.


Forum RPG multivers, plusieurs jeux de rôle sur 1 seul forum. Venez jouer dans des univers différents avec un seul compte sur le forum.
 

Partagez | 
 

 Freya Vanadís

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Siana


Mes Personnages

Date d'inscription : 22/08/2014
Messages : 202

MessageSujet: Freya Vanadís   Jeu 22 Sep 2016 - 14:53

Freya Vanadís
Feat Michelle Rodriguez


Lieu ou planète d'origine : Roxa
Surnom : Ragnarök, L'Intrépide   


(c) CREDITS : Code : Siana - Texte : Siana - Avatar : Tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siana


Mes Personnages

Date d'inscription : 22/08/2014
Messages : 202

MessageSujet: Re: Freya Vanadís   Jeu 22 Sep 2016 - 14:57

Extrait du RP
"Il suffira d'une étincelle..."
Feat Nathan Belfalis


Freya s'installa confortablement sur une chaise. Elle n'avait rien de confortable mais vu ce qu'elle avait vécu ces dernière semaines, mois, voire année au vu de l'histoire de sa planète d'origine... même un caillou pouvait être confortable pour elle.

La jeune femme revenait tout juste de Lidatha, où elle était (volontairement) incarcérée pour tentative de cambriolage.
Six mois plus tôt, la demoiselle avait été prise en flagrant délit d'escalade de la clôture d'une somptueuse maison de vacances Elyrienne sur Terra Prime. Freya n'avait pas pour objectif de cambrioler la maison. Son but était de se faire attraper et envoyée sur la planète minière. Elle aurait pu y aller en se portant volontaire pour le travail dans la mine. Mais Freya voulait accéder aux galeries dédiées à l'usage carcérale.

Freya était originaire de Roxa et il était rare qu'un Roxanien quitte sa planète si secrète. Surtout depuis qu'ils avaient réussi à faire fuir les Elyriens et qu'ils se cachaient du monde sur leur planète. Alors quand une Roxanienne fut prise en flagrant délit, la justice de l'Empire Elyrien en profita pour en faire un exemple. Ce dont Freya se doutait. Elle écopa donc du maximum : 6 mois de prison sur Lidatha, se retrouvant aux travaux forcés.

La jeune femme qui, mine de rien, était à la tête d'un réseau de résistance bien secret et protégé, voulait entrer en contact avec des prisonniers bien particuliers. Ces hommes et femmes n'étaient pas facilement accessibles, surtout leur chef : Raja. Ils étaient des terroristes très surveillés, constamment entouré de gardiens, même dans les galeries de la mine ou dans les commodités. Freya voulait rallier ces hommes à sa cause et les faire rejoindre son réseau.
Les approcher fut laborieux. Il lui fallut un mois entier pour observer les terroristes prisonniers car ils n'étaient jamais seuls, jamais ensemble. Freya les observa un a un, pour mieux les cerner, se concentrant tout de même sur Raja. Quand le moment fut venu, Freya passa un nouveau mois à trouver un moyen d'entrer en communication avec le chef. Ce fut donc au bout de deux mois que le premier contact par message fut fait.
D'abord méfiant, le chef devint rapidement curieux. Et après deux mois d'échange, grâce à un stratagème bien réfléchi par le chef, Freya put le rencontre pendant 15 minutes. 15 minutes durant lesquelles elle devait le convaincre. Malheureusement, Raja refusa de la rejoindre, elle et son réseau, avec son équipe.

Freya était têtue et elle n'en resta pas là. Il lui restait deux mois pour repartir avec une victoire. Pendant ces deux mois, elle tenta de convaincre les hommes du chef des terroristes. Si l'un des terroristes était intéressé, peut-être qu'il saurait convaincre le chef.

Au bout de six mois de prison minière, Freya quitta Lidatha en ayant l'appui d'un des terroristes mais sans savoir si le chef acceptait. Le terroriste qui l'appuyait lui avait toutefois promis le passage d'un porte-parole pour lui donner des nouvelles. La date avait été posée par lui, le lieu par Freya.
 

