permettre d'y trouver des preuves concrètes, fiables et présentables à l'opinion publique. Sébastien réclama un éclaircissement sur la situation.

- Mademoiselle, rectifia Upsilon en se penchant vers Sébastien et en le regardant dans le blanc des yeux. Moi vous éclairer. Mon peuple avoir été exterminé par Elyrien afin de voler notre planète. Moi ancienne esclave de Elyriens et moi connaître ce que eux capables de faire. Pour histoire de gouvernements et ministres trop accueillants, moi me demander si ruse de Elyrien n'a pas été utilisée. Que toi penser de cela, Jules ? Pourquoi humains pas avoir eu peur comme toutes espèces découvrant existences extraterrestres ? Ruse de Adam ou aveuglement de humains ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Sam 18 Oct 2014 - 12:15


En entendant la femme continuer à expliquer le pourquoi du comment des erreurs du déphaseur, Jules ne put s'empêcher de grommeler. Ce foutu engin ne lui inspirait aucune confiance.

Quand le jeune hybride évoqua la lettre de son grand-père, celle-ci ne put cacher son étonnement. Visiblement, écrire une lettre était un acte indigne pour un être aussi évolué qui n'aurait jamais osé tomber aussi bas. Jules avait eu l'impression que son grand-père s'était conduit en homme de Cro-magnon. Dans un premier temps, il se contenta de hausser les épaules.


- J'en sais rien moi, pourquoi il a préféré écrire cette lettre. Ou plutôt si, je pense comprendre. En débarquant sur Terre, mon grand-père a tiré un trait sur son passé. Le fait d'avoir abandonné son vaisseau au fond de l'océan en est une preuve. Il se considérait comme un terrien, et tâchait d'oublier son passé élyrien. Jusqu'à très récemment, il avait même toujours évité le sujet. Je ne vois rien de répréhensible là-dedans.

Il fixa la femme, presque d'un air de défi.

- Et je connais pas votre truc à mémoire artificielle, tout comme je ne connais rien à la technologie élyrienne. En revanche, j'en connais un rayon en mécanique et physique terriennes. Et pour la lettre, elle est chez moi avec...

Sa voix commençait à s'emballer et peut-être avait-elle attiré l'attention car un individu s'approcha. Son visage n'était pas inconnu à Jules, mais il ne parvint pas à y mettre un nom. Le type s'avérait être un journaliste et il le prouva rapidement en submergeant la zassagorienne de questions et de requêtes diverses. Jules songea qu'il n'y avait qu'un journaliste, un commercial ou un homme politique pour avoir une aussi grande gueule... Du coup, il préféra se mettre en retrait et il se tut, attendant que la femme se débarrasse de l'importun.

Mais la zassagorienne semblait vouloir entrer dans le jeu du journaliste. Et lorsqu'elle se mit à évoquer l'absence temporaire de preuves de la culpabilité d'Adam, elle fixa le jeune hybride du regard. Mais celui-ci préféra regarder ailleurs. Il n'avait rien à révéler à Neuville. Quelques instants plus tard, elle tenta de remettre Jules à contribution. Il répondit d'un air lointain. Il cherchait toujours dans quelle circonstance il avait croisé le journaliste.


Mmh. Je pense que, malheureusement, les humains ont trop souvent tendance à se courber devant ceux qu'ils considèrent, parfois à tort, comme leurs supérieurs. Les puissants de ce monde ont vu en Adam un potentiel futur souverain de ce monde, de par son avancée technologique notamment, et ils ont préféré tenter de le flatter plutôt que de l'affronter. Ce sont des courtisans en somme, qui espèrent être dans le bon camp, quant tout ça tournera mal.

Tout à coup, un éclair traversa l'esprit de Jules !


- Ça y est ! Je sais qui vous êtes ! Vous êtes le type qui parlait avec son chien, à Versailles!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Upsilon
Gardien d'une porte

Mes Personnages

Date d'inscription : 24/08/2014
Messages : 322

MessageSujet: Re: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Sam 18 Oct 2014 - 12:16

Upsilon était contente de voir Jules qui commençait à s'emporter et à la défier du regard. Elle n'avait pas cherché à le provoquer pour obtenir une quelconque réaction. Mais celle qu'avait eu Jules ne lui déplut pas. Elle sentait qu'il avait de la hargne. Elle comptait d'ailleurs voir jusqu'où il pouvait aller et poursuivre leur conversation. Mais pas devant le journaliste, que Jules avait visiblement reconnu.

- Ho ! Toi être physionomiste ? demanda Upsilon à Jules. Courber devant plus fort, loi de la jungle ? Tu as peut-être raison. Nous avoir besoin d'avis d'un vrai humain. Qu'en pense humain de notre table ? s’interrogea-t-elle en parlant de Sébastien.

La méfiance apparut sur le visage d'Upsilon, qui poussa alors le déphaseur programmé et posé sur la table vers Jules. En cas de problème, de danger ou toutes autres choses pouvant être nuisible à l'hybride, Upsilon voulait voir Jules l'utiliser pour fuir. Qu'importe si elle restait sur place, dans sa bouche, elle avait de quoi se défendre.


