.


Forum RPG multivers, plusieurs jeux de rôle sur 1 seul forum. Venez jouer dans des univers différents avec un seul compte sur le forum.
 

Partagez | 
 

 [Jour 03] Folle arrivée haineuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
MessageSujet: [Jour 03] Folle arrivée haineuse   Dim 14 Sep 2014 - 17:15

Sa femme, ses enfants, et si... Oui après tout ! Il n'y avait aucune explication logique ! Disparus tous autant qu'ils étaient, mais où ? Pourquoi ? Comment ? Aucun corps retrouvé par les forces de l'ordre sur l'île de Beauté, et aucun témoignage non plus en métropole... Passage vers le Maghreb ? Impossible, sa femme, et encore moins ses enfants, n'avaient de connaissances en cette région voire même ne savaient s'exprimer en arabe. Non, il n'y avait rien de logique ! La seule explication était l'enlèvement, mais par qui ? Depuis qu'Ils étaient arrivés, il avait trouvé la solution à tous ses problèmes... Ils venaient en paix ? Et mon cul c'est du poulet p't'être ? C'est à peu près ce qu'il s'était esclaffé lorsqu'il apprit la nouvelle dans un bar d'Ajaccio. Etonnamment ils arrivaient juste lorsque ses convictions prenaient de l'ampleur, juste quand il devenait persuadé de leur existence ! Qui pouvait dire qu'ils n'étaient pas venus auparavant sans les grandes fanfares, pour étudier l'espèce humaine, en prendre pour cobayes, qui ?

Cette nouvelle l'avait chamboulé, tous ses souvenirs refaisaient surface, entre nostalgie, tristesse et joie, il passait du tout au tout finalement. Mais il était hors de question de rester sans rien faire, un Corse, ça a du sang chaud dans les veines ! Il était remonté, n'avait encore jamais vu ces extraterrestres, mais il ne les aimait déjà pas ! Ils étaient devenu la cause première de son malheur depuis ces dernières années. Il ne fallut pas grand temps pour qu'il regroupe le peu d'affaires qu'il gardait chez lui, ainsi qu'une carabine de chasse soigneusement rangée dans son sac avec ses cartouches, entre deux longues serviettes de toilettes. Portefeuille en poche, il prit aussitôt un aller simple pour Marseille par le premier Ferry de passage, puis grimpa quelques heures plus tard dans un TGV. Direction la capitale ! Ces sales aliens allaient avoir du mourron à se faire !

Dans le train, tout semblait calme pourtant, si l'on faisait fis des discussions, chuchottements ou du surnombre de passagers à bord du train, tout cela lié à l'arrivée de ces "visiteurs". Lui de toute façon avait appris à fuir les gens, fuir la compagnie, il ne la supportait plus, il n'avait pas accepté que sa compagne, ses enfants disparaissent, et encore moins de les penser morts. Refaire sa vie ? Impossible ! Ils le hantaient bien trop ! Toute une vie construite, réduite à néant du jour au lendemain, sans raison, sans savoir pourquoi... Il attrapa son sac, bousculant au passage une femme bourgeoise à ses cotés, puis sortit une bouteille cachée par du papier journal pour ne pas voir son contenu, la porta à ses lèvres et en but quelques gorgées. Il lui fallait du courage, même s'il avait un tempéramment plutôt impulsif depuis qu'il avait perdu sa famille, il n'avait encore jamais bravé les lois, ni même donné la mort, du courage il allait en falloir. Lorsque la bourgeoise se mit à râler parce qu'il prenait un peu trop de place, il se contenta de lui répondre en la regardant droit dans les yeux.


- Ta gueule connasse !

Le ton était chancelant, un peu à la manière d'un homme ivre, mais il avait encore suffisamment de raison pour savoir ce qu'il disait ou faisait jusqu'à maintenant. Cette simple phrase on ne peut plus claire figea un O parfait sur le visage de cette femme, probablement pas habitué à une telle vulgarité. Le voyage se passa donc presque sans encombre jusqu'à la gare de Lyon. Premier sorti, il avait son sac à dos de camping sur le dos, tout ce qu'il possédait était là, maintenant il ne manquait plus que trouver de quoi loger, il dormira même sous les ponts s'il le fallait, la seule chose en tête était son idée de vengeance de toute façon. Le changer ? Difficile, lui n'y pensait même pas, mais qui sait, Paris n'était elle pas la ville de la cour des miracles il y a quelques dizaines d'années ? Quand il sortit du hall de la gare, son premier geste fut de lever les yeux vers le ciel pour apercevoir ce fameux vaisseau... L'histoire pouvait commencer... Son histoire pouvait reprendre selon lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Upsilon
Gardien d'une porte

