.


Forum RPG multivers, plusieurs jeux de rôle sur 1 seul forum. Venez jouer dans des univers différents avec un seul compte sur le forum.
 

Partagez | 
 

 [Jour 01] Le p'tit-déj, tu le veux avec ou sans la routine ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Siana


Mes Personnages

Date d'inscription : 22/08/2014
Messages : 202

MessageSujet: Re: [Jour 01] Le p'tit-déj, tu le veux avec ou sans la routine ?    Lun 22 Sep 2014 - 22:40

Laure ne s'intéressait toujours pas au Elyrien, malgré les révélations d'Ethan concernant leur maquillage façon camouflage. Ce qui l'intriguait plus, c'était la réaction de son colocataire quant à sa cicatrice. Aurait-il voulu savoir ? Apparemment oui. Mais Laure était tout simplement incapable d'en parler sans se sentir fautive. Même si elle savait pertinemment que l'erreur ne venait pas d'elle, la jeune femme avait tout de même le sentiment d'avoir une part de responsabilité dans son accident. Après tout, si elle n'avait pas été naïve, inconsciente, imprudente et amoureuse, jamais cela ne se serait produit.

Ethan s'était levé et lui tournait le dos. Laure eut l'impression qu'il lui en voulait de ses cachoteries. Mais elle ne voyait pas cela comme une cachoterie. Plutôt comme un moyen de préserver son intimité.


- J'ai peur des réactions que suscite cette histoire. Rejet, moqueries, critiques. Tu n'imagines pas le mal que cela a pu causer. A ma famille, mes amis, à moi... Les rares amis, que je pensais être mes amis, m'ont lâché. J'avais pas envie que tu partes comme les autres, j'ai honte de ce que j'étais, avoua-t-elle à demi-mot.

Les genoux ramenés contre elle, les bras enlaçant ses jambes, elle soupira, pour se donner du courage. Elle révéla tout à Ethan. Tout. Du début à la fin...

Cela s'était produit lorsque Laure avait 19 ans. Elle vivait chez son père et sa belle-mère. Elle sortait avec le fils du voisin : Sloan. 2 ans qu'ils étaient ensemble. Tout allait parfaitement bien. Elle avait une vie normale. Elle s'amusait, faisait la fête. Trop même. Les soirées étaient toujours bien arrosées. Le couple avait des projets. Du moins Sloan en avait. Laure préférait vivre au jour le jour, faire ses aller-retour entre Paris et la Guadeloupe. Sloan était parfait aux yeux de Laure. A un défaut près : il était possessif. La belle blonde du village était à lui. Un soir, une fête sauvage fut organisée sur un chantier. Danger et interdit : tout ce qui plaisait à Laure et ses amis.

Laure fit une pause dans son récit. Elle se frotta les jambes et les bras. Elle avait froid. Elle se leva et ferma la fenêtre. Puis, adossée au mur, elle regarda Ethan, toujours de dos.


- Tu vois, j'ai pas toujours été casanière et prudente, dit-elle avec un sourire nostalgique.

Et elle reprit son histoire.

La soirée se déroulait comme toutes les autres. Alcool, musique et jeux d'idiots. Laure restait sobre ce soir là. Une première. Tous les autres étaient ivres. La fête s'était éternisée jusqu'au petit matin. Tout le monde était partit sauf Laure et Sloan. Monsieur ne voulait pas rentrer aussitôt et Laure attendit. Elle n'eut pas vraiment le choix, il refusait de lui donner les clés du scooter. Sa patience arrivant à ses limites, Laure insista pour prendre les clés et rentrer. Mais son petit-ami alcoolisé refusa et une dispute commença. Ou plutôt, Sloan s'énerva. Reprochant à Laure de tourner autour de ses amis, prétextant qu'elle leur parlait trop. Laure le vit sous un angle qui lui déplut fortement. Elle décida de prendre les clés par la force. Seulement, elle et ses petits bras maigrichons ne pouvaient rien faire contre les bras musclés du grand Sloan. En un tour de main, il l'avait saisi par le bras et jeté loin de lui. Sauf que sur un chantier, il n'était pas bon de chahuter. Laure tomba à la renverse, sur un monticule de déchets. Pierres, verre et métaux l'avaient réceptionné. Une fer à béton se logea dans le bas de ses reins et sa tête se cogna contre un morceau de pierre. Que fit Sloan ? Rien. Il partit. Laure fut retrouvée plus tard, par les ouvriers. Elle était inconsciente et avait perdu une grande quantité de sang.
Le reste fut peu glorieux pour Laure. Sloan ne se souvenait de rien, comme le reste de la bande. Enfin... c'était ce que Sloan disait, une conséquence de l'alcool. Mais était-ce vrai ? Laure, qui d’ordinaire était aussi ivre qu'eux, répétait sans cesse la vérité, affirmant n'avoir rien bu. Seulement, personne ne la croyait. Et Sloan ne fut pas inquiété. Ses amis lui tournèrent le dos, une guerre entre voisin eut lieu. Laure était devenue la sale petite menteuse qui accusant son petit-ami de violence. Seul son départ après une longue convalescence avait apporté un semblant de calme dans le quartier.