Upsilon pouvait passer pour une cinglée, à paraître amusée et joueuse pendant un bref instant, puis subitement méfiante et suspicieuse. Pourtant, quel que fut l'attitude qu'elle abordait, son regard scrutait toujours le journaliste. Même si elle n'en avait pas le pouvoir, Upsilon avait sur son visage, une concentration digne d'une personne cherchant à sonder un esprit.

- Moi avoir impression étrange, lâcha-t-elle à voix basse, mais suffisamment forte pour se faire entendre uniquement de Sébastien et de Jules. Vous pas avoir eu peur de moi, vous pas avoir appelé police comme personnes ont déjà fait depuis l'attentat au défilé... vous réagir différemment de autres humains...

Puis elle adressa un regard espiègle à Jules, espérant voir celui-ci entrer dans son jeu visant à voir e que voulait exactement Sébastien Neuville.

- Nous faire jeu. Lui connaitre déjà règles du jeu, dit Upsilon en désignant Jules. Mais pas vous alors moi expliquer : vous poser question, moi répondre. Puis moi poser question et vous répondre. Ainsi de suite. Vous avoir voulu éclaircissement, moi répondu. Poser question être notre tour, à moi et ami de moi. Alors, dites-nous jeune journaliste, quelle est théorie à vous concernant accueil fait aux Elyriens ? Pourquoi accueil avoir été si bon et acceptation rapide, sans peur ni rejet ? Vous me répondre et me poser question ensuite, ok ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Sam 18 Oct 2014 - 16:36

Quand, sortant de sa réserve, le jeune homme l’identifia comme étant "le type " qui parlait "avec son chien", un grand sourire épanouit le visage de Sébastien.
D’abord il fut content de repenser à  Chapka, animal remarquable, brave, direct, et suffisamment intelligent pour entrer dans la comédie humaine sans perdre une once de sa caninité. Peu d’hommes menant une vie de chien pouvaient se vanter de conserver leur humanité avec autant de constance et de détermination.
Ensuite, la tournure "parler avec son chien" au lieu de "à son chien" plut au journaliste, formule presque poétique, avec une pointe de fausse naïveté qui lui sembla créer une sorte de connivence entre eux. A moins que l’autre ne soit un rationaliste un peu desséché et se moquât de lui en le prenant tout bonnement pour un dingue. Mais il n’était pas antipathique. .Plutôt beau garçon, il avait des cheveux blonds frisés très serrés sans être crépus et des yeux clairs empreints d’assurance et de retenue bien qu’il parût très jeune. Son allure un peu fatiguée venait plus de ses vêtements monoprix que de son expression au contraire très concentrée.
Sébastien répondit donc sans hésiter en prenant son ton le plus aimable pour mettre tout le monde à l’aise:


- Ah ! Je vous ai vu dans la Galerie mais je ne me souviens pas de vous à ce moment-là. J’étais encore un peu sonné par l’explosion. Le chien m’a retrouvé mais il n’est pas à moi. On est juste copains.

Il regretta aussitôt cette phrase qui ferait ricaner intérieurement le quidam si c’était un rationaliste  desséché. Sébastien n’arrivait pas à le situer humainement. Ses remarques sur la  politique et la nature humaine montraient qu’il avait de la réflexion et s’exprimait bien. Mais l’animation qu’il avait manifestée envers la blonde avait disparu. Et Sébastien n’avait aucune idée de sa véritable nature. Il n’avait pas le côté flash de la délégation ou de la blonde mais ce n’était pas une preuve qu’il était humain.
En tout cas, la dame-demoiselle ne se laissait pas distraire par des histoires de chien et revint à la situation. Elle posa un gadget sur la table et comme Sébastien connaissait tous les James Bond, plus Mission Impossible plus Star Trek plus Star Wars, et qu’il avait lu  Asimov et Jack Vance, il vit bien que ce n’était pas son portable. Il n’était pas homme à confondre un device SF pur jus avec un bricolage à la Mac Gyver ou une publicité Moulinex. Cet objet sentait le cosmique et le sidéral et ce pouvait être un fulgurateur automatique qui enregistrait les pensées hostiles et désintégrait le malpensant quand sa charge virait au rouge, ou bien un catalyseur de données qui allait se mettre à rayonner bleu pour transmettre directement tout ce qui se dirait à l’Empereur Sombre de la Galaxie 333. Ou bien c’était tout simplement le réticule futuriste de la dame, là où elle conservait sa bombe à gommer les sourcils, son spray à oxygéner ses cheveux et son miroir 3-D qui lui indiquait les endroits à retoucher d’urgence pour garder son apparence humaine. L’écaille bleuâtre, le squame pelucheux, la verrue phosphorescente apparaissant soudain sur sa peau de pêche, rien n’était à exclure en dépit de la splendide apparence de l’extra-terrestre. Sébastien était on ne peut plus sur ses gardes tout en se sentant prêt à prendre tous les risques pour ne pas laisser l’entrevue virer au simple échange de mondanités.
Il était étonnant qu’elle parlât avec cet accent d’espion russe dans un film comique alors que les Elyriens parlaient tous un français d’ailleurs bien trop poli pour être honnête.
Elle voulait des questions ?
Il en avait des tonnes. Quant aux réponses qu’il pouvait fournir, il n’en serait pas avare car elles seraient ses mises personnelles dans le jeu proposé. Evidemment, il ne dirait pas tout mais comme il ne savait pas grand chose, étant parti en quête justement pour en apprendre davantage, il faudrait s’arranger pour se rendre quand même intéressant. Il approuva donc le marché d’un hochement de tête et répondit :