Mes Personnages

Date d'inscription : 24/08/2014
Messages : 322

MessageSujet: Re: [Jour 03] Folle arrivée haineuse   Dim 14 Sep 2014 - 17:21

Le soir même de l'attentat, Élise avait pris l'avion pour Marseille. Dans la cité phocéenne, elle avait rendez-vous sur les docks du port pour récupérer un objet important, provenant tout droit d’Égypte. Après une nuit de négociation pour le prix de l'objet en question, elle prit le TGV à destination de Paris.

Dans le train, Élise était assise deux rangées derrière Nicolas Santoni. Son paquet serré contre elle durant tout le trajet, elle avait observé l'homme, le trouvait méprisable. Mais heureusement pour lui, elle ne le répugnait pas autant que les Elyriens. Élise ne put s'empêcher de secouer négativement la tête quand Nicolas Santoni insulta sa voisine. Elle soupira et ferma les paupières afin d'essayer de dormir un peu. D'un seul œil, afin de protéger son paquet de l'autre. Elle n'y parviendra pas. Elle ne pouvait s'empêcher de garder les yeux rivés sur cet homme mal poli. Son attitude l'inquiétait. Il pouvait très bien attirer l'attention de personnes désireuses de lui casser le nez. Impossible de déterminer comment une bagarre se déroulera. Élise se trouvait à proximité de l'homme faiseur de trouble. Si une bagarre se déclenchait, elle et son paquet pouvaient se retrouver en bien mauvaise posture. Le sommeil ne vint donc pas. Élise fixait toujours l'homme.

Quand le train arriva en gare Lyon, Élise poursuivit son voyage en prenant un chemin opposé à celui pris par l'homme, faisant attention de ne pas percuter des passants, évitant les touristes et leur gros sac à dos, qui regardait plus l'architecture de la gare que les gens qui les entouraient. Dehors, un taxi devait l'attendre. S'était en tout cas ce que Billy lui avait dit. Il n'avait rien promis, alors Élise se doutait qu'elle devrait en trouver un elle-même.

Elle s'approcha des portes du hall, qui s'ouvrirent sur son passage, les franchit d'un pas décidé et s'arrêta brusquement. Un individu venait de piler devant elle afin de regarder le vaisseau de la Délégation. Instinctivement, elle tâta son paquet. Il ne pouvait rien avoir, elle ne l'avait pas percuté. Mais sans s'en rendre compte, elle avait vérifié si tout allait bien. Furieuse, elle contourna l'homme en lui disant :


- Vous pourriez faire attention, touriste. Vous allez faire tomber quelqu'un en vous arrêtant ainsi au milieu du trottoir.

Là, elle reconnut Nicolas Santoni.

- Pourquoi ne suis-je pas étonnée, marmonna-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 03] Folle arrivée haineuse   Dim 14 Sep 2014 - 17:21

Leur vaisseau était tout de même impressionnant, recouvrant quasiment la totalité du ciel, du moins de ce qu'il pouvait en apercevoir. Il resta là plusieurs secondes à ruminer intérieurement sa haine envers ces elyriens. Il ne les connaissait pas, mais il sentait qu'il y avait quelque chose de louche chez eux. Venir en paix, ils avaient des technologies bien plus avancées que les notres, qu'avaient ils à gagner de cette "paix" alors qu'ils n'avaient probablement rien à craindre de la race humaine ! C'était un peu comme si l'homme venait en pleine forêt amazonienne et cherchait à établir un contact pacifique avec des primates. La différence de technologie était à peu près semblable après tout, entre leurs atomiseurs, les vaisseaux et probablement bien d'autres choses. Pour lui, ces secondes lui paraissaient une éternité, le voilà face à l'objectif qu'il s'était fixé, envers et contre tous, sans soutien, comme sidéré devant l'immensité des choses qui lui faisaient face aujourd'hui. Lui n'avait pas souvent quitté sa Corse natale, alors Paris... Puis ce vaisseau, c'était presque trop pour lui ! Mais la haine trouvait toujours où croitre chez l'homme, et lui avait tellement de vide en lui depuis la disparition de sa famille qu'il y avait bien plus de place que nécessaire.