 
(c) CREDITS : Code : Siana - Texte : Siana - Avatar : Tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siana


Mes Personnages

Date d'inscription : 22/08/2014
Messages : 202

MessageSujet: Re: Freya Vanadís   Jeu 22 Sep 2016 - 14:58

Extrait du RP
"L'Opération Lazarus"
Feat Raja O'Hara


Freya reprit sa marche en rond et Marcelle se tut. Mais le silence ne fut pas de longue durée. Freya reprit la parole.

- Raja a bien été mis au courant qu'il aurait une visite médicale ? J'espère qu'il n'en sait pas plus... qu'il n'est pas au courant pour l'opération d'évasion ? Car s'il sait... les gardiens le sauront forcément aussi.

Marcelle haussa les épaules en signe d'ignorance. Freya lâcha un grognement d'exaspération.

- Lidatha en vue, déclara Marcelle. Assis-toi maintenant et attache-toi.

Freya avait le visage sombre.

- Il sait, confessa Marcelle. Il sait qu'une infirmière, autrement dit, toi, viendra lui faire une visite médicale.

Marcelle amorça la procédure d'atterrissage sur une des pistes réservées au personnel de Lidatha. Il ne leur restait plus qu'à sortir de la navette et commencer leur grande comédie... tout en évitant de se faire prendre...

[...]

La navette toucha la plateforme d'atterrissage de la prison de Lidatha. Freya se tenait debout face à la porte, en uniforme d'infirmière, une mallette à la main. Marcelle coupa les moteurs de la navette et rejoignit sa complice. Elle appuya sur le bouton qui ouvrit la porte de la navette. Un accueil armé les attendait. Le chef du service médical de la prison s'avança et salua Freya. Son visage montrait son mécontentement. Le Gouvernement Unifié envoyait quelqu'un d'autre pour faire son travail.
Freya s'avança à son tour vers le chef du service, collée de près par Marcelle qui jouait le rôle de son garde du corps.

- Bienvenue à Lidatha, lâcha le chef du service. Je suis...

- Je sais qui vous êtes, coupa Freya en sortant de sa mallette une fiche d'identification à l'effigie du chef de service qu'elle mit sous le nez du chef de service, suivie de sa fausse fiche d'identification personnelle. Navrée de vous interrompre, mais  je suis pressée. Le cabinet de la sureté a hâte de connaitre les résultats de l'expérimentation que nous allons mener aujourd'hui sur le lot de prisonnier sélectionné. La procédure doit être bien respectée et je ne bénéficie hélas que de peu de temps. Je vous aurais bien proposer votre assistance mais j'ai des ordres, ajouta Freya en pointant discrètement du doigt son garde du corps. Pouvez-vous me conduire rapidement à l'infirmerie ?

Le chef du service dévisagea le garde du corps de Freya puis leva les yeux au ciel. Sur un ton plus détendu, il murmura à Freya :

- Pourquoi changeraient-ils ? N'est-ce pas ?

Il ricana et fit signe à Freya de le suivre.

[...]

Au bout de la salle, le chef de service ouvrit une autre porte, donnant accès à l'infirmière fictive l'accès à la salle de soin. Freya s'installa, déballant le matériel de sa mallette.

- Si vous avez besoin de quoi que ce soit, je serai dans mon bureau, à l'autre bout du couloir.

*autrement dit, suffisamment loin...* se dit Freya en posant sur la table de travail, une dizaine d'implants emballés dans une poche stérile.

- Vous allez leur mettre ça...

- Oui,
dit Freya. Les techniciens passeront comme prévu dans quelques jours pour poser les bornes dans la prison. Quand nous aurons fini, nous ferons des tests avec ces dix prisonniers. Nous verrons si l'implant libère sa décharge électrique lorsqu'ils passeront les bornes électromagnétiques. Si cela fonctionne, vos gardiens de prison n'auront plus besoin d'être si nombreux et votre prison coutera moins cher au Gouvernement et restera ouverte. Vous ne serez pas au chômage, très cher !

- Vous allez simuler une évasion pour le test ?
s'inquiéta le chef de service.

- Bien sûr que non,
rassura Freya, nous les forcerons à passer entre les bornes ! S'ils meurent, ce ne seront pas de grosses pertes, d'où le choix du cabinet de sureté de ces dix prisonniers. N'est-ce pas fascinant, le progrès ?