– Adam a su rassurer avant d'avoir donné des raisons d'avoir peur. Nous avons tous été contents, après la panique devant l'arrivée des vaisseaux, d'être aussi vite retombés dans le normal, le quotidien : aucune menace, que de bonnes paroles. L’explication donnée par Monsieur...(ce qu’ils étaient embêtants de ne pas se présenter !) me paraît tout à fait judicieuse et permet d’expliquer pourquoi les pouvoirs ont réagi avec cette désinvolture et ce manque de précautions. J’y ajouterai la désorientation due à l’effet de surprise totale. Si gouverner, c’est prévoir, comme les gouvernants n’avaient rien prévu, ils n’ont pu que se contenter d’agir comme on le fait dans des circonstances approximativement semblables, à savoir l’accueil d’une délégation, qu'elle soit venue de Chine ou de Bessarabie, avec qui on échange des discours aimables sur l’amitié des peuples, des promesses d’accords culturels et quelques jumelages de villes. D’où le ridicule de certaines décisions, comme tenter d’éblouir Adam avec le génie de Takada..Le loup arrive dans le bal, déguisé en mouton et on lui fait danser la polka tout en s’extasiant sur sa manière charmante de bêler qu’il nous aime et nous veut du bien. Les démocraties n’aiment pas l’état d’urgence. Avant d’agir, la démocratie se rassemble et discute. Je veux croire que nos hommes politiques se sont réunis en secret pour mettre au point des réponses à tous les scénarios concernant une possible invasion, mais il ne fallait pas faire peur au public en officialisant la gravité de la situation, ce qui aurait exigé des mesures immédiates, lesquelles risquaient fort de ne pas être adaptées. Nos représentants  ne peuvent être aussi bêtes qu’ils en ont parfois l’air.

Sébastien s’arrêta. Il n’avait aucune vocation d’éditorialiste politique et s’ennuyait lui-même à s’entendre proférer ce qui lui paraissait des évidences. Autant passer aux questions et en même temps montrer un peu ce qu’il avait à offrir.

-Je vous ai dit mon nom, sous sa forme professionnelle : Neuville .( il négligea de dire que ce nom professionnel avait deux jours d’existence)En fait, je m’appelle Sébastien-Maxence de Neuville. Vous avez sans doute entendu parler du groupe industriel SDN. Sigismond de Neuville est mon père. Pourriez-vous me dire avec qui j’ai l’honneur de converser ?

La formule était peu appropriée aux circonstances. Mais au moins, ils savaient maintenant qu’il n’était pas un minable petit grouillot tombé par hasard sur le scoop de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Sam 18 Oct 2014 - 16:47

Pour quelqu'un qui voulait sauver la Terre, Jules trouvait que la zassagorienne prenait tout un peu trop à la rigolade. Elle semblait détachée et ne craignait apparemment pas d'être démasquée. Cependant, elle baissa légèrement le ton de sa voix. Il semblait que, pour elle, le journaliste ne représente pas une si grande menace... peut-être même pourrait-il se révéler utile. Jules ne voyait pas comment, mais il n'avait pas vraiment le choix.

Lorsque la femme poussa le... truc démoniaque devant lui, Jules ne put s'empêcher de lever un sourcil interloqué. Pourquoi lui donner l'opportunité de l'utiliser ? Devait-il s'attendre à devoir fuir très rapidement ? Si tel était le cas, il était peu probable que le jeune hybride ose utiliser le déphaseur. Le côté aléatoire de la chose l'avait suffisamment refroidi.

Quant au journaliste... il ne perdait pas son enthousiasme apparent. Il avait un je-ne-sais-quoi de décalé qui amusait l'hybride. En revanche, il était beaucoup moins amusé par ses possibles motivations. Le garçon savait pertinemment que les journalistes étaient en grande majorité prêt à tout pour obtenir un bon papier et qu'ils pouvaient se révéler être des comédiens hors-pair. Il ne comprenait pas pourquoi la zassagorienne ne cherchait pas à s'en débarrasser. Du coup, le dénommé Neuville sauta sur l'occasion lorsqu'on lui demanda de donner son avis. Jules bâilla bruyamment. Tout ceci l'ennuyait profondément. Pourtant, il ne put s'empêcher d'émettre un commentaire lorsque le type eut fini son laïus.


- Mouais. Vous êtes bien optimiste. Je me répète mais je pense que le seul objectif des gens qui nous gouvernent est de choisir la bonne équipe. Je crois pas à votre histoire de plan B, mais je respecte votre avis.

Jules avait du mal à cacher son ironie. S'il n'y avait aucun doute sur le fait qu'il se sentait plus humain qu'autre chose, il ne pouvait cacher son scepticisme sur les capacités de ses semblables terriens.

Le journaliste se présenta moins sommairement. L'hybride ne cacha pas son étonnement. Le type appartenait à la famille SDN. Cette information n'était pas à prendre à la légère. Devait-il se méfier de ce Neuville qui devait côtoyer des personnes puissantes ? Pourquoi était-il journaliste... alors que son père devait certainement pouvoir l'entretenir jusqu'à la fin de ses jours ? Jules était intrigué. Néanmoins, il rechigna à se présenter lorsque son interlocuteur en fit la demande. En même temps... son avis de recherche devait être brocardé dans tous les commissariats de la région. Avait-il encore quelque chose à perdre ?