C'est un son qui le fit revenir à la "raison", sortir de ses rêveries. Une jeune femme venait de s'arrêter derrière lui et râlait à son encontre. Lui touriste ? Il se retourna pour lui faire face, prêt à "dégainer" plus vite que l'éclair ses remarques acerbes. Il était devenu ainsi, ce n'était pourtant pas dans sa nature profonde, mais le temps l'avait changé, abattu pour faire de lui un être abject pour s'isoler du monde.


- Il t'emmerde l'touriste ! T'as qu'à r'garder d'vant toi, grognasse va !

Il ne la reconnut pas, de toute façon les visages avaient tendance à s'effacer de sa mémoire avec les litres de boisson qu'il ingurgitait pour oublier. Il attrapa sa bouteille dans son sac et en but une rasade devant elle, avant de relever les yeux vers ce vaisseau, puis cracha au sol, signe primal de son humeur massacrante rien qu'à la vue de ce vaisseau. Il se retourna, ne prêtant que peu d'attention à cette femme, une parisienne parmi tant d'autres, métro boulot dodo comme ils disaient là bas ! Pas de vie, stressés à plein temps, ils faisaient office de yorkshire en quelque sorte, obéissant docilement, et aboyant dès que quelque chose les sortait de leur train train quotidien, sans jamais mordre, ou presque... Lamentable... En regardant le vaisseau, il fit quelques pas pour reprendre sa marche tout en marmonnant tout bas, comme s'il parlait pour lui mais ayant pris le vaisseau pour sujet.

- Ca m'donne envie d'gerber...

Il n'avait pas chuchoté, mais n'avait pas crié non plus, seul une personne proche de lui physiquement aurait pu entendre son état vis à vis de cela. Il replaça son sac sur l'épaule et regarda autour de lui. Par où devait il commencer ? Il lui fallait trouver un de ces oiseaux de malheur d'elyrien pour le questionner à sa façon sur sa famille. Oui, son but restait le même, une part de lui n'y croyait plus, mais de l'autre coté, c'était la seule chose qui le maintenait "vivant".
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Upsilon
Gardien d'une porte

Mes Personnages

Date d'inscription : 24/08/2014
Messages : 322

MessageSujet: Re: [Jour 03] Folle arrivée haineuse   Dim 14 Sep 2014 - 17:23

Élise tournait le dos à l'homme quand celui-ci fit de nouveau preuve de grossièreté. Elle fronça les sourcils et secoua la tête par dépit. Elle se tourna brusquement pour lui faire face et le dévisagea, le scruta de bas en haut, puis de haut en bas. Il semblait pourtant propre sur lui. Il avait voyagé dans le TGV avec un billet en règle puisque le contrôleur ne lui avait rien dit lorsqu'il avait poinçonné le billet. Il n'était donc pas SDF. En général, ce genre de comportement était à attribuer aux SDF. Cependant, il avait tout de même tout de l'ivrogne. Et quelle idée de cacher sa boisson dans un sac. Comme si les gens étaient idiots et n'avaient pas assimilé son comportement à son levé de coude fréquent.

L'homme semblait totalement ailleurs. Était-il simplement alcoolique ou était-il aussi drogué pour donner l'air de planer ?

- Je ne sais pas si touriste est le meilleur mot pour vous qualifier. Malotru n'est même pas assez fort, lança-t-elle sèchement.

L'homme ne fit même pas attention à elle. Il s'était retourné pour maugréer dans sa barbe. Élise lâcha un "tss". Elle tourna les talons pour s'élancer vers la bouche de métro qu'elle apercevait non loin d'elle. Elle ne leva même pas les yeux vers le vaisseau de la Délégation, comme le faisait d'ailleurs tous les voyageurs ne les ayant jamais vu. Ce n'était pas qu'elle n'y prêtait plus attention. Ha ça non ! Sinon elle n'aurait pas fait tout ce voyage depuis Marseille pour son précieux paquet égyptien. Paquet que Billy, chef des anti-Elyrien, attendait patiemment. Ou du moins, avec sa patience à lui. Une patience qui pouvait être mise à mal par le moindre pic de colère. Élise devait faire vite. Mais ce n'était pas sans compter sur les nouveaux propos de l'homme qu'elle prit pour son compte, pour la retenir encore un peu.