Laure s'approcha d'Ethan, une main sur sa cicatrice. Il lui parlait de son carnet. Il disait cela comme si il était persuadé qu'elle l'avait parcouru. Ce n'était pas le cas. Elle avait juste vu le premier article et lu le titre.

- Je te jure que je ne l'ai pas lu ! s'exclama-t-elle en s'accrochant à son bras. Crois-moi j'ai pas lu ! Je l'ai trouvé, j'ai ouvert car j'ai vu une coupure de presse dépasser. J'ai juste vu deux mots dans le titre. Attentat et Le Caire.

Comment allait-il la croire, après ce qu'elle venait de lui révéler ? Et si lui aussi, pensait qu'elle avait menti en affirmant n'avoir rien bu et en disant que c'était Sloan le méchant de l'histoire.

D'une main, Laure serra le bras d'Ethan contre elle.

-
J'ai pas cherché plus loin dans le carnet. C'est à toi, j'ai pas osé... Je ne te mens pas... Tu n'es pas le seul à avoir des reliques de tes secrets, ajouta-t-elle en songeant à la boite à chaussure cachée sous son lit, celle qui contenait ses derniers souvenirs de ses "amis" de Guadeloupe. Je comprends pourquoi tu ne me dit rien. Mais moi aussi, je veux savoir... Tu sais, tu peux me le dire. Ethan ça va ? demanda-t-elle le remarquant la tristesse d'Ethan.

Cela lui fit mal au cœur. Elle lui serra encore plus le bras et
colla son visage contre celui-ci. De son autre main, elle lui serrait la sienne.

- Tu peux me le dire, répéta-t-elle. Si tu as fait quelque chose de mal, je ne te jugerai pas. Après ce que j'ai pu faire, je ne me permettrai pas. Mais si tu as subi quelque chose, je suis là. C'est lié au carnet n'est-ce pas ? Je suis pas une lumière mais je suis pas stupide Ethan... je vois bien ta réaction, quand je te vois certain de ma lecture, quand tu me dis que j'ai lu le carnet. Qu'y a-t-il dans ce carnet ? Tu veux m'en parler ?

Elle lui frotta le bras de façon réconfortante avec la main qui lui permettait de le tenir contre elle. De l'autre, elle lui compressait la main, avec sa force de moineau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 01] Le p'tit-déj, tu le veux avec ou sans la routine ?    Lun 22 Sep 2014 - 22:41

Il trouva salutaire pour calmer les à coups de son coeur, de se concentrer sur le réchauffage du plat de résistance du repas. Des pavés de saumon à l'aneth dont il raffolait et qu'il voulait faire goûter à Laure. Le "cling" blasphématoire de la grande cuisine produit par le micro onde, lui rappela que la trêve était terminée . S'étant recomposé une mine neutre, du moins le pensait-il, il revint au salon portant une assiette fumante dans chaque main et une autre bouteille de vin blanc sous le coude.

- Voilà de quoi prendre des forces avant le shooting extérieur, Mademoiselle. Dit-il en ébauchant une révérence périlleuse.

Il posa les deux assiettes chaudes et la bouteille sur la table basse et s'efforça de prendre un air concentré en débouchant le bon cru alors qu'en vérité, il ne perdait pas une miette de ce qu'elle disait. Les mots se faisaient plus durs, le flot de paroles, naguère si rapide, était désormais haché dans la gorge de Laure. Il sentit ses propres muscles se tendre au fil du récit qu'elle lui faisait. Tandis qu'il défonçait littéralement le malheureux bouchon de liège, le regard d'abord chargé de reproches, parce qu'elle ne lui faisait pas assez confiance, laissa place chez le photographe à un regard noir et chargé de colère qu'elle n'avait certainement jamais eu l'occasion de voir.

