.


Forum RPG multivers, plusieurs jeux de rôle sur 1 seul forum. Venez jouer dans des univers différents avec un seul compte sur le forum.
 

Partagez | 
 

 Le Sang du Juste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Newth
Chargé de com'

Mes Personnages

Date d'inscription : 04/10/2016
Messages : 119

MessageSujet: Le Sang du Juste   Sam 2 Sep 2017 - 9:44

Bonjour bonjour !

Le quatre octobre prochain, je fêterai ma première année sur Imaginarium ! ^^ Si mon activité n'a pas forcément été fulgurante sur le forum, j'y demeure très attaché et, histoire de briser les traditions, si habituellement on reçoit des cadeaux pour les anniversaires, cette fois c'est moi qui vais m'offrir tout seul en même temps qu'à Imaginarium un cadeau. Donc voici la première étape de la construction d'un rp existant dans ma tête et sur quelques rédactions personnelles depuis un bon moment déjà mais que je n'ai jamais eu l'occasion de présenter ! J'ai nommé : le Sang du Juste, de son petit nom "SdJ" !


Nom du RPG : Le Sang du Juste
Univers : Médiéval, Fantastique.
Genre : Héroïque (On lui attribue généralement un petit "Fantasy", mais il s'agit du mot anglais pour "Fantastique", qui s'attribue mieux selon moi à l'univers qu'au genre ! ^^)
Type de jeu : Organisation Géographique et adaptative. Background évolutif. Subdivision en Chapitres (je ne le cache pas : je me suis pas mal inspiré de Space Chronicles ! ^^)
Avatars : De l'ordre du dessin numérique, après je ne m'y connais pas assez pour être plus précis...
Contexte : Dans l'idée, et j'aurais l'occasion d'en reparler s'il est pré-validé ou peut-être même avant si cela s'avère déterminant, "le Sang du Juste" est pensé pour se situer à la frontière entre la liberté maximum et l'absence total d'Intrigue. Mon idée est d'offrir une liberté encore plus poussé que ce dont on a l'habitude dans un rpg, mais sans le perdre non plus, c'est à dire en m'assurant qu'il ait toujours de la substance sur laquelle s'appuyer pour écrire. Dans ces circonstances très particulières, le contexte se réduit à un unique rp d'introduction que je posterai à la suite de ce post pour une plus claire lisibilité.
Pourquoi nous devrions valider ta demande ? Bien entendu, dès lors que je propose un rpg, je concède implicitement ne pas envisager de me barrer soudainement et inopinément et je concède désirer bichonner et m'occuper de ce rpg pour qu'il fonctionne et marche bien mais aussi pour ne pas laisser à quelqu'un d'autre les responsabilités et le travail qui m'incombe. Ceci dit, je comprends que me croire sur parole, à ce niveau, est un pari comme un autre et je ne peux rien faire de plus pour rendre celui-ci un peu moins périlleux.
Par ailleurs, SdJ est un rpg médiéval-fantastique. Si je ne me trompe pas, je crois comprendre que Les Contes Détraqués touche plutôt au merveilleux, auquel cas nous élargissons avec ce nouveau rpg le champs des possibles sur Imaginarium. Enfin, je compte centrer le premier chapitre entièrement sur un personnage que je jouerai. Pourquoi ce choix et pourquoi celui-ci a une valeur ? Parce qu'il va permettre dans un premier temps d'assurer la relation entre les différents personnages joués. Malgré un monde plutôt vaste, l'Intrigue va se centrer autour d'un seul et unique point, qui plus est un personnage. Les joueurs auront alors toujours une bonne raison de jouer avec quelqu'un, soit parce qu'ils sont réunis par quelque chose de leur propre création, soit parce qu'ils sont réunis du fait de leur point commun (mon personnage), soit parce qu'ils interagissent directement avec mon personnage ! C'est à mon sens une amorce dans la dynamique du rpg en général qui n'est pas négligeable.

Et tout de suite, place au rp introductif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Newth
Chargé de com'

Mes Personnages

Date d'inscription : 04/10/2016
Messages : 119

MessageSujet: Re: Le Sang du Juste   Sam 2 Sep 2017 - 9:48

Chapitre I : Le Dernier Archsynthien

Rp Introductif : Le Réveil d'un Ancien

Je me sens seul...