- Je m'appelle Jules. J'ai toujours vécu sur Terre mais... disons que j'ai un ancêtre élyrien.

Pas plus. Mais cette révélation aurait suffi à donner une crise cardiaque à tous les maniaques de la théorie du complot et de la zone 51, qui ne peuvent s'empêcher de déclamer : « Ils sont déjà parmi nous ! ».
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Upsilon
Gardien d'une porte

Mes Personnages

Date d'inscription : 24/08/2014
Messages : 322

MessageSujet: Re: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Sam 18 Oct 2014 - 16:47

Upsilon avait écouter Sébastien avec attention. Il avait sa vision bien à lui des choses. Une vision peu valorisante pour Adam. Il pouvait très bien lui mentir. Cependant, au fond d'elle, Upsilon avait le sentiment qu'il disait la vérité.

- Moi pas connaitre industries SND. Et toi Jules ? Toi connaitre SDN ?

Jules se présenta à son tour et laissa même échapper une information permettant à Sébastien de comprendre qu'il n'avait pas affaire à deux terriens et encore moins deux Elyriens.

- Vous avoir dit vouloir être porte-parole de nous. Sébastien-Maxence de Neuville être nom bien long. Avec chose appelée rallonge. Groupe industriel... vous être noble terrien travaillant dans commerce ? Neuville mieux je trouve. Choix très bon. Moi aussi, avoir nom court. Upsilon 6 être mon vrai nom. Mais moi préférer Upsilon car 6 me rappeler exploitation dans laquelle moi était esclave sur Elyr. Donc vous avoir un titre et du pouvoir ? Pourquoi aider nous en portant notre parole ? Qu'est-ce que vous pouvoir apporter à nous ? Nous avoir besoin que d'une chose : moyens d'actions. Porter parole à nous par les mots dans journaux pas être notre priorité.

Upsilon se tourna vers Jules et lui parla sans baisser le ton. Après tout, à quoi faire des messes basses avec Sébastien à côté d'eux.


- Moi avoir besoin de moyens d'action. Moi me rendre compte que pas avoir demandé ce que toi avoir besoin de quoi exactement pour projet à toi ? Besoin de porte-parole peut-être ? Sébastien pouvoir t'aider à sa manière ou pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Lun 20 Oct 2014 - 9:18

La méfiance du blond gêna  Sébastien, toujours prompt à se sentir incompris et mal jugé alors même qu’il affichait des allures de garçon désinvolte et partout à l’aise. En plus il s’en voulait d’avoir décliné son identité de cette manière naïve et qui pouvait paraître prétentieusement ridicule. Se présenter comme le fils à papa ! S’estampiller SDN pour mieux se faire accepter !  Et juste alors qu’il avait décidé de n’être plus que Neuville ! Il ne serait qu’un éternel gamin un "Je-vais-le-dire-à-mon-papa" dont le seul, et énorme d’ailleurs,  avantage, était d’avoir un compte en banque obèse et un nom à rallonge.
Il était aussi sensible au manque d’éducation de ce garçon qu’il avait trouvé au premier abord plutôt sympathique. L'homme ne se gêna pas pour  faire sentir son ennui en bâillant ostensiblement, puis  prit un air désabusé et un peu moqueur comme s’il jugeait de haut tout ce qui se disait, le genre "tous des pourris, tous des vendus, mais moi, je suis un petit malin...".

Il finit par se présenter mais seulement de son prénom, Jules. Et le susceptible Sébastien y vit une intention ironique. Le plébéien Jules se moquait de lui, du Sébastien- Maxence de etc etc . Et  Jules aurait encore plus manifesté son hilarité s’il avait su que le nom complet était de Neuville de La Rochelle-Bazin. Sans compter les titres. La famille ne l’utilisait qu’aux naissances, mariages et enterrements, car ce patronyme n’entrait pas dans la plupart des formulaires d’identité républicaine, et en plus, comme le faisait remarquer Mère, le goût de la simplicité est l’apanage de la véritable aristocratie.

Mais Seb oublia aussitôt sa mauvaise impression en entendant la révélation absolument sidérante :
Jules était un sang-mêlé ! Une sorte de métis cosmique. La révélation était de taille. Seule les espèces proches pouvaient produire des hybrides viables. Les Elyriens n’étaient donc pas des pieuvres géantes ou des monstres baveux comme celui qui terrorise Sigourney Weaver dans Alien. Ils avaient forcément des gènes communs avec l’humanité. Sébastien était ravi. Jules pouvait ne s’appeler que Jules, Jules pouvait se comporter un peu en mal dégrossi, Jules était un être unique et passionnant, aussi étonnant, intéressant, fascinant que si l’on découvrait un Yéti acceptant de  poser pour l’objectif ou un Néanderthalien décongelé rédigeant ses Mémoires.