- Sûr, sûr... dit le chef de service en reculant sans faire de bruit. Je vous laisse.

Puis il disparut, laissant place à un premier prisonnier. Freya allait devoir poser six faux implants électrique, qui contient en réalité le poison, avant d'arriver à Raja.

Après trois heures à poser des implants, deux pauses pipi et une pause casse-croute offerte par le chef de service, se fut enfin le tour de Raja...

[...]

- Prisonnier Raja O'Hara, dit Freya en sortant le dispositif de sa boite de protection étiquetée au nom du prisonnier. Lisez ces consignes, ajouta-t-elle en donnant au prisonnier une feuille numérique.

Sur le papier numérique, un texte apparut et défila sous les yeux de Raja :

Code:
   Ceci est le début de votre évasion. Je vais vous injecter un implant. Dans une heure, il va vous faire passer pour mort. Nous serons là pour recueillir votre "faux" cadavre et vous libérer. Même si elle est fausse, votre mort risque d'être douloureuse. Désolée !

Freya reprit la feuille numérique et le message s'effaça.

- Vous avez compris ? Vous ne bougez pas pendant le processus. Quand je vous le dis, vous retenez votre respiration et vous ne déglutissez pas. Vous ne bougez pas la tête durant toute la prochaine heure.

Freya fit un examen complet de Raja. Cela lui prit une bonne vingtaine de minute. Marcelle s'avança avec du désinfectant. Elle l'appliqua sur la peau du cou de Raja, juste à côté de la jugulaire. Freya s'approcha à son tour avec une seringue dans laquelle se trouvait le minuscule implant. Elle donna l'ordre à Raja de ne plus bouger, de ne plus respirer et de ne pas déglutir. Elle planta l'aiguille et injecta en sous-cutané l'implant.

[...]

Freya avait passé l'heure d'attente à vérifier son arsenal de secours. Il y avait toutes sortes d'arme. Elle avait aussi programmé son déphaseur avec des coordonnées d'un sas de téléportation situé à bord d'un vaisseau qui allait les éloigner de Lidatha.
Marcelle, quant à elle, avait préparé son déphaseur sur une autre coordonnée conduisant à un second lieu sûr,  au cas où il ne soit pas possible de s'échapper comme le prévoyait le plan A. Celui-ci était plus risqué car il avait pour destination un lieu sûr de repli sur Lidatha. Mais c'était toujours mieux que de se faire prendre.
Avec ces deux destinations, Freya et Marcelle s'étaient assurées deux options de repli.

[...]

Un bruit de fracas s'éleva et sortit les deux femmes de leur esprit. Quelqu'un frappait à la porte de la navette. Freya alla ouvrir.

- Que se passe-t-il ? demanda Freya au gardien de prison qui venait les chercher. Est-ce que les prisonniers...

Le gardien hocha la tête. Freya prit sa mallette d'infirmière et Marcelle se leva. Cela commençait !
Freya quitta en trombe la navette. Elle pressa le gardien. Marcelle restait dedans pour la préparer au départ précipité qui les attendait.

Une fois sur place, Freya ordonna à ce qu'on lui ouvre les cellules pour examiner les prisonniers. De peur d'aller à l'encontre d'une envoyée du Gouvernement, les gardiens obtempérèrent sans sourciller. Freya entra dans chaque cellule pour prendre les paramètres vitaux. Mais quand elle fut dans la cellule de Raja, elle fit plus. En plus de l’ausculter pour s'assurer que le cœur était lent au point d'être imperceptible sans pour autant être arrêté, elle lui injecta discrètement de la Mama Inala pure, qu'elle s'était procurée sur Roxa, chez son père, au Templo Mayor. Il allait falloir attendre une bonne demi-heure avant que les premiers effets se fassent sentir. Ce psychotrope puissant allait booster la fonction cardiaque de Raja et le réveiller, tout en lui donnant une force de vivre brève mais suffisamment longue pour fuir jusqu'au cargos.

- Il n'y a pas de temps à perdre, conduisez-les à ma navette. Faites-vite, il faut les mettre dans mes caissons cryogéniques dans les premières minutes pour ne pas fausser les résultats de l'autopsie qui sera faite à mon retour sur Elyr. Allez bougez-vous ! ordonna Freya sur un ton digne d'une employée vouée au Cabinet de la Sureté.