Je l'ai vu... Encore...


Ce monde dont on me parlait étant enfant. On me disait alors qu'en des temps reculés, à l'orée de l'existence de l'homme, il existait des entités inconcevables, responsables du tout, de la réalité et de la vérité. Des Dieux.


Ces infinies puissances gouvernaient le monde et au-delà, mais elles collaboraient aussi avec l'homme. Elles étaient pour nous des gardiens bienveillants. Sur la terre, le voyageur rencontrait tantôt une immense créature comme endormis, dont l'activité biologique était évidente mais qui ne se déplaçait ni ne faisait preuve de volonté d'agir, tantôt ce qui aurait pu s'apparenter à un temple, une immense structure, dédale à la cohérence à peine soupçonnée qu'il ne fallait arpenter qu'avec prudence pour espérer en sortir indemne. En d'autre cas, l'on trouvait comme un artefact, brillant de mille feux, intouchable et difficilement supportable des cinq sens à la fois, apportant à celui qu'il laissait approcher une palette sans limite de dons et leçons guidant vers une éternité de satisfaction. Et dans le même temps, certains rencontraient parfois d'incroyables créatures, que l'imagination la plus développée n'aurait su concevoir même dans les rêves les plus absurdes, dotés de parole et de volonté...


Mais un jour, me racontait-on encore, un homme, un seul, s'empara dans le plus grand secret d'un des plus imposants trésors de ces êtres n'usurpant en rien leurs noms de Divins : les synthis. Puissances éternelles et incommensurables, les synthis rendirent les hommes libres, possédant soudain la vérité et le pouvoir de faire autant que leurs rêvent leur permirent d'aspirer. Et les êtres d'infinie sagesse se retirèrent alors. Étaient-ils vexés, se sentaient-ils trahis... ? De telles perfections de l'univers, si loin de l'homme mortel, pouvaient-ils seulement se laisser corrompre par de pareils sentiments ? Nul ne le su jamais, mais l'humanité fut soudain seule. Très seule...


Et je m'éveille, comme toujours... Ce n'est pas vraiment que je me réveille, comme l'on sortirait du monde des rêves, un petit matin calme et tranquille, pour démarrer une des nombreuses journées composant son existence. Non. En ce qui me concerne, ce n'est qu'une phase parmi d'autres de ma stase. L'une ressemble plus au sommeil, de par ses visions impossibles. L'autre, à une sorte d'éveil. Et durant ces moments récurrents, je vois.


Je vois le monde tel qu'il est, déplaçant mon attention comme un courant d'air, passant à travers hommes, femmes, animaux et habitations. Je vois ces chaumières, ces auberges, ces chars à bœufs, ces cavaliers en armures, ces châteaux et seigneuries, ces champs et forêts... L'histoire des Anciens Dieux est toujours connue de tous et il demeure même dans les connaissances des plus érudits le nom du dernier de ces êtres divins : Azraël, porteur de l'espoir, celui en qui l'homme cru désespérément, même après qu'ils se soient tous retirés... Malgré cela, je ne vois que désolation dans ce monde corrompu...


L'homme semble continuer à manipuler les synthis... Ou tout du moins le dernier synthium : Zaijd. Mais les mots "Synthis", "Synthium", "Zaijd" ou encore "Synthien" ont été complètement oubliés, remplacés par des termes générique comme "énergie" et "énergiseur"... Zaijd est le maître des flux et énergies. Il est étrange de voir les humains l'utiliser si naturellement et pourtant si simplement. Comme s'ils ignoraient la puissance qu'ils possédaient... Ou bien peut-être qu'ils n'ont tout simplement pas la force en eux de manipuler un synthium avec plus de finesse et de subtilité... Il y en a d'ailleurs qui semblent ne pas parvenir à user de sa puissance du tout. Mais il ne sont pas bien courant...


Malgré cela, l'homme s'enfonce dans les méandres de la corruption et du mal... J'observe ça, impuissant, au fond de ma prison d'énergie pure... Je ne peux rien faire, mais je ne vais pas tarder à posséder mon propre droit à la parole... Je le sens... Bientôt.