- Est-ce moi qui vous donne la nausée ?! s'exclama-t-elle en se mettant face à lui une énième fois. Vous vous êtes regardé ?

Elle espérait vivement qu'il ne parlait pas d'elle. Élise serait capable, dans ce cas, de poser délicatement son paquet au sol, son sac à main et de sortir le petit objet ressemblant à une montre à gousset, qu'elle cachait dans la poche de son manteau. Elle serait capable d'amener l'homme dans un endroit désertique et de l'y abandonner. Même si Upsilon avait été très claire, que le Déphaseur ne lui était prêté qu'au cas où elle avait du retard pour arriver au port, Elise n'hésiterait pas un instant à se débarrasser de ce grossier personnage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 03] Folle arrivée haineuse   Dim 14 Sep 2014 - 17:23

Comme si cela ne suffisait pas, cette femme était en plus de cela, bruyante comme jamais ! Il n'y prêtait pas vraiment attention, bien trop occupé à regarder son destin, à appréhender ce qu'il allait devoir faire depuis qu'il s'était mis en tête de se venger des Elyriens. Un personnage un peu fou ou tout simplement grotesque oui c'était ce qu'il faisait penser, pourtant il avait une détermination à toute épreuve. Malotru peut être ? Elle n'avait pas tort dans le fond, mais cela n'avait plus d'importance. Quand on a déjà perdu la vie en perdant ceux que l'on aime, alors plus rien n'a d'importance, le monde, le plaisir, tout ce qui pouvait l'entourer devenait aussi fade que de la craie en bouche.

Il ne chercha même pas à relever sa phrase, il n'était pas là pour se défouler sur une autre personne qu'un de ces étrangers venus d'ailleurs. Pourtant elle parvint quand même à le faire se retourner. Elle, lui donner la nauser ? Et pourquoi donc ? Il se retourna vers elle en la regardant avec de grands yeux.


- Pardon ? Parce que vous êtes encore là vous ?

Il secoua la tête de gauche à droite en signe de dépis, elle allait lui faire perdre son temps encore longtemps comme ça ? Il n'avait pas envie de parler, et encore moins de faire le jeu des parisiens : râler pour le plaisir de râler.

- Z'êtes un d'ceux là ?

Il pointa du doigt le vaisseau dans le ciel sans le regarder, fixant la jeune femme avant de reprendre.

- Si c'est l'cas, alors oui vous m'donnez envie d'gerber !

Il avait été probablement suffisamment clair. Dans son ton, ses mots simples, on pouvait y entendre toute la haine qu'il pouvait leur porter, et son comportement inhabituel laissait penser qu'il avait quelque chose derrière la tête. Le tout maintenant était de savoir comment il pourrait coincer un de ces élyriens ou encore grimper à l'intérieur de ce vaisseau. Il souffla légèrement avant de fermer les yeux quelques secondes, puis entreprit cette fois de faire quelques pas vers la première rue qu'il pouvait voir de la sortie de la gare. Au moins cette femme ne pourra plus dire qu'il s'en prend à elle d'une quelconque manière.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Upsilon
Gardien d'une porte

Mes Personnages

Date d'inscription : 24/08/2014
Messages : 322

MessageSujet: Re: [Jour 03] Folle arrivée haineuse   Dim 14 Sep 2014 - 17:24

Élise ne savait pas si elle devait être choquée ou énervée face à la comparaison qu'avait fait l'homme. Oser la comparer aux ignobles créatures qu'elle prenait soin de haïr. Elle qui œuvrait dans l'ombre pour leur nuire et les faire quitter la Terre.
Elle avait couru un risque au défilé, en préparant et surveillant le bon déroulement de l'attentat mis en place par La Voix de la Liberté, avec le concours des Zassagoriens. Il leur avait fallu des semaines de préparation, un long travail d'infiltration dans le service traiteur et la société de sécurité chargée de la surveillance du défilé, des jours de repérage afin de trouver l'endroit idéal pour se cacher en cas de fuite. Après tout, c'était son job avant de rejoindre Billy et son groupuscule. L'idée du poison contre les deux ministres, c'était la sienne !
Élise donnait tellement d'elle-même pour lutter contre les Elyriens que la comparaison faite par l'homme, probablement ivre, lui donnait la nausée comme si elle but autant que lui.