Le chef du service qui avait accueilli Freya arriva. La jeune femme resta près de lui, à l'entrée des cellules d'isolement, pendant que les gardiens déplaçaient les "cadavres" jusqu'à la navette où Marcelle les réceptionnait. Marcelle installa chaque prisonnier dans une cuve cryogénique, sous les yeux des gardiens. Elle enclencha la cryogénisation sur tous les caissons, sauf celui de Raja, afin qu'il puisse se réveiller... S'il se réveille !

Pendant ce temps, Freya parlait une dernière fois avec le chef du service.

- Je suis terriblement déçue de la tournure des choses. Des postes vont se libérer ! Vous allez voir... l'échec n'est pas acceptable. Mais rassurez-vous je veillerai à souligner votre pleine coopération auprès de mes supérieurs, assura Freya. Nous reviendrons vers vous pour renouveler l'expérience et trouver une version qui fonctionne. A très bientôt.

Freya laissa un chef de service soulagé de savoir que sa tête ne quittera pas ses épaules. Freya rejoignit avec hâte la navette. A peine la porte fut-elle fermée que Marcelle démarra les moteurs et que la navette s'éleva dans les airs, direction la zone stellaire du cargos qui les attendait pour fuir.

[...]

Quand les trente minutes s'écoulèrent et que le réveil se faisait plus immédiat, la navette était à mi-chemin entre l'aérodrome de la prison et le cargos.

- Freya, je crois que nous sommes suivies, dit Marcelle en accélérant la vitesse de la navette. Où en est le réveil de Raja ?

[...]

[Raja] jeta un œil aux instruments de navigation et constata le rapprochement rapide des véhicules de la milice.
« On n’a pas d’autre choix. Nous devons prendre des risques. Freya, prépare le déphaseur pour une téléportation imminente. Je ne retournerai pas en prison. »

[...]

Freya offrit à Raja son plus beau regard mécontent. Elle était chef de son propre réseau. Elle n'appréciait pas beaucoup qu'on lui dise quoi faire. Mais là, pour cette opération, elle ne dirigeait rien. Elle était volontaire. C'était une mission en association entre trois organisations. Il y avait celle de Freya, qui apporta les éléments pour faire passer Raja pour mort et pour le réanimer. Il y avait celle de Nathan Belfasis, qui fournissait les moyens de transport comme la navette et un accord avec le capitaine du cargos. Et il y avait Marcelle, une ancienne membre du groupe de Raja, qui s'était occupé d'organiser la fausse opération de sécurité au nom du cabinet de Sureté. Mais malgré la participation de Freya, Marcelle et Nathan restaient les têtes pensantes du plan. Elle ne donnait donc qu'un coup de main.
Pourquoi aider ? Parce que libérer Raja lui permettrait de relancer ses projets d'actions. Elle s'était faite incarcérer pour l'approcher. Elle avait été jusque là pour l'approcher. Alors pourquoi pas tenter de le faire sortir de prison.
Si on n'avait jamais eu idée de le rencontrer et si on lui avait parlé de l'opération Lazarus, il y aurait eu peu de chance qu'elle y participe bénévolement comme en ce moment.

Freya laissa sa fierté de côté et retint sa colère contre Marcelle. Elle sortit son déphaseur par le col de son t-shirt et le reprogramma avec les coordonnées du sas de téléportation du cargo.

[...]

Raja s’efforce de calmer sa respiration, puis demande :

« Parlez-moi encore de ce Nathan Belfasis… À quel point peux-t’on se fier à lui ? »

[...]

Elle répondit à Raja :

- Au point que je lui confie ma vie sans crainte. Cela va même plus loin. Il est le seul dans les réseaux à connaitre mon vrai nom, mes origines, mon histoire, ma famille... à savoir où les trouver, quelle corde toucher pour m'atteindre. Je le considère comme un père. Il a été mon mentor, en quelque sorte...

[...]