Elle n'était qu'une gamine au moment des faits... une gamine qui avait été abandonnée par celui qu'elle aimait et qui disait l'aimer. Ce qu'elle avait décrit au début n'était que la banale histoire commune à bien des adolescents qui se grisent et jouent avec les interdits avant de devenir des adultes. Il se reconnaissait lui-même, étant jeune, dans les excès qu'elle décrivait Tout pouvait trouver grâce à ses yeux, tout! Qui était-il pour juger des enfants terrorisés par l'idée de grandir dans ce monde pourri ? Rien qu'un enfant mal grandi lui-même, avec ses blessures et ses erreurs. Oui, rien n'était inadmissible encore, jusqu'à ce qu'elle ... lui confie l'inacceptable. La lâcheté de ce type, ce Sloan. Celle des adultes qui n'avaient pas chercher à comprendre, à écouter, à démêler le vrai du faux, à faire jaillir la Vérité. Cette vérité qu'il traquait sans relâche aux quatre coins du monde. Et au delà de cela, il y avait sa souffrance à elle, qui balayait toutes les considérations éthiques et morales qui étaient celles d'Ethan. Au moment où elle achevait son récit, pas très brillante, il s'était déjà promis d'aller en Guadeloupe et de casser la gueule, voire plus, à ce Sloan de malheur, à cette merde qui avait laissé une gamine agonisant dans son sang. Le sang... Partout du sang ... ROUGE, ROUGE... poisseux. L'odeur écoeurante et ferreuse du sang. Il prit alors conscience que ses mains étaient couvertes de sang et qu'il avait brisé le goulot de l'entre-deux-mers, que c'était son sang qui poissait la bouteille.

Elle lui parlait du carnet à présent... Le carnet... Son regard allait de Laure, sa bouche dont sortaient, comme articulés au ralenti " caaarneet... caarneeet". Il s'en foutait, du carnet. De quel carnet parlait-elle ?


- Est-ce que tu as revu ce salopard depuis ?

La pièce se mit à tourner un peu trop et il se laissa tomber sur le vieux sofa, la tête en feu, le visage en sueur. Il connaissait bien trop les symptômes... Ahh non pas maintenant. Il se demanda s'il lui restait de la quinine dans son sac.

- Laure, il paiera, tôt ou tard, il paiera pour ce qu'il t'a fait. La vie est comme ça, on récolte toujours ce qu'on a semé... Le carnet... C'est ... Je l'ai commencé quand ma vie s'est arrêtée... Ils paieront tous ... Tous !!!

Il tendit la main vers son sac et se passa le bras sur le front du geste machinal qu'il avait quand un accès de fièvre le prenait.

- Il faut que je prenne ma dose de ... quinine. Il fixa Laure et ses yeux tristes trop brillants des souvenirs qu'elle avait évoqués. " Je vais buter cette salope... "
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Siana


Mes Personnages

Date d'inscription : 22/08/2014
Messages : 202

MessageSujet: Re: [Jour 01] Le p'tit-déj, tu le veux avec ou sans la routine ?    Lun 22 Sep 2014 - 22:41

Ethan l'avait laissé au salon pendant une grande partie de ses révélations afin d'apporter le reste du repas. Laure n'avait plus faim. Elle ne se sentait pas capable d'avaler quoi que ce soit. Repenser à sa mésaventure lui donnait la nausée. Ou plutôt, c'était repenser à Sloan qui la rendait malade. Malade de sa bêtise d'ado, de son aveuglement, de sa stupidité. Néanmoins, l'odeur alléchant du saumon à l'aneth lui ouvrit l'appétit. Quelle bonne idée d'accompagner le saumon d'un bon vin blanc ! Ethan savait y faire avec la cuisine.

- Merci, répondit-elle, entre deux passages de son histoire.

Histoire qui l'avait replongé dans ses tourments. Cependant, Ethan était dans un état bien plus étrange. Il devint bizarre. Subitement. Laure n'en voyait pas la ou les raisons. Elle fut surtout secouée par le goulot brisé.


- Ethan ! s'écria Laure en se précipitant pour lui retirer la bouteille des mains. Mais... que... comment...