Élise prit sur elle. Elle ne devait pas s'en prendre à l'homme. Même si elle avait déjà tué, elle le faisait sur contrat. Là, cet ivrogne n'était rien. Et puis, il y passerait bien un jour, probablement à cause de l'alcool qu'il ingurgitait. Alors à quoi bon faire des efforts pour l'éliminer et perdre un temps précieux. Élise se contenta donc de répondre en gardant un calme presque irréel vu la taille de l'offense dont elle se sentait victime.

- Merci de ne pas me comparer à ces merdes volantes, dit-elle en jetant un regard froid à l'homme. Si vraiment vous ne les aimez pas, plutôt que de comparer des terriens à eux, vous devriez peut-être éviter de trop lever le coude, de gonfler votre foie d'alcool et agir en bon terrien. Vous ne lisez pas la presse ? Vous n'avez pas vu ce qu'ils ont fait au défilé ? Renseignez-vous un peu et agissez contre eux plutôt que de cracher lâchement votre venin.

Élise ricana en repensant au fait de cracher son venin.

- Amusant. J'en connais quelques uns pour qui cracher leur venin contre les Elyriens est loin d'être du figuré,
se dit-elle sans se soucier d'être entendue par l'homme.

Elle songea aux Zassagoriens, leurs petits crochets de serpent et le venin qui en coulait. Elle se souvint alors de la démonstration qu'ils avaient fait pour convaincre La Voix de la Liberté de leur puissance. Il avait déversé une simple goutte de leur venin dans une petite entaille faite sur une vache. La bête était morte en très peu de temps. Elise ne put s’empêcher d'imaginer Vranak, le chef des Zassagorien, mordre Adam. Elle ne put retenir son sourire sadique en imaginant le chef des Elyriens tomber, convulser et rendre l'âme. Encore fallait-il que les Elyriens en ait une...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 03] Folle arrivée haineuse   Dim 14 Sep 2014 - 17:25

Nicolas l'écoutait d'une oreille, tantôt d'une autre. Elle n'avait pas l'air d'apprécier non plus ces choses volantes ainsi que leur propriétaire. Il ne put qu'esquisser un sourire amusé à ses mots concernant son comportement. Pourtant il n'était pas ivre, encore sain d'esprit, mais bon... tous les fous disent cela n'est ce pas ? En tous les cas, il ne se sentait nullement entravé par des effets quelconques de l'alcool qu'il avait pu boire. Mais son sourire ne dura pas bien longtemps quand elle se mit à supposer qu'il n'était là que pour déblatérer sans agir. Comme s'il avait fait tout ce chemin pour rien. Il rangea subitement sa bouteille dans son sac, puis empoigna le col de la femme qui lui faisait face sans aucun ménagement, au point de faire vaciller ce qu'elle transportait avec elle. Important ou pas il n'en avait que faire, fragile ou non ? Peu importe ! Il approcha son visage du sien, alors que des parisiens s'intéressaient un peu à la scène, près à avertir la police pour éviter tout drame.

- Ces chiens m'ont volé ma vie ! Mais tu n'peux pas comprendre toi ! Ma femme, la chaire de ma chaire, ma famille ! Ah oui, je ne suis là que pour cracher lachement mon venin ? C'la fait bien longtemps que j'n'en ai plus de ce venin ! Un jour... Un jour vous verrez ! Ces chiens passeront de mille pieds au dessus de nos têtes à mille pieds en dessous de nous ! De toute façon... J'n'ai plus rien à perdre, j'suis d'jà mort !

Il ne la secouait pas, mais la gardait près de lui en lui parlant comme solennellement, grognant plus que parlant d'ailleurs, comme poussé par une haine sans fin qui l'embarquait avec elle dans le monde de souffrance et de vengeance qu'il cotoyait depuis la disparition de sa famille.

- C'n'est pas une fille comme vous qu'avez à m'donner des leçons !