Le trio avançaient à pas assurés vers la passerelle où le commandement du vaisseau s'effectuait. Ils s'approchèrent d'une grande porte sans serrure, sans digicode. Pour l'ouvrir, il y avait un système de reconnaissance digital. Comme sur chaque vaisseau de fret, la passerelle n'était accessible qu'à certains membres de l'équipage. Ce vaisseau était assez ancien car maintenant, une Intelligence artificielle de bord gérait les accès, et non plus des commandes de reconnaissance oculaire, digitale ou vocale.

- On pourrait peut-être sonner,
proposa Marcelle en montrant un dispositif avec micro qui permettait aux personnes non autorisée de demander l'autorisation d'entrer.

- Ou le pirater, proposa Freya en sortant d'une poche un petit appareil pas plus gros que son déphaseur, qui permettait de prendre le contrôle de ce genre de serrure.

[...]

Ces deux femmes avaient-elles donc prévu d’improviser durant toute l’opération ? Étaient-elles seulement capables de tomber d’accord sur un seul sujet ? Ah, soit…

« Je n’ai jamais vu quiconque parvenir à pirater une intelligence artificielle. Freya, j’espère que tu sais ce que tu fais. » dit-il en lui faisant signe de procéder.

[...]

Le petit appareil afficha une série d'empreinte digitale. Elles étaient toutes rouges et clignotantes. Puis, une empreinte verte apparut à l'écran du petit appareil et s'afficha ensuite sur le pouce de la marque en forme de main de l'écran de la serrure à reconnaissance digitale. Petit à petit, en l'espace d'une minute, les autres empreintes de la marque en forme de main devinrent vertes. La serrure accepta le piratage. Freya retira son appareil tandis que la porte s'ouvrait, leur laissant accès à la passerelle.

[...]

Avant de répondre à la question de Raja, le capitaine s'approcha lui aussi du hublot à travers lequel regardait l'ancien prisonnier. Mais au lieu de regarder l'horrible planète minière et carcérale, le capitaine observait le portail spatial. L'immense machine était en train de s'ouvrir.

- Il reste une minute avant l'ouverture totale du portail, puis deux ou trois minutes pour le vaisseau d'avancer et s'engager dans le portail. Une fois le vaisseau en contact avec les rayons du portail, il ne faudra que quelques secondes pour être à destination. Et là-bas, il faudra deux ou trois minutes pour que le cargo sorte du portail spatial de destination.


Tandis que le capitaine s'écartait du hublot pour aller s’installer derrière son bureau pour fouiller dans sa paperasse, Freya s'approcha aussi du hublot et dit doucement à Raja :

- Je ne vois plus de patrouille de la milice.

[...]

Raja considèra Freya un instant, le regard scrutateur.

- Je crois qu'il est temps que nous discutions des termes de notre alliance, dit-il avec un mince sourire.

[...]

Maintenant seuls, Freya se tourna vers Raja et dit :

- Les termes de notre alliance sont simples. C'est le principe de l'échange équivalent. Nous avons tous les deux des spécialités différentes mais complémentaires. J'ai mes entrées dans tout le système numérique de l'Empire. C'est comme cela que la petite opération d'aujourd'hui a pu être faite soi-disant sur ordre de Cabinet de Sûreté, en montrant des documents on ne peut plus officiels au directeur de la prison. C'est aussi comme ça que notre hôte va avoir légalement un cristal de Zassagor.

Mon équipe et moi-même arrivons à mettre notre nez dans les services informatiques de l'Empire sans nous faire prendre. Nous avons ainsi piraté la grande loterie impériale. Cela nous a fait gagné pas mal d'argent et nous a permis de nous équiper, d'acheter une navette, d'acheter nos entrées dans certains lieux prisés de l'élite et nous rapprocher ainsi de quelques têtes riches, intéressantes et utiles. Aujourd'hui nous sommes à sec et pirater une seconde fois la loterie nous ferait prendre.

Donc on cherche un autre moyen de nous procurer facilement de l'argent. Nous avons la possibilité d'entrer légalement dans des galas de riches mais nous sommes incapables de braquer et partir en prenant les richesses par la forces.

