.


Forum RPG multivers, plusieurs jeux de rôle sur 1 seul forum. Venez jouer dans des univers différents avec un seul compte sur le forum.
 

Partagez | 
 

 Le Cycle Divin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
MessageSujet: Le Cycle Divin   Ven 12 Sep 2014 - 0:22

L'UNIVERS : Nous sommes dans les Années 3100. L'humanité, après avoir fait face pendant plus de 500 ans au réchauffement climatique, c'est remise en marche et a continué d'évoluer. Cependant, face à une forme de magie découverte au début des années 3000, cette évolution est perturbée. La technologie semble ne plus progresser voire régresser sur certains points. L'art, quant à lui ne cesse de progresser, poussé par la technologie et la magie. 


GENRE : Fantaisiste, même si c'est un peu vite résumé ainsi...


CONTEXTE : Pendant plus de cinq cents ans, l'homme a combattu sa propre nature. Bien que finalement, l'évolution Technologique lui permit de réparer ses propres méfaits sur terre, il en résultat une scission des groupes scientifiques, alors même que ceux-ci avaient commencés à apprendre à fonctionner en concordance (au début des années 2100). 
On sépare alors le corps scientifiques en deux premiers grands groupes. 
Les "conformistes" sont ceux qui considèrent que l'évolution de l'homme doit suivre son court, qu'il est impossible de fuir son destin, et que donc il est inutile de changer son comportement pour un soi-disant "bien" de la terre et l'humanité.
Les "révolutionnaires" sont ceux qui pensent, au contraire, qu'on est maître de son destin et parfois même de celui des autres, et qu'il est impératif d'assumer les conséquences de ses actes et d'agir pour le bien commun. 
Mais cette division ne s'arrête pas là et les deux grands corps scientifiques se subdivisent en d'autres. 
Ces nombreux désaccords ralentissent alors fortement l'évolution de l'homme, retournant à un rythme proche de celui du Moyen-Âge... 
À l'avènement du Quatrième Millénaire, l'homme découvre alors un langage très ancien, dont les estimations sidèrent les scientifiques puisqu'elles remontent aux débuts de la terre. Il se révèle alors être un langage permettant de communiquer avec l'équilibre du monde. À travers ce langage, l'homme commence à manipuler la réalité. 
De nouveau le corps scientifique se scinde.
D'un côté, les "Glyphistes", dont le nom est tiré du mot glyphe attribué aux caractères du langage ancien découvert, se disent de nouveau scientifiques spécialisés dans l'étude des Glyphes.
D'un autre côté, les "Glyphanes" se disent des pratiquants d'un art appelé la "Glyphie", usant de la manipulation des glyphes, bien que la population les voient plus comme des sortent de religieux. 
Si les secrets des glyphes sont excessivement bien gardés, leur usage commence à changer le commun des mortels. Petit à petit, les scientifiques et la population commencent à entrevoir la porté des Glyphes et quelques hommes, dits rebelles, se mettent en tête d'agir seuls grâce aux glyphes, parfois de manière terroriste, pour imposer leurs idée ou simplement pour gagner leur liberté de vie. 



Indications supplémentaires : Le RPG que je vous propose se pose dans un monde à la fois suffisamment éloigné pour imaginer des remaniement géographiques importants, due à la présence humaine ou au travail géologique de la terre, et en même temps suffisamment ralentit pour qu'on puisse imaginer une technologie pas trop éloigné de la notre. 
Je pense que vous le savez tous mais il est plus facile pour finir un rp de fixer un but à atteindre à son personnage. Je vous conseillerais donc fortement de le faire. 
Il sera possible de créer facilement un personnage scientifique engagé dans une des branche philosophique des sciences, mais vous pouvez aussi imaginer un autre type de personnage. Vous pouvez vous amuser à créer une histoire dans l'histoire, ce qui est d'autant plus intéressant. 
Je commencerais de façon assez brut, sans PNJ ni prédéfini. Mais vous pourrez compter sur moi pour vous apporter des idées et précisions au fur et à mesure que vous ramerez. Si besoin, je créerais des prédéfinis et des PNJ ! 
Voilà voilà...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MessageSujet: Re: Le Cycle Divin   Ven 12 Sep 2014 - 0:23

Annexe 1 : Fonctionnement des Glyphes.