Oui... Il reste encore peu de temps... Je les vois arriver. Cette porte qui cède... Cette salle... J'ai presque l'impression que je viens moi-même me délivrer... Et à mon réveil...


J'ouvre les yeux. Comme il est étrange de soudain avoir la sensation de naître et d'être pourtant déjà emplis de connaissances.


Qui suis-je exactement ? Je suis Assan... Assan Alahiz Elâssar est mon nom complet. Où suis-je ? Cette salle... C'est la tour de puissance.


Je vois autour de moi des corps. Quatre exactement. Ils ne sont pas morts. Ils sont simplement assommés. Les fous ont voulu briser une stase pure. Zaijd n'est pas un synthium à prendre à la légère... Le souffle à du les projeter violemment contre les murs de la pièce, c'est la seule explication.


Je me sens incroyablement calme. Alors, lentement, je m'approche de celui qui semble être un chevalier en armure. Faisant danser mes bras avec légèreté et précision, je sens Zaijd couler en moi et sa puissance venir m'envelopper, comme bienveillante. Le flot d'énergie devient doucement tangible jusqu'à prendre la forme fluide qui lui est caractéristique, comme autant de rubans de lumière pure flottant dans les airs avec cette instabilité qui en fait quelque chose de différent dans un même temps...


Suivant ma volonté, je vois le flux venir cueillir le corps inanimé et une force invisible le relever. Tournoyant et vacillant, le synthium continue de soutenir debout l'homme inconscient tout en se projetant, comme se multipliant, vers un des deux autres personnages, chacun à un coin opposé de la pièce. Je me sens satisfais de voir que ma maîtrise de Zaijd est parfaite. Je les sens, sans avoir besoin de les voir, se relever, à l'image du chevalier. J'attends qu'ils soient stabilisés avant de me tourner vers le dernier homme à terre et de projeter ma maîtrise vers lui, en extension de celle à laquelle je fais déjà appel et de nouveau il se relève, porté par le synthium. De nouveau, il finit par s'immobiliser, tel une poupée de chiffon soutenue par les fils d'un marionnettiste invisible. Doucement, je laisse le flux s'échapper de mes muscles pour aller prendre appui sur les trous de l'univers, maintenant ma concentration pour qu'ils ne se referment pas.


Là, dans l'espace abstrait du synthium, je sens la puissance et la saisis. Je vois Zaijd naître entre mes mains, petites sphère de lumière emplie d'une énergie tournoyante en son sein. D'un mouvement ample des bras, je déploie ma maîtrise et vois apparaître l'ancien sceau de puissance Kazan'tra. Passant mes mains au travers, me laisse envahir d'énergie et, soudain, Zaijd s'éveille pleinement. Des flux de synthium s'étendent alors, sortant de nul part, emplissant la large pièce en une danse mathématiquement calculée, telle des fractales à la perfection impossible. Je sens... Je la sens augmenter... Toute cette puissance, comme si l'espace lui-même ne parvient plus à supporter une telle énergie...


Alors je projette toute ma conscience en avant. J'ai l'impression que mon âme s'échappe pour s'évanouir des kilomètres plus loin. Mais au lieu de cela, je vois un flash de lumière venir matérialiser l'explosion de synthium.


Une seconde. Il me faut ce temps pour recouvrir pleinement la vue après un tel aveuglement. Autour de moi, tout est normal, il n'y a aucun dégât, la tour est intacte ou tout du moins dans le même état qu'à mon éveil. Mais les quatre malheureux qui m'ont délivrés ne sont plus là. Ils se réveilleront, je le sais, à des lieues d'ici, et pour eux, il croiront avoir presque rêvé, sans comprendre comment le déploiement de synthium d'un instant les a conduit sur une petite route de campagne, tous amassés les uns sur les autres, l'instant d'après...


Quant à moi, il est temps de découvrir ce que le monde a à me dire...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le Sang du Juste
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Don de sang
» Gérard Jean-Juste janbe kafou a
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Monture sang-froid et homme lézard
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imaginarium :: Le bureau du Régisseur :: Bureau des scénaristes-