Sans attendre une quelconque explication, elle se rua dans la salle de bain pour prendre serviettes et boite de soin. Quand elle réapparut dans le salon, Ethan eut une question plus que direct et suffisamment virulente pour traiter Sloan de salopard, ce qu'il était, après tout. Si elle avait revu Sloan ? Ho non ! Cela lui était tout simplement inimaginable, impensable, impossible.

- Non, dit-elle. La dernière fois que je l'ai vu, c'était après être sortie de l’hôpital. Il était dans son jardin quand je suis descendue de voiture. Je veux plus jamais le revoir. Jamais. Il me dégoute. Je le déteste. Tu comprends ? Je l'aimais et il m'a... Je n'arrive même plus à aller voir mon père à cause de lui ! Il a bousillé tout ce que j'avais et aimais ! Je le hais !

Après avoir crié ce qu'elle avait sur le cœur, Laure s'apprêtait à soigner Ethan. Mais celui-ci devint encore plus bizarre. Presque délirant. Avachi sur le sofa, Ethan suait. Laure était effrayée par ce qu'il scandait. "Ils paieront tous". Qui payera ? Pour quoi ? Quand sa vie s'était arrêtée ? La peur laissa place à l'inquiétude. Laure s'inquiétait pour Ethan. Pour son malêtre soudain. Était-il malade ? Pour ses envies de vengeance. Que lui était-il arrivé ?
Ethan allait dire ce que contenait le carnet. Il avait commencé. "Le carnet... c'est".

Laure s'assit à côté d'Ethan, une serviette éponge en main. Elle n'osait pas le forcer à parler et à se faire soigner. Pas par peur de prendre un coup. Non. Ethan n'était pas Sloan. Mais plutôt par peur de le brusquer. Il était totalement absorbé par son sac quand il s'arrêta finalement pour porter un bras à son front. Alors Laure se rapprocha de lui, posa une main derrière la nuque d'Ethan et lui dit :


- Je vois que tu ne veux pas m'en parler. Que son contenu restera secret.

Elle était déçue. Dans sa voix, elle ne le lui cachait pas. Il refusait de se confier à elle, alors qu'elle venait tout juste de le faire. Laure venait de prendre sur elle, de dépasser sa peur d'un potentiel rejet d'Ethan, afin de s'ouvrir à lui. Elle le fixait dans les yeux tout en posant la serviette sur Ethan. Elle prit le sac d'Ethan et le posa sur ses genoux.


- Que cherches-tu ? Je veux t'aider. T'écouter même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 01] Le p'tit-déj, tu le veux avec ou sans la routine ?    Lun 22 Sep 2014 - 22:41

- Ma quinine... Une petite boite contenant des cachets blancs. Je dois en prendre trois... Rassure-toi, la crise va passer rapidement avec le médicament.. Je suis désolé... Tellement désolé... Dit Ethan en articulant péniblement.

Il parlait plus de ce que Laure venait de lui révéler que de son état même s'il était très gêné qu'elle le voit ainsi. Elle lui passa enfin la boite et il déballa en tremblant les cachets, les contempla un instant dans le creux de sa main puis se hâta de les avaler fébrilement avec une rasade de vin. Pas très recommandé mais il n'avait que ça à sa portée pour faire glisser. Il regarda son autre main qui pissait le sang et la tendit à Laure avec un sourire contrit.


- Je suis tellement désolé, Laure. Je vais me ressaisir. Nous avons ton press book à faire. Ne t'inquiète pas pour ma main. J'en ai vu d'autres tu le sais bien. Ce n'est pas que je ne te fasse pas confiance... Ne le prends pas comme ça...

Il laissa basculer sa tête en arrière alors qu'elle soignait sa main et ferma les yeux.

- Tu sais... L'attentat... J'y étais ... Je ne veux pas revivre la même chose avec toi... Je ne veux pas te perdre comme ... J'ai perdu mes parents.


Si raconter ses heures douloureuses à Laure pouvait servir à la dissuader alors il voulait bien essayer de surmonter l'épreuve, dénouer cette gorge qui ne voulait rien laisser passer depuis des années, mettre en mots sa détresse et sa solitude.

- Je suis seul, je n'ai personne... à part toi.