I) Explication HRP Dans le monde dans lequel nous évoluons, une langue particulière, qui sera certainement le centre de l'attention permet de manipuler la réalité : les Glyphes. Selon qu'on soit plutôt artistique ou scientifique, on va voir l'organisation de ces glyphes différemment. Parfois même il existera des personnages qui vont tenter de concilier les deux...    Pour comprendre le fonctionnement des glyphes, il faut imaginer la réalité d'un point de vue particulier.    Considérons un corps. Un corps désigne une créature vivante ou un objet (une pieuvre, un stylo, un ours, une plante, un rocher... ). Un corps est la concordance de trois principe d'existence dans la réalité. L'essence désigne sa matière, c'est à dire l'ensemble des atomes qui le composent. Le sens désigne sa représentation universelle, par rapport à tous les autres corps du réel. Ce sens est unique et le même pour tous les corps similaires. Enfin, la réalité d'un corps désigne sa forme et sa position dans la réalité. C'est la concordance d'une essence, d'un sens et d'une réalité qui donne un corps.    À présent, considérons les différent Glyphes suivants : Tahm, le Glyphes de la Vie et de la Mort, Phaniel, le Glyphe de la réalité et du rêve, Kariès, le Glyphe de la matière et du vide, Manhett, le Glyphe du mouvement et de la stabilité, Shelyom, le Glyphe de l'attraction et de la répulsion et Ecthar, le Glyphe du temps et de l'espace.  
 Les Glyphes prennent un sens final à partir de trois sens différents. Dans un premier temps, le sens primaire, déterminé par le sens du Glyphe lui-même. Dans un second temps, le sens constitutif, déterminé par ce qui va permettre l'écriture du Glyphe. Enfin, le sens d'influence, déterminé par le sens universel du corps qui va servir de support au Glyphe.  
 À partir de là, les avis divergent, non seulement sur l'utilisation des Glyphes, mais aussi sur les différents sens des corps, les sens d'influence.  
 Cependant, il est encore possible de concilier les avis sur les sens constitutif qui sont, qui plus est, facilement restreints.  
 En fait, il existe six façon de tracer un glyphe. Si on décide de le dessiner, quatre grands moyens seront utilisés : l'encre, l'encre de chine – qui possède curieusement un sens différent des autres types d'encre - , le carbone – qui réunit le crayon, le fusain, le charbon... - et le sang. Par ailleurs, il est possible aussi de tracer un Glyphe par "gravure", un terme utilisé par les scientifiques, dit aussi par "discontinuité" selon les Glyphanes, et qui regroupe à la fois la gravure dans le marbre, dans le bois au couteau et dans la chair. Enfin, il est possible de tracer un Glyphe par accolement, c'est à dire en regroupant des objets similaires, comme des pierres, pour former le Glyphe en question. 
Voici à présent la liste des sens constitutif de ces six composants. 
L'encre représente l'éphémère, ce qui a sa signification totale qu'à un moment précis. Ainsi, le Glyphe de l'attraction et de la répulsion a tendance à prendre son sens le plus naturel lorsqu'il est tracé à l'encre, dans un espace de temps relativement court.
À l'inverse, l'encre de Chine représente l'éternité. Un Glyphe tracé à l'encre de Chine verra son effet perdurer jusqu'à la destruction du corps qu'il devait influencer... 
Le carbone représente la totale neutralité, le non-sens. Tracer un Glyphe au crayon c'est le priver de sens constitutif.
Le sang représente un lien. Deux Glyphes dessinés avec le même sang auront une action respectivement liée à l'autre.
La "discontinuité", ou "gravure", représente l'appartenance, la fusion. Un Glyphe tracé dans la chair va devenir dépendant de la vie de l'être ou le devenir de la chair en question. Un Glyphe gravé dans du marbre ve prendre vie en lui et s'encrer de façon inverse au carbone.
Enfin, "l'accolement", parfois appelé aussi "apposition", représente l'invocation, l'appel, la liaison à la réalité. Les Glyphanes le considère comme le troisième grade de sens, en considérant le carbone comme le premier et la discontinuité comme le second.
À partir de cette idée plus ou moins partagé de manière égale par les Glyphistes et les Glyphanes, deux types d'études ont été mené en parallèle et donc deux visions des Glyphes, que je vous propose de découvrir dans cette suite.