Sa deuxième occasion de se réjouir fut de voir la blonde prétendue Slave (peut-être aussi prétendue blonde après tout) s’intéresser à son éventuelle utilité dans la réalisation de ses projets, après s’être présentée sous le nom, certainement forgé pour le langage humain, d’Upsilon 6 . On ne pouvait croire qu’une extra-terrestre ait reçu le nom d’une lettre grecque. Il devait y avoir une anecdote digne d’un roman d’Asimov pour expliquer pourquoi elle avait choisi celle-là plutôt qu’une autre.
A moins que, et l’existence de Jules en était la preuve, les Elyriens soient déjà venus sur terre et aient emprunté des mots terriens qu’ils jugeaient exotiques et charmants. Il était sûr que si le vrai nom d’Adam était Zuzu Argh ou Ploutch, on verrait les états-civils français submergés de Zuzu Argh Dubois et de Ploutch Martin, voire même de Jean-Ploutch et de Marie-Ploutchette. Sébastien délirait volontiers dans un petit coin de son esprit qui refusait de vieillir, mais ce fut bref et le côté sérieux l’emporta immédiatement devant la question de savoir ce qu’il pouvait leur apporter.
Il répondit aussitôt :

–Si vous me prouvez la nocivité de la présence d’Adam pour mes compatriotes, au sens élargi du terme, car dans les circonstances, ma patrie, c’est la Terre, je vous apporterai une aide sans restriction. Je suis journaliste et je veux faire partager ce que je sais ou découvre de la vérité d’une situation. C’est ce qui m’a motivé en premier en vous abordant. Mais si Adam est l’ennemi de l’humanité, s’il vise notre destruction ou notre asservissement, –vous avez bien parlé d’esclaves ? – ma profession devient secondaire.
Je peux certainement utiliser le système de relations que ma famille entretient dans le milieu des affaires, ou bien celui de la politique, mais je n’y ai pas trop d’importance personnelle. Mon nom m’ouvre les portes, mais je préférerais les ouvrir seulement de ma main, si vous voyez ce que je veux dire.

Il hésita une seconde pui se lança :

–J’ai de l’argent personnel. Oui, une grand’tante m’a légué un certain nombre d’objets d’art  de grande valeur et de bijoux précieux. Mon oncle était diamantaire à Anvers. Je peux donc disposer librement du premier moyen d’action dont vous avez, semble-t-il, besoin : l’argent .

Il fronça un peu les sourcils, sentant qu’il était peut-être en train d’agir comme le dernier des crétins, le plus ineffable gogo. Mais c’était trop tard. Quand on tombe dans une histoire pareille, il ne faut pas la laisser s’échapper sous prétexte de prudence, de méfiance et de ‘Attendons-voir !". Cependant, il n’était pas idiot même s’il était prêt à suivre son imagination plus que sa raison, et il ajouta :

–N’essayez pas de me kidnapper pour obtenir une rançon de ma famille. Mon père a des principes. Un Neuville n’a pas de prix et la famille a toujours sacrifié ses fils à l’honneur. Il ne paiera pas mais vous mettra la police internationale et la sienne aux trousses.
Je n'écarte pas l'hypothèse que vous soyez des escrocs, intergalactiques ou non, et que vous utilisiez les sentiments anti-élyriens pour soutirer de l’argent aux naïfs. Je veux donc des garanties et en particulier savoir précisément pour quoi vous avez besoin d’argent. Et je vous rappelle que la presse a une grande importance sur Terre et que je peux révéler vos projets fort facilement à toutes les Agences, où SDN a évidemment ses entrées.
Donc, vous me présentez ces projets avec quelques preuves tangibles et on parle ensuite gros sous.
De mon côté, vous avez ma parole – ne riez pas, ce qui montrerait que vous ne savez pas ce que c’est – et puis, vous pouvez me vendre à Adam. Nous pourrions enregistrer notre conversation en double exemplaire ?

Il se tut et attendit les réactions.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Lun 20 Oct 2014 - 9:49

Upsilon 6 ? Bah, pourquoi pas. C'était un peu ridicule mais le côté énigmatique collait bien au personnage. Ce qui était sûr, c'est qu'elle débarquait en France. Son accent l'avait trahie et surtout il était inconcevable qu'un habitant de l'hexagone ne connaisse pas Sigismond de Neuville et l'empire qu'il gouvernait.

- SDN ? C'est l'un des groupes industriels les plus puissants du pays. Impossible d'échapper à ce cher Sigismond dès que vous ouvrez un journal.

La zassagorienne restait toujours aussi diplomate avec ce type que Jules aurait ignoré sans même prendre le temps de l'écouter. Il estimait qu'il s'agissait d'une perte de temps. Et le journaliste ne lâchait pas le morceau aussi facilement.

- Est-ce qu'il pourrait m'aider ? Je demande à voir.

Jules ne savait plus trop quoi penser. Cette rencontre impromptue le déstabilisait. Ce Neuville avait beau tenter de montrer patte blanche, il n'en restait pas moins inconnu et ses motivations semblaient obscures. Dans un premier temps, il voulait se faire le porte-parole des rebelles et de la zassagorienne. Pour un journaliste, il était compréhensible qu'un tel rôle soit une aubaine, du fait de l'exposition médiatique que cela engendrerait. Mais visiblement, le type était prêt à aller plus loin... beaucoup plus loin. Le regard dédaigneux de l'hybride à son encontre ne put s'empêcher d'exprimer de l'intérêt quand Neuville évoqua son compte en banque. Même si Jules avait compris qu'il était issu de l'une des familles les plus fortunées de France, rien n'indiquait qu'il eut de gros moyens à disposition. Mais très naïvement (ou peut-être pas, qui sait...), Neuville avait avoué l'existence de tels moyens. Pas très prudent de sa part, mais si lui-même jouait franc-jeu, il était alors tombé sur les bonnes personnes. En tous cas, Jules ne chercherait pas à le flouer. Juste à l'utiliser. Le jeune hybride prit alors la parole, en son propre nom. Si Upsilon n'était pas d'accord, ce n'était plus son problème.