Cette révélation le bouleversa lui-même alors qu'il l'énonçait. Laure était son seul point d'attache dans cette vie d'errance, le seul ancrage pour l'épave qu'il était. Ohh en apparence, il était un brillant reporter, un photographe reconnu dans la profession mais cela n'était qu'une façade et derrière il y avait un homme meurtri et sans illusion qui courrait après une chimère. Lutter avec ses armes dérisoires, un appareil photo, des images, contre la barbarie de certains de ses semblables. Ce n'était peut-être pas inutile. Il y avait tant de choses à dénoncer, à révéler à la face du monde. Mais cela ne ferait pas revenir ses parents, et c'est cette perte terrible qu'il cherchait à occulter en parcourant le monde. Et la pensée que demain soir, ce cauchemar pouvait recommencer le mettait hors de lui. Comment pouvait-il l'empêcher ? En essayant de débusquer les comportements insolites de certains invités ? Et après ? Que pouvait-il faire ? Prévenir la sécurité, les autorités ? Pourquoi le prendraient-ils au sérieux ? Il n'avait que ses convictions pour les convaincre. Non, il ne pouvait rien faire qu'essayer d'alerter, d'agir avec les moyens qui lui viendraient à l'esprit s'il avait vu juste. La seule chose qu'il pouvait faire, vraiment, à son échelle, c'était essayer de mettre Laure hors de danger.

- Je ne veux pas que tu viennes au défilé avec moi. Je t'obtiendrai une entrevue avec Takada même si je dois le prendre en otage. Je te promets...


Il s'arrêta net en voyant le regard effaré qu'elle lui lançait. Elle devait certainement penser qu'il délirait sous l'effet de la fièvre. Il essaya de se calmer et respira un grand coup.

- Pardonne-moi Laure... De n'être pas à la hauteur de tes espérances, de n'être pas celui que tu croyais. Je peux t'aider à réaliser tes rêves, à oublier les heures sombres de ton passé mais ne me demande pas de te conduire vers le danger ... C'est ... C'est au dessus de mes forces !

Il lui sourit, les larmes aux yeux et remit en place une mèche rebelle qui tombait sur le front de son amie.

- Tu sais, j'aimerai beaucoup qu'on parte loin tous les deux, sur une île, pourquoi pas . Tu y monterais ton agence de stylisme et moi une agence photo... Et puis tu pourrais y inviter ton père et sa famille et ta maman aussi, pas en même temps bien sûr. Ce serait bien, non ? Loin de cette agitation grotesque, des Elyriens et de leurs sourires d'enfoirés ... Je tiens à toi Laure, tu sais ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Siana


Mes Personnages

Date d'inscription : 22/08/2014
Messages : 202

MessageSujet: Re: [Jour 01] Le p'tit-déj, tu le veux avec ou sans la routine ?    Lun 22 Sep 2014 - 22:42

- Quinine, Répétai Laure. Je cherche. Je… tiens, prends. Que t'arrive-t-il ? Tu m'inquiètes Ethan. Tu es malade ?

Toujours assise à côté d'Ethan, elle le regardait, étonnée de le voir ainsi. Lui qui semblait si fort, tout le temps. Toujours en pleine forme malgré la fatigue de ses voyages. Il ne cessait de se repentir en excuses. C'était à elle de le faire. C'était elle qui n'avait pas eu le cran de tout lui dire lorsqu'elle lui avait parlé d'accident domestique. Elle lui avait caché la vérité.

- Tu n'as pas à t'excuser, mais moi oui
, dit-elle en terminant un piètre bandage, tout de travers, peut-être mal serré, mais fait avec soin et attention.

Les larmes lui montaient, quand il lui révéla enfin ce qu'il cachait dans son carnet. La mort de ses parents dans un attentat. Elle se sentit soudainement mal. Coupable de l'avoir forcé à tout révéler. Ce genre de secret, cela devait se raconter spontanément et non de façon aussi forcée. Laure avait l'impression de lui avoir forcé la main. Elle en avait mal. Dans sa poitrine, quelque chose lui faisait mal. Une douleur accompagnée d'une sensation d'impuissance. Une volonté d'avoir une télécommande pour faire un retour en arrière, au moment où elle lui parlait du carnet. Mais le mal était fait. Laure venait de le rendre triste. Et surtout de le comprendre. Elle savait pourquoi il lui avait fait tant de mal en lui refusant le défilé en début de journée.

Il ne voulait pas revivre cela avec elle… Elle était tout ce qu'il avait.
La pointe dans sa poitrine se fit plus douce. Puis soudainement plus vive. Mais la sensation qui s'en dégageait était différente. Plus agréable. Plus chaude. Plus étourdissante. Elle pouvait presque sentir son cœur battre. Ses yeux s'humidifièrent quand elle vit les larmes monter dans ceux d'Ethan.
Laure ne l'avait jamais vu ainsi. D'abord stupéfaite, elle se sentit finalement bouleversée, perturbée, impressionnée, émotionnée.