Dès à présent, vous pouvez me poser toutes question par rapport à l'utilisation des Glyphes. J'envisage totalement que je puisse ne pas être clair et toutes question de votre part me permettra peut-être d'apporter de meilleurs illustration à mon propos. N'hésitez pas à me MP ou à poster directement ici !





II) Cours d'étude des Glyphes pour débutants, par le Professeur Adrien Lorel

Le Professeur Lorel se propose dans cet article de vulgariser l'étude des glyphes en une introduction à la notion.
Depuis une dizaine d'années, la découverte du siècle occupe quasiment tous les sujets de recherche actuels. Cette découverte ? Les glyphes bien sûr ! Mais comme nous le savons tous, un certain nombre de fausses idées circulent sur les glyphes... Afin de détruire ces idées et vous encourager à venir étudier les glyphes, je vais tenter de vous expliquer simplement ce qu'ont apportés les recherches sur les glyphes des dix dernières années.
Pour bien comprendre les glyphes, il faut les étudier sous trois angles différents : ce qu'ils sont, leur mode d'action et leurs limites.
Ils y a trois notions essentielles qui permettent de décrire un glyphe. La première notion est la notion d'objet. Un objet est un corps limité dans l'espace aux propriétés définies. Contrairement à ce que beaucoup de gens semblent penser, les scientifiques ne considèrent pas les symboles comme des glyphes. Le mot glyphe désigne l'ensemble symbole et support. La seconde notion est la notion de singularité. L'identité d'un glyphe dépendant à la fois du symbole et du support, il existe un très grand nombre de glyphes différents. Leur diversité en fait des glyphes uniques puisque les support ne sont jamais tout à fait identiques. Enfin, la notion de stabilité. Le glyphe est un objet stable. Cette notion pourra sembler plus clair lorsque nous aurons développé le mode d'action des glyphes mais nous pouvons déjà tenter de la comprendre en énonçant qu'un glyphe ne peut exister en partie. Il a forcément un aspect complet.
Donc un glyphe est un objet singulier stable. (ce qui ne signifie pas qu'un objet singulier stable est un glyphe !)
Comment fonctionne les glyphes, à présent. Le symbole qui est tracé va entrer en interaction avec son support et lui fournir une certaine énergie qui va être en mesure de modifier les propriétés physiques des atomes du support? Expliquer les raisons et mécanismes de cette interaction est un travail très fastidieux et, par ailleurs, inachevé. C'est pourquoi nous nous contenterons ici de connaitre le fonctionnement général.
Pour revenir sur l'aspect stable d'un glyphe, nous avons vu que celui-ci fonctionnait grâce à une énergie. Cette énergie ne peut être fournie en partie, sans quoi elle ne serait pas suffisante et n'aurait aucun effets sur son support. ainsi donc, les glyphes sont stables, ils ne peuvent être créer qu'en totalité.
Dans une dernière partie, nous allons aborder les limites des glyphes. Tout d'abord, nous admettons que les glyphes sont limités dans l'espace à leur support. Si certains glyphes on un effet sur l'environnement proche, c'est uniquement par répercutions. Ensuite, les Glyphes sont limités dans le temps. Mais certains d'entre eux peuvent avoir une durée d'action extrêmement longue ! Cela ne les empêche pas de finir par dépenser entièrement leur énergie. Enfin, les glyphes dépendent de l'état de leur support. Si le support est détruit; le glyphe l'est aussi...
Il nous faut préciser un dernier point. Si le "mot" glyphe est parfois employé pour désigner les symboles, c'est par abus de langage. En effet, il est possible d'user d'un glyphe d'une façon particulière, en le traçant avec du carbone. Le carbone a pour effet de contenir l'énergie. On pense qu'il finit par la dissiper par effet joule. Ainsi, il est possible d'écrire les symbole sans entraîner de réaction. C'est en désignant ces glyphes particuliers que l'ont se permet de désigner les symboles à travers le mot "glyphe". Cet usage du mot est à proscrire dans tous rapport officiel scientifique.