- J'ai votre parole. C'est bien. Malheureusement pour vous, je ne pourrais guère vous proposer plus en échange. Ce sera donc parole contre parole. Ou presque. J'ai quelques documents heu... de famille, qui pourraient s'avérer intéressants. L'un de mes ancêtres, celui qui a débarqué ici, sur Terre, m'a laissé un petit souvenir en héritage. Quelque chose qui serait plus qu'une preuve concrète, mais malheureusement, cet objet gît dans l'océan à plusieurs kilomètres de profondeur.

Jules pencha légèrement sa tête sur le côté et jaugea les réactions de son interlocuteur. Il fallait qu'il sache à qui il avait affaire : un froid calculateur ou un doux rêveur. Il continua.

- Quant à la véritable personnalité d'Adam, il ne fait aucun doute que cet être ne vient pas pour apporter la parole divine. Les récits de mon ancêtres sont clairs à ce sujet. L'humanité n'a jamais eu à affronter un si grand danger. Sa fin est bel et bien programmée. Mais il faut savoir qu'Adam et son entourage ne laissent rien filtrer et qu'il sera difficile de prouver ce que nous avançons.

Cette fois-ci, Jules se tourna vers Upsilon (quel nom étrange...) pour y chercher son appui.

- Si vous voulez nous aider, il faudra bien comprendre que nous ne nous lançons pas dans une campagne de déstabilisation envers Adam. Nous entrons en guerre contre lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Upsilon
Gardien d'une porte

Mes Personnages

Date d'inscription : 24/08/2014
Messages : 322

MessageSujet: Re: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Lun 20 Oct 2014 - 9:50

Après s'être présentée, Upsilon resta silencieuse. Elle observait dehors, à travers les grandes vitres du bar. La foule amassée suite aux propos scandés par les hommes du van s'était éloignée et le bruit qui en émanait s'était dissipé. De l'autre côté de la rue, une berline noire attendait. Upsilon regarda l'heure sur sa montre et fut sortie de sa réflexion quand Sébastien releva le fait qu'elle avait parlé d'esclave.

- Oui, et moi tenir mon nom de ça, répondit-elle en détachant son regard de sa montre. Upsilon être nom de couvée dont moi venir. 6 être numéro de œuf de couvée. Donc moi m'appeler Upsilon 6. Upsilon être plus normal. Adam pas être seulement ennemi humanité, Adam être ennemi de toutes créatures vivant sur planète que lui convoiter. Terre beaucoup ressembler à Elyr avant dégâts. Terre pouvoir faire belle planète pour noblesse Elyrienne.


Elle se tut de nouveau, reportant son attention sur la berline. Un homme sortit de l'avant du véhicule. Un homme en costume avec un sac en papier en main d'un fast-food du coin. Il s'approcha de la poubelle publique la plus proche et jeta son sac dedans. Il remonta en voiture et celle-ci repartit aussitôt.

Upsilon n'écoutait plus vraiment Sébastien qui parlait de son argent et de ce qu'il pouvait faire avec. Ce qu'il pouvait apporter. Elle suivait la conversation entre Jules et Sébastien d'une oreille. L'hybride avait pris les choses en main et corroborait ses propos concernant Adam. Jules faisait allusion au vaisseau. Upsilon comprit ce qu'il avait en tête. Pour avoir le vaisseau, il fallait monter une expédition pour le remonter à la surface sans mettre la puce à l'oreille d'Adam. Mais pour monter ne telle expédition, il fallait un porte-monnaie conséquent. La chance était de leur côté ! Un beau porte-monnaie s'était invité à leur table.

Jules avait raison en disant qu'apporter des preuves des agissements réels d'Adam allait être difficile. L'accueil fait par les terriens avaient été des plus étranges. Les récits historiques Elyriens étaient très clair. A chaque arrivée sur une planète, les êtres l'habitant faisaient preuve d'hostilité. Pourquoi les terriens n'avaient-ils rien dit ? Une puissance extraterrestre arrivait et elle fut accueillie à bras ouvert. Quelque chose avait dû se passer lors de la réunion à l'ONU. C'était un point que Billy creusait sans succès. Pour avoir réponse à cela, il fallait entrer dans les vaisseaux.

Upsilon toussota et s'excusa un instant, priant les deux hommes de poursuivre la conversation. Elle sortit du bar et alla droit vers la poubelle publique. Elle plongea sa main dedans et en sortit le sac en papier. Elle regarda le contenu. A l'intérieur, un soda non terminé et une boite à burger et un sachet de frite vides. Soulagée, craignant que la berline et l'homme en costume ne furent pour elle, Upsilon retourna à l'intérieur du café.


- Fausse alerte, déclara-t-elle en se rasseyant comme si de rien n'était.

Elle revenait juste à temps pour entendre Jules dire qu'ils étaient en guerre contre Adam. Il disait "nous". Upsilon était satisfaite. L’hybride semblait se ranger de son côté.