Mon réseau est davantage constitué de rats de bibliothèques et de geek à lunettes que de gros balèzes capables de violence. Si nous sommes doués pour leurrer les gens et les machines, nous sommes incapable de nous battre et nous défendre. C'est pour ça qu'aujourd'hui, j'avais super Marcelle avec moi. J'ai une arme, je sais m'en servir mais cela s'arrête là. S'il avait fallu donner des baffes, j'aurais été dans le pétrin. Toi, tu as la force et l'armement dont nous avons besoin. Notre arme à nous, ce sont nos ordinateurs et nos virus informatiques, qui nous ouvrent les portes de toutes les places stratégiques de l'Empire.

Tu comprends maintenant l'échange équivalent qui peut en découler ? Tu nous aides quand on a besoin de gros bras. Et nous on t'ouvre les portes qui te restent fermer lorsque tu as besoin d'aller quelque part pour tes actions. tu as besoin d'entrer dans le bureau d'un conseiller de l'Empire ? Pas de problème ! On te l'ouvre, qu'importe ce que tu comptes y faire. On ne pose pas de question, si en échange, tu nous prêtes des gros bras sans poser de question non plus.


[...]

Le chef terroriste écoute les paroles de Freya avec attention, et hoche la tête lorsqu'elle a terminé.

- Vous seriez le marteau et nous serions l'enclume, en d'autres termes. Ou la cervelle et les muscles, pour présenter les choses de manière plus caricaturale.

Il est évident que cette alliance apporterait beaucoup aux deux parties. Et, manifestement, les tiens détestent l'Empire tout comme mes hommes, leur loyauté n'est donc pas en doute. J'ai de surcroît une dette personnelle à ton égard. Alors... nous avons un accord, Freya.

Il tend sa large main pour serrer celle de sa nouvelle alliée.

- Puisse ceci être le début d'une longue et belle association ; la naissance d'une force qui, si les dieux le veulent, brisera l'Empire Élyrien et ramènera la liberté aux hommes et femmes soumis à son joug.

[...]

Freya ne put s'empêcher de sourire quand Raja accepta sa proposition. Elle affichait un large sourire qui s'étendait jusqu'aux oreilles.

- Je sens que nous allons avoir une collaboration très fructueuse ! s'exclama-t-elle. Les miens détestent l'Empire. C'est ancré dans notre sang. Mon réseau est composé à 90% de Roxaniens. Jamais je n'oublierai ce que ma planète a vécu pour faire face à un Empire dont nous n'avons pu éviter l'intégration. Je suis assez tranchante vis-à-vis du choix de lutte des anciens contre l'Empire. Si la peur de l'offensive n'avait pas eu lieu, si le choix de la défense destructrice n'avait pas eu lieu, Roxa serait toujours puissante et nous ne saurions pas obligés de vivre cachés comme des rats sur notre propre planète ! Je ne rêve que d'une chose, c'est de voir l'Empire s'écrouler en se mêlant les pieds dans ses propres erreurs. Et crois-moi, il y en a ! Nous avons déjà pu entrevoir des noirs secrets de l'Empire, des choses qui pourraient faire retourner leur veste aux plus grands lèche-cul de l'Empire. Nous devons encore fouiller pour en déterrer davantage. Mais quand ce sera chose faite, la résistance sera écrasante ! s'exclama Freya avec ardeur.

La jeune femme serait les poings tellement fort que ses ongles meurtrissaient ses paumes. Elle lâcha prise et ajouta :

- Et Roxa retrouvera sa gloire d'antan.

A peine eut-elle dit cela, Lidatha disparut du hublot et laissa place à une nouvelle planète : Terra Nova.

- On dirait que nous avons franchi le portail !

[...]

Un goût amer envahit la bouche de Raja qui détourna le regard.

- Bien... prochaine étape : Roxa.
 