III) L'art de la Glyphie, Initiation proposée par le Sage Matthieu Pascall


Interview choc ! Aujourd'hui, l'International vous propose de rencontrer Matthieu Pascall, un sage de l'ordre des glyphanes, qui a accepté d'interrompre son ermitage pour transmettre les fondement de la Glyphie à travers notre journal.

L'International : Monsieur Pascall, vous appartenez à l'ordre des glyphanes. Comment définiriez-vous les glyphanes ?

M. Pascall : "Les Glyphanes" sont des avant tout des scientifique, contrairement à ce que l'on peut entendre autour de nous. Nous nous sommes regroupé pour former l'ordre des Glyphanes pour nous démarquer de nos confrères Glyphistes. Mais nous utilisons généralement les même procédés scientifiques, à l'exception que nous nous sommes mis d'accord sur certains théorèmes et méthodes d'études qui ne sont pas démontrables mais qui nous semble évidents.

L'International : On entend souvent que vous seriez une sorte de quatrième religion. Que répondez-vous à cela ? Qu'en pensez-vous ?

M. P. : Je pense que ce serait une erreur de vocabulaire que de nous désigner ainsi puisque certains d'entre-nous sont catholiques, musulmans et juifs. Certains appartiennent même à des sectes... Cependant, je comprends tout à fait que nous soyons comparé à une religion puisque nous avançons publiquement une certaine philosophie qui est le prolongement de ce que certains avaient supposé en étudiant les fractales !

L'International : Vous désirez nous parler plus en détail de cette philosophie ?

M.P. : Non désolé. Cela nous prendrait trop de temps...

L'International : Les Glyphanes pratiques la Glyphie. Mais qu'est-ce que la glyphie ?

M.P. : La glyphie est un art et un langage. La Glyphie c'est l'art de communiquer à l'aide de l'alphabet des glyphes. Comme tous langages, la glyphie se fait par l'oral, par l'écrit mais aussi par le dessin. L'oral et l'écrit son des modes de communication que seuls les êtres doués d'ouïe et de vue peuvent comprendre. Mais le dessin est un marquage qui peut être compris par l'inerte. Quand je creuse un tunnel entre deux bassins d'eau, c'est un marquage et ce marquage permet aux deux bassins de "communiquer". La glyphie est un mode de communication qui permet d'interagir avec le réel.

L'International : C'est incroyable ce que vous nous dites là. D'où nous vient ce langage ?

M.P. : La glyphie a toujours existé. De même que la réalité a toujours été, le mode de communication de celle-ci aussi. Il est fort probable que notre monde découle de l'usage extrêmement poussé des glyphes. Ce qui expliquerait l'extrême stabilité et équilibre qui régit cette langue. Elle nous provient de stèle que nous pensons provenir des restes de la mythique tour de Babel.

L'International : Vous nous parlez d'un langage, de communication avec le réel, d'équilibre. Qu'avons-nous à dire au réel ? Comment communiquer à l'aide des glyphe ? Est-ce une langue similaire aux autres ? Pourquoi dites-vous qu'elle est équilibrée ?