- Le press book, Takada, le défilé. J'y tiens à tout ça. Tu le sais. Mais ils passent après toi Ethan. Je te crois pour l'entrevu. Je te crois.

Il lui remit une mèche de cheveux. Tout ce qu'elle fut capable de faire à ce moment-là, ce fut de lui caresser une joue en souriant et de déposer un baiser sur l'autre.

Il aurait aimé partir loin avec elle ? Ce fut la déclaration de trop. Elle passa aussitôt ses bras autour du cou d'Ethan et calla son visage dans le cou de son précieux colocataire.

- Je n'irai pas au défilé si cela peut te faire aller mieux.

Et elle se mit à pleurer à chaudes larmes. Si Ethan retenait les siennes, Laure en était incapable. Alors elle pleurait pour lui. Elle le serrait fort. Aussi fort qu'elle le put. À genoux sur le canapé, à côté de lui, pour mieux s'accrocher à son cou, elle laissait aller assez de tristesse pour deux. Assez pour elle et lui.

- Je t'attendrai avec le gâteau au chocolat
, murmura-t-elle entre deux sanglots. Tu auras intérêt de revenir avec des photos et le sourire. Quand tu étais en Australie, tu m'as manqué Ethan. Vraiment… beaucoup…

Une nouvelle vague de pleurs l'empêcha de continuer à dire ce qu'elle pensait. A chaque sanglot, tout son corps tressautait, serrant par à-coup le cou d'Ethan, qui était inondé de larme. Laure n'avait jamais autant pleuré. Pas devant Ethan. Pas depuis son "accident domestique".

- Tu me ferais un prix pour les photos de ma potentielle agence de stylisme ? Demanda-t-elle d'une voix enrouée par les pleurs, toujours accrochée à Ethan. Je te ferais un prix sur les beaux costumes que je te ferais. J'aime bien Hawaï…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 01] Le p'tit-déj, tu le veux avec ou sans la routine ?    Lun 22 Sep 2014 - 22:43

Il fut bouleversé de la réaction de sa colocataire. Surpris d'un contact aussi direct mais surtout, très touché de la voir pleurer ainsi. Il savait que l'évocation de sa déception amoureuse y était pour une grande part mais elle avait craqué quand lui-même s'était laissé aller à des aveux en tout genre. Elle s'était réfugiée dans ses bras, l'avait pris par le cou et pleurait à chaudes larmes en se serrant contre lui. L'émotion le submergeait et il devait trouver un moyen de reprendre pied, de reprendre le contrôle avant de déraper. De cette marée de sentiments contradictoires qu'il venait d'essuyer, il ne voulait retenir que deux choses. Elle acceptait de ne pas aller au défilé et elle le faisait pour lui malgré l'envie qu'elle avait d'y assister. Quelle plus belle preuve qu'elle tenait à lui pouvait-elle lui donner ? Ce n'était pas la peur d'un attentat qui l'avait dissuadée mais la peur de faire souffrir son ami.

Il baissa les yeux, caressa ses cheveux dont la coiffure était mise à mal par les péripéties, se redressa dans le canapé et se dégagea doucement en dénouant les bras qui enlaçaient son cou. Il soupira et la regarda de côté, timidement. Elle était si craquante dans sa robe. Avec une autre il aurait tenté le coup mais pas avec elle. Il repoussait l'idée de profiter de leur état d'émotion pour aller plus loin. Cela aurait été facile et cela avait été terriblement tentant, alors qu'il se sentait si perdu et la sentait, elle aussi, à la dérive, de se laisser aller à un réconfort, d'aller au delà de la tendresse fraternelle. Mais Ethan avait peur. Peur de perdre ce qu'il avait déjà, ce qu'elle lui offrait, le seul cadeau que la vie lui avait fait: l'amitié de Laure. Ce qu'ils venaient de partager était précieux, inespéré même si terriblement triste. Il ne voulait pas gâcher la confiance qu'elle avait en lui en venant compliquer quelque chose qui était simple et beau. Ils tenaient l'un à l'autre et voulaient s'éviter de souffrir. Le meilleur moyen de le faire passait nécessairement par le fait de rester amis et rien d'autre. Malgré son état encore fébrile, il était assez lucide pour savoir cela. Il s'excusa maladroitement de son excès en expliquant le mal dont il souffrait
.