- Vous penser avoir moyens pour financer expédition sous-marine monsieur Sébastien Neuville ? Vous avoir temps aussi ? Car expédition nécessiter longue, très longue préparation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Lun 20 Oct 2014 - 17:22

On ne peut pas dire que Jules rayonnait d'amabilité et d'enthousiasme communicatif. Il semblait d'ailleurs dans la même attitude de méfiance attentiste envers Upsilon, la blonde dynamique,   sûre d'elle-même et, malgré son français raboteux, très à l'aise dans la conversation.
Cependant, le métisse ( Seb décida de renoncer au mot hybride qu'il associait à créature synthétique  susceptible d'instabilité chromosomique ce qui le mettait mal à l'aise ) le métisse donc, accepta le pacte proposé, bien que "parole pour parole" eût mieux sonné que "parole contre parole", qui soulignait trop que Jules demeurait sur la défensive. La suite de son discours montra la même difficulté à révéler exactement quelle était la nature de cet héritage perdu en mer. La prudence nécessaire à un homme en fuite pouvait expliquer le caractère allusif de ses propos. Pour l'instant, Seb se contenterait de ces indices et du fait que l'héritage de Jules était inaccessible. Pour le récupérer, il faudrait faire appel à un capitaine Nemo complaisant. Seb eut une rapide vision de lui-même avec la casquette de Malto Cortese et le sweat de Humphrey Bogart, pilotant le Nautilus tandis que des squales ondulaient derrière les vitres panoramiques
Le journaliste hocha la tête pour montrer qu'il était intéressé et attendait la suite. Mais déjà Jules abandonnait le sujet et passait à Adam, qu'il présenta comme un ennemi déclaré des Terriens. Evidemment, Sébastien était poussé à le croire car cela confortait les révélations d'Upsilon et allait dans le sens de ses propres soupçons nés dès les premiers jours suivant l'arrivée des vaisseaux élyriens et devant les mesures niaises qui avaient été prises.

Brusquement le N°6 se leva et, sans rien dire, sortit du bar . Un peu surpris, Seb la regarda se diriger vers une poubelle, en tirer un sac dont elle scruta le contenu avant de le rejeter là où elle l'avait pris. Ce comportement accentua encore l'atmosphère de méfiance et de mystère et Sébastien se dit que peut-être on cherchait à l'impressionner pour pouvoir mieux le manipuler. Il choisit de ne pas relever l'incident quand Upsilon en revenant signala que ce n'était qu'une fausse alerte. Alerte à la bombe ? C'était peu malin d'aller vérifier en tripotant un sac suspect. Ou bien, avait-elle cru à un système de boîte aux lettres comme on utilise dans les histoires de kidnapping ? Mais c'était aussi peu crédible car dans ce cas, le destinataire du colis se dissimule avant d'aller récupérer l'objet et il aurait tenté de reprendre son bien.
Grand amateur de romans et de films d'espionnage, Sébastien chercha  une troisième option, ne trouva que le cas où c'était Upsilon elle-même qui subrepticement venait de glisser ou de prendre un message ou un objet dans la poubelle. Il allait surveiller du coin de l'oeil ce qui se passerait autour de la dite poubelle durant les prochaines minutes . En principe, on n'attendait pas longtemps. Il y avait trop de risque qu'un clochard  vienne examiner pour son compte le contenu de la poubelle.
Par ailleurs, malgré sa défiance,  il ne pouvait s'empêcher de se sentir très excité par le côté polar de cette étrange entrevue. Il se sentait libre comme il ne l'avait jamais été. Sa vie était comme concentrée dans chaque instant. Les décisions qu'il prendrait serait bonnes ou stupides, mais elles lui appartiendraient entièrement.
Upsilon en se rasseyant posa directement la question qui allait faire avancer les choses. Sébastien prit son temps pour répondre, termina son café, regarda Jules en essayant de se donner le visage impassible d' Alain Delon dans le Samouraï. Certes il savait bien que sa bouille ronde ne s'y prêtait pas et puis comment avoir l'air impénétrable sous un bonnet en côtes tricotées?
Il se dit qu'il allait certainement s'engager dans l'erreur la plus monumentale qu'un cadet Neuville ait commise depuis celle de  Hugues-Godefroy de Neuville qui s'avisa, malgré l'opposition de sa famille émigrée à Bruxelles, de rejoindre l'armée napoléonienne  le 17 juin 1815, dans un petit village du nom de Waterloo. Mais il se sentait motivé autant par le désir de s'affirmer en tant que journaliste d'investigation que par le goût des chasses au trésor et mystères des abysses , sans oublier  le noble et transcendant devoir de sauver l'humanité.
Cependant, si son coeur bondissait à ce sentiment d'aventure,  il gardait la tête froide sous son bonnet (les Neuville sont connus pour leur perspicacité, même si les cadets semblent en avoir moins que les aînés) et il répondit très calmement à Upsilon :