 
(c) CREDITS : Code : Siana - Texte : Siana - Avatar : Tumblr


Dernière édition par Siana le Jeu 22 Sep 2016 - 15:23, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siana


Mes Personnages

Date d'inscription : 22/08/2014
Messages : 202

MessageSujet: Re: Freya Vanadís   Jeu 22 Sep 2016 - 15:00

Extrait du RP
"L'étreinte du désert"
Feat Raja O'Hara


Freya ne s'offusqua pas quand Raja s'emporta au sujet de l'espionnage dans le temple. Elle avait déjà eu droit à ce sermon quand elle avait annoncé son idée de le faire auprès de ses hommes. Les plus croyants s'étaient énervés, menaçant de lui retirer leur soutien. Mais Freya avait ses raisons et elles n'étaient pas uniquement liées à la résistance. Officiellement, Freya avait donné pour raison à ses hommes que les Elyriens pouvaient s'en prendre à eux en s'attaquant à ce qui leur restait, ce qui comprenait leur culture et leur croyance. Officieusement, en plus de protéger le culte, Freya comptait protéger ceux qui lui étaient précieux.

La jeune femme resta silencieuse. Une certaine appréhension la prit. Elle appréhender de remettre les pieds dans le temple. Surtout après ce qui s'y était passé, quelques mois plus tôt, lorsqu'elle était venue demander de la Mama Inala pour l'opération Lazarus. Elle avait espéré que son père lui en aurait donné facilement, comme son grand-père l'avait fait avant lui, lors de la première opération Lazarus. Malheureusement, son père n'eut pas le même élan de générosité spontanée. S'il avait aidé sa fille en prenant de la Mama Inala dans les récoltes du Grand Temple, ce fut plus par résignation face à sa fille plutôt que comme geste de soutien à une rebelle.
Le ton avait monté. Des paroles, du père comme de la fille, dépassèrent les pensées. Freya avait eu la Mama Inala mais l'entente déjà fragile, s'amenuisa davantage.

Quand elle vit son père chanter au cœur du temple, vêtu de son habit de Grand Prêtre, Freya eut un frisson à la fois chaud, car elle était tout de même heureuse de le voir, mais aussi froid, car elle avait toujours une pointe de colère contre lui.

Freya s'assit à côté de Raja. Machinalement, Freya retira sa chèche. Ce découvrir dans le temple, c'était quelque chose d'instinctif chez elle, car enseigné depuis son plus jeune âge, par son grand-père, ancien Grand Prêtre, et par son père, le Grand Prêtre actuel.

Elle ne lâcha pas son Grand Prêtre de père, posant sur lui un regard pesant.

[...]

Freya sourit à Raja. C'était un sourire à la fois malicieux car elle savait que la réponse allait surprendre Raja. Mais à la fois tendre car... eh bien sa réponse en étant la raison !

- Le Grand Prêtre est mon père, dit-elle doucement. Ton évasion a été possible en partie grâce à mon père. La Mama Inala que je t'ai donné pour simuler la mort est issue des plants cultivés dans le temple. C'est mon père qui m'a fourni en Mama Inala. Ma dernière conversation avec lui date du jour où je suis venue lui demander ce don de Mama Inala. Elle a été plutôt houleuse. Il me suit dans mes opinions vis-à-vis de l'Empire mais il désapprouve ma façon de faire. J'ai pu avoir la Mama Inala uniquement en échange de l'entrevue de ce soir, confessa-t-elle.

Freya inspira profondément et expira lentement, comme pour se donner du courage.

- Et dire que je trouve plus difficile de faire les quelques pas pour aller le voir plutôt que de m'infiltrer dans les mines de Lidatha ! Mais je n'ai plus le choix, apparemment...
marmonna-t-elle en faisant un signe de main à son père, en réponse à celui qu'il venait de lui faire. Même si entre nous, c'est tendu depuis que j'ai monté mon réseau de hackeurs, il reste mon père. Je n'ai aucun remords à avoir des yeux et des oreilles ici, ajouta-t-elle en fixant Raja, en réponse à son dernier commentaire. Même quand je suis à l'autre bout de l'Empire, je sais si rien ne perturbe son quotidien, ainsi que celui de mon frère ainé. C'est le Généreux qui est en train de ranger l'autel.

[...]

Freya fut une nouvelle fois suivie par Raja. Il allait découvrir où se terrait le réseau de hackeurs, qui figurait parmi les plus redoutés de l'Empire. Elle fit contourner le temple à Raja. Ils durent se faufiler dans le noir, entre des piliers du temple, des roches tombées du canyon et des vestiges du passé du temple. Ils arrivèrent derrière le temple. Freya souleva un pan de lianes. Derrière, se cachait une petite porte qui ne payait pas de mine. Freya posa sa main sur la porte dénuée de poignet et elle s'ouvrit toute seule sur un sas exiguë. Dans le sas mal éclairé, se trouvait une porte et un escalier en colimaçon, taillé directement dans la roche du canyon, qui descendait.