M.P. : Dans un premier temps, je dirais que nous avons beaucoup à dire au réel ! En effet, il ne s'agit pas simplement de discuter avec le réel ! Il s'agit de l'influencer, de lui ordonner ! En effet, il ne faut pas perdre de vue que le réel n'est pas un être vivant ! Ce n'est ni quelque chose de réfléchit, ni quelque chose d'intelligent ! Par conséquent, communiquer signifiera donner un ordre.
Ensuite nous entrons dans le vif du sujet. Communiquer avec les glyphes, par le dessin, est une question de compréhension. Au début, on tâtonne, comme pour toute autre langue. Petit à petit, on arrive à donner un ordre clair et précis. Les glyphes son peut diversifiés, mais de la même manière que le mot "chouette" à plusieurs sens en fonction du contexte, les glyphes ont plusieurs sens en fonction du mode de dessin utilisé et du support ! Vous pouvez constater que la glyphie est semblable à n'importe quel langage !
Il reste un point, cependant, sur lequel nous pouvons insister. C'est effectivement la notion d'équilibre. Si je vous annonce : "Je suis un être humain", vous allez tout à fait comprendre ce que j'entends par là. Si je vous annonce maintenant : "je suis un chien". Vous n'allez pas comprendre et réfuter cette affirmation dans votre tête. Si, enfin, je vous dis "chien". Un tas de chose vas vous passer par la tête dont une idée qui sera récurrente, au point qu'à chaque fois que quelqu'un prononce ce mot, vous pensez toujours à cela. Il en va de même lorsque l'on communique avec le réel. Si la phrase est clair et correcte, le réel va exécuter votre demande. Si, en revanche, votre phrase est ambiguë ou incohérente, le réel va la rejeter. Cette incohérence ne va pas vous apparaître forcément. Le réel est dirigé vers l'équilibre. Vous non. Donc le réel tend à rester équilibrer alors que vous allez donner un ordre qui, après une suite d'actions, risque de bouleverser l'équilibre. Enfin, le réel, si l'on se contente de donner un mot, va lui attribuer toujours la même action, qui ne vous semblera pas toujours logique.

L'International : Vous parlez de phrase ?

M.P. : Oui ! Contrairement à ce que disent nos confrères glyphistes, il est tout à fait possible de faire interagir les glyphes entre eux sur un même support !

Nos remerciements à Matthieu Pascall et à la semaine prochaine. C'était un interview de Michel Brocard, pour l'International.


Dernière édition par Wirle le Ven 12 Sep 2014 - 0:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MessageSujet: Re: Le Cycle Divin   Ven 12 Sep 2014 - 0:23

Annexe 2 : Comprendre le monde du Quatrième millénaire, partie 1.
L'organisation scientifique en l'an 3100


(à venir)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MessageSujet: Re: Le Cycle Divin   Ven 12 Sep 2014 - 0:24

Annexe 3 : Comprendre le monde du Quatrième millénaire, partie 2
L'organisation du monde !



La sécurité : (à venir)


La politique : (à venir)


Géographie remarquable : (à venir)


Économie : (à venir)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MessageSujet: Re: Le Cycle Divin   Ven 12 Sep 2014 - 8:54

Bonjour Wirle,

Comme c'était le cas sur la V1 lorsque tu as créé Tenebrae, le sujet de création du Cycle Divin est toujours accepté en pause dans le bureau des scénaristes.

Nous discuterons ultérieurement de son redémarrage.

Bonne continuation sur Tenebrae.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Le Cycle Divin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Cycle Divin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La vie est un cycle sans fin.
» Le cycle de la vie...
» Le cycle de Ji
» Chevalier d'Andromède contre Guerrier divin de Zeta Prime
» Devenir divin en marchant sur l'eau ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imaginarium :: Le bureau du Régisseur :: Bureau des scénaristes-