- Ne t'inquiète pas pour la fièvre, ça va déjà un peu mieux. Je me sentais déjà bizarre à la descente de l'avion. C'est une crise de palu. J'ai la forme légère, un souvenir d'Angola... Mais la quinine est très efficace.

Il triturait bêtement la serviette éponge qui était encore sur ses genoux, tâchée de sang. Il n'osait reprendre le fil de la conversation qui était si grave, ni davantage tenter un sujet plus léger qui serait malvenu après ce moment difficile. Il se tourna vers elle, lui prit la main et tel un petit garçon gourmand, dit avec un petit sourire.

- Tu m'as donné faim avec ton gâteau au chocolat. Tu mettras de petites amandes grillées sur le dessus, comme j'aime ? En attendant, on a un pavé de saumon qui nous attend! Puis il ajouta en lui caressant la main sans s'en rendre compte Et puis, si tu veux que la fraise tagada te reçoive, il faut peut-être qu'on les fasse, ces photos, qu'en dis-tu ? On a 24 h pas plus ! Alors si on se dépêchait de manger pour aller ensuite à Montmartre ?

Il y avait encore beaucoup de non dit entre eux, de questions qui leur brûlaient les lèvres et Ethan savait que tôt ou tard il poserait les siennes et aurait à répondre à celles de Laure. Mais ce soir, il ne voulait que terminer la soirée en douceur avec elle, en lui offrant la possibilité de réaliser une étape de son rêve et il n'osait plus revenir sur la question du défilé de peur qu'elle ne change d'avis. Il y aurait dans la nuit, seulement Laure, Montmartre, les étoiles, Ethan et son regard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Siana


Mes Personnages

Date d'inscription : 22/08/2014
Messages : 202

MessageSujet: Re: [Jour 01] Le p'tit-déj, tu le veux avec ou sans la routine ?    Lun 22 Sep 2014 - 22:43

Laure se remettait doucement de ses émotions. Elle se sentait plus légère, mais plus triturée. La forme revenait. Mais des questions apparaissaient. Son geste pour Ethan avait été spontané. C'était sortit des tripes. Elle ne l'avait pas vu venir. Cela lui avait fait du bien. A elle comme à lui. Du moins elle espérait lui avoir donné du baume au cœur.

Encore une fois, il s'excusait. Ne savait-il faire que ça ? Elle ne cherchait pas les excuses. Mais plutôt les réponses. Elle voulait en savoir plus. Seulement, vu l'état dans lequel Ethan s'était trouvé soudainement, il n'était pas bon de tourner de nouveau le couteau dans la plaie. Sa "plaie" devait être grande, très douloureuse et ouverte. Sinon il n'aurait surement pas été aussi accablé, blessé, triste.

Ethan desserra les bras de Laure. Il se dégageait d'elle. Laure prit d'abord cela comme un geste visant à la repousser. Cependant, son geste d'affection sur sa main fit penser à Laure qu'il était peut-être tout simplement mal à l'aise. Ses parents étaient mort. Elle le savait maintenant. Il n'avait peut-être pas eu l'affection qu'elle avait reçu ? Peut-être qu'il avait eu assez d'affection pour le moment. Qu'importe, elle avait apprécié ce moment, même si sur le coup, elle était triste.


- Je ferai des dessins avec les amandes grillées. Des p'tites fleurs, dit-elle en souriant à Ethan, comme elle le faisait toujours quand elle allait bien.

Car oui, elle allait mieux. Elle allait bien. Avec Ethan, tout allait bien.

Laure s'installa avec son colocataire, ami, elle ne savait plus... Elle attrapa les assiettes et en donna une à Ethan. Elle lui fit même passer le verre de vin. Et ils mangèrent. Pas tout à fait en silence, mais c'était soudainement très calme. Quand ils eurent terminé, le shooting reprit. Laure dut se réhabituer au flash, au fait d'être vu à travers un appareil. Mais cette fois-ci, elle ne savait pas comment voir Ethan derrière son "jouet". Elle avait tellement de questions, concernant Ethan, concertant son passé, et eux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Jour 01] Le p'tit-déj, tu le veux avec ou sans la routine ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Quel pokemon vous seriez ?
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :
» mise a jour de la beta test

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imaginarium :: Le couloir infini des univers :: Space Chronicles :: [Chapitre 1] 1990 - La Délégation Terre-