- On descend,
dit Freya en se précipitant dans l'escalier qu'elle avait l'habitude de prendre. Fais attention, les marches glissent à un moment ! prévint-elle en descendant les marches deux par deux.

Plus ils descendaient, plus la fraicheur était soutenue et la pénombre s'installait. Freya dût allumer une lampe torche qu'elle avait dans son sac.
Après une longue descente, Freya et Raja arrivèrent au sous-sol du temple, dans les bas-fonds du canyon.


Freya éclaira le sous-sol pour le montrer à Raja. Il y avait des pans de murs sculptés et rongé par le temps et la végétation, tout autour d'une sorte de lac souterrain.

- La journée, par un jeu de miroirs, la lumière naturelle du soleil est reflété jusqu'ici. Suis-moi, on va aller se mettre au chaud, dit-elle en s'avançant près d'un mur.

Elle posa sa main dessus et le mur s'ouvrit.

- On y est ! s'exclama-t-elle en pénétrant dans une salle recouverte de miroirs. Ce sont des miroirs sans tain, expliqua Freya à Raja. En touchant la porte, j'ai signalé notre présence. Un guetteur nous a ouvert la porte derrière le temple, puis ici. Sans quelqu'un pour nous ouvrir, impossible d'entrer. A moins de tout casser ! Mais c'est solide. Ce sont les anciens qui ont construit ça. Tu vas les voir, on va passer devant pour aller chercher ton paquetage dans mon bureau.

Le mur se referma derrière eux et un miroir pivota, libérant l'accès à un long couloir bordé de portes.

[...]

- Ils sont un peu comme des rats. On est pas nombreux à sortir de façon quotidienne, dit-elle en retirant ses vêtements chauds et en riant. Mais que veux-tu... dès qu'on les sépare de leur ordinateur, ils nous font une déprime, pour la plupart.

[...]

Freya eut une mine déçue pour son pirate informatique. Puis elle reprit son chemin jusqu'au bout du couloir. Elle poussa une nouvelle porte, qui donna sur un nouvel escalier, qui donna sur une salle gigantesque débordant d'ordinateurs, de serveurs, de matériel informatique.


Il y faisait une chaleur proche de celle du désert en plein jour.

[...]

Freya s'avança vers une porte. Mais plutôt que de l'ouvrir, elle appuya sur un interrupteur juste à côté. Aussitôt, un mur perdit son opacité et devint assez transparent pour dévoiler ce qu'il y avait de l'autre côté : une chambre avec des caissons cryogéniques.


- Ce sont les Anciens, dévoila-t-elle. Ils ont participé à la destruction de la Roxa du passé, afin de repousser les Elyriens. Le repaire de mon réseau est leur ancienne base. Nous avons retrouver des documents qui nous ont permis de savoir qui ils étaient et à quoi servait la structure. Apparemment, le temple au-dessus ne devait être qu'un leurre. S'ils savaient qu'aujourd'hui, c'est devenu le point névralgique du culte et que leur objectif n'a pas été atteint... On ignore encore comment les sortir de leur sommeil. La technologie qu'ils ont utilisé semble beaucoup plus avancée que celle des Elyriens d'aujourd'hui. Même notre meilleur hackeur n'a pas réussi à pénétrer le système d'exploitation des caissons. Et dire qu'ils sont là depuis des millénaires à roupiller alors qu'on aurait bien besoin d'eux pour notre cause !

(c) CREDITS : Code : Siana - Texte : Siana - Avatar : Tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Freya Vanadís
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» R. LIV JEFFERSON ► Freya Mavor
» (F/LIBRE) FREYA MAVOR
» Une virée nocture qui tourne mal (pv Freya)
» Nous sommes riches aussi de nos misères [Freya :3]
» Freya, la maudite Dame du Lac

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imaginarium :: Le couloir infini des univers :: Space Chronicles :: Space Chronicles - HRP :: Les casques mémoriels-