–Oui, j'ai les moyens. L'argent n'est pas un problème. Mon frère est le principal actionnaire de Hisséo, la société japonaise spécialisée dans la pose des câbles sous-marins et l'entretien des plates-formes pétrolières. Hisséo sponsorise le DEEP, département de la  RASM, la Recherche archéologique sous-marine. Nous pourrons donc nous faire sponsoriser partiellement en présentant un projet de recherche dans la zone qui vous intéresse. Et je peux assurer la soudure très rapidement question finances.
Evidemment, le DEEP nous obtiendra toutes les autorisations nécessaires dans les meilleurs délais. Enfin, je peux vous assurer un certain secret . Il faudra laisser entendre qu'il y a peut-être du pétrole là-dessous ou des terres rares. Tout le monde rêve de terres rares à notre époque. Officiellement, nous chercherons l'épave d'un galion espagnol ou d'un drakkar viking ou ce que vous voulez et on nous laissera tranquilles.
J'aimerai savoir cependant quel est l'objet que vous recherchez, en quoi il sera utile à notre cause, à savoir le départ de la Délégation élyrienne, et aussi la région où nous devons effectuer les recherches. Il faudra monter un dossier crédible. Comme je mettrai pas mal d'argent au départ, les démarches seront simplifiées et les contrôles bienveillants Nous ne demanderons pas de subventions, ce qui entraîne toujours des délais et rend tâtillon. Je peux même donner une petite couleur écolo à la mission. SDN finance des projets Pink Peace. Nous serons intouchables. Voilà ce que je peux vous apporter. Naturellement, je vous accompagnerai.


Il s'arrêtera, surpris de cette décision . Et Liselor ? Comment allait-il lui expliquer ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 04] Le calme avant la tempête...    Lun 20 Oct 2014 - 18:06

Malgré son côté un peu trop détaché qui agaçait Jules, Upsilon semblait finalement aux aguets. Au fil de la conversation, elle prit de plus en plus de recul et observa ce qu'il se passait autour d'eux. Au bout d'un moment, elle se leva et alla inspecter une poubelle. La raison de cet acte étonnant échappa complètement à Jules qui leva un sourcil interloqué. S'il ne l'avait pas vue à l'action à Versailles, le jeune hybride aurait été persuadé d'avoir affaire à une malade mentale. Tout bien considéré, cette possibilité n'était pas en rejeter en bloc non plus... Finalement, la zassagorienne mit les pieds dans le plat et demanda à Neuville ce qu'il pouvait concrètement leur apporter comme soutien. La réponse valait son pesant de cacahuètes et Jules eut du mal à cacher un sourire étonné.

Toute cette histoire était trop belle, trop parfaite pour être vraie. Le naturel méfiant de Jules ne pouvait s'estomper devant le discours du journaliste plein aux as. Néanmoins, il n'avait ni le temps ni les moyens de refuser une telle offre. Si le type était un espion, un mythomane ou un arnaqueur, Jules assumerait son erreur. Une telle occasion était un don du ciel, même si l'hybride était plutôt de confession agnostique, en l’occurrence. Neuville leur proposait, ni plus ni moins, de financer l'opération de A à Z, sans aucune contrepartie... hormis bien sûr une totale transparence de leurs objectifs, ce qui était bien légitime. Pourtant Jules hésita un peu. S'il s'avérait que l'homme fut un espion à la solde des élyriens, du gouvernement, des illuminati ou des chiens de concours, Jules aurait lâché une information importante au camp adverse. Ainsi, il décida de garder les coordonnées exactes pour lui. Il les modifierait légèrement pour pouvoir se retourner en cas de trahison. Et si tout allait bien, il rectifierait celles-ci au dernier moment.

D'une voix déjà un peu plus amicale, il s'adressa à Neuville.


- Je ne vous cache pas que votre offre dépasse toutes mes attentes. Vous m'offrez sur un plateau doré ce que je n'aurais pu espérer auparavant. Mais il y a deux-trois choses que vous devez savoir. Les responsabilités que vous prenez avec une telle collaboration seront certainement très lourdes à assumer. Vous prenez position contre Adam, et je vous en félicite, mais attendez-vous à être pourchassé, persécuté, voire plus, si jamais le véritable objectif de la mission s'ébruite. Je ne veux pas avoir affaire à un caprice de gosse de riche en mal d'aventure.

Cette dernière phrase fut ponctuée d'une petite marque de mépris, bien involontaire. Jules tenta de se ressaisir. Son but n'était pas de dégoûter son mécène.

- Mais si vous prenez ce risque en notre compagnie, jusqu'au bout, vous n'aurez pas à faire à un ingrat. Je vais vous révéler le but de cette expédition. Vous évoquiez un drakkar viking ou un galion espagnol... c'est à peu près l'idée. Nous allons récupérer le vaisseau dans lequel mon grand-père est arrivé sur Terre, tout droit d'Elyr.

Jules marqua une pause, comme s'il venait de lâcher une terrible révélation (avec le Tintintiiiin ! qui va bien avec).

- Je ne vous cache pas que je ne sais pas grand chose à propos de cet engin, hormis sa localisation. Mais si nous voulons envisager une lutte efficace contre les élyriens, il nous mettre toutes les chances de notre côté.
Revenir en haut Aller en bas
 
[Jour 04] Le calme avant la tempête...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le calme avant la tempête [Intrigue 8]
» Le calme avant la tempête. [Solan & Luka]
» Le calme avant la tempête
» Le calme avant la tempête ?
» Le calme avant la tempête [Intrigue 8]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imaginarium :: Le couloir infini des univers :: Space Chronicles :: [Chapitre 1] 1990 - La Délégation Terre-