Comme il fallait s'y attendre, des policiers avançaient vers eux tranquillement, pour le moment il n'y avait aucune agression, c'était plus par prévention qu'autre chose. Il relacha alors le col et pesta intérieurement contre cette écervelée aussi jeune que bavarde qui s'était permis de le juger. Oui c'était bien un des seuls sujets qu'il ne fallait pas aborder avec lui, de toute façon, la souffrance rend fou tout homme qui se doit de vivre avec. C'était un peu comme si on lui avait arraché le coeur encore chaud, sans prévenir, et qu'on le laissait en vie avec ses aptitudes mentales. Un monde sans amour, sans compassion, empli de haine et de déraison, voilà tout simplement ce dans quoi il baignait depuis des années. Aussi rancunière pouvait elle être envers ces Elyriens, ce n'était qu'une broutille face à la haine qu'il leur portait.

- Sur ce... J'vous souhaite pas une bonne journée !

Il se retourna une seconde fois et chercha à s'éloigner de ce lieu afin d'éviter tout problème, surtout éviter la police et ses interrogatoires. Il était là et ne voulait pas être dérangé tant qu'il n'avait pas mis en place son plan pour accomplir sa vengeance. Il était remonté, énervé un peu plus qu'à l'arrivée, mais il lui fallait d'abord trouver des informations sur ces êtres pour connaitre et leur force, mais aussi leur faiblesse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Upsilon
Gardien d'une porte

Mes Personnages

Date d'inscription : 24/08/2014
Messages : 322

MessageSujet: Re: [Jour 03] Folle arrivée haineuse   Dim 14 Sep 2014 - 17:25

S'il croyait l'intimider en la saisissant par le col de son manteau, il se trompait. Élise revenait de Marseille, où elle avait entrepris une négociation, seule, avec des gros bras de la mafia sicilienne. Pourquoi Marseille ? Pourquoi commercer avec la Cosa Nostra ? Billy avait ses raisons. Les Corleonesi aussi. Élise ne s'intéressait pas aux motivations de son chef et de celui des hommes qu'elle avait rencontré. Fort charment, ces siciliens. Bien plus que la brute qui l'empoignait actuellement. Et pourtant, eux étaient mafieux et lui était... qu'était-il ? Une chose était certaine, il était sacrément remonté contre les Elyriens. A l'écoutait, il avait perdu sa famille. Il semblait les accuser de la disparition de sa femme et de sa progéniture. Au moins, il n'était pas l'un de ces illuminés qui disaient avoir été enlevé par des extraterrestres et ramenés sur Terre par les Elyriens. Cet homme ne semblait pas être du genre à se promener nu avec une pancarte "fin du monde" accrochée au cou.

Élise sentit les relents d'alcool lorsqu'il approcha son visage du sien. Elle ne bougea pas, ne se défendit pas même si elle en était capable, ne dit rien. Elle resta impassible. Elle ne se mit pas en colère, ne le supplia pas de la lâcher. Pourquoi se libérer de son emprise alors qu'il se mettait à parler de lui.

Il se disait déjà mort. Il réagissait comme toutes personnes n'ayant plus rien à perdre et n'hésitant pas à se sacrifier pour atteindre son but. Une sorte de kamikaze. Élise connaissait bien ce genre de personne. Elle n'était pas bien différente de cet homme. Ses collègues aussi. En fait, un grand nombre des hommes de La Voix de la Liberté n'avait plus rien à perdre, tout à donner, jusqu'à la vie. Il intrigua la jeune femme. Le voilà maintenant sa cible. Sans s'en rendre compte, il venait d'attirer l'attention d'une des responsables de l'attentat du défilé.

Apparemment, elle n'avait pas de leçon à lui donner. "Une fille comme elle". S'il savait à qui il s'adressait. S'il savait qu'elle était un agent du Mossad. Élise n'était pas son véritable nom. D'ailleurs, qui usait de son vrai nom au sein de La Voix de la Liberté ? Personne. Pas même Billy, elle en était certaine.

Il la relâcha et lui souhaita une bonne journée. Ho ! Sa journée allait être plus bonne que prévue. Elise sortit son téléphone portable de la poche de son manteau, déplia l'énorme antenne et appela Billy.


- C'est moi........ oui, je l'ai mais je ne pourrai pas l'apporter en main propre........... non...... je viens de tomber sur une étrange personne, le genre que tu aimes bien. Tu sais, ceux qui n'ont plus rien à perdre et aimeraient bien vomir sur le visage de l'Autre................. non je le suis........... je t'envoie le paquet au point d'envoi............................ tant pis je ferai sans le déphaseur pour rentrer......................................... je sais que c'est risqué depuis hier soir mais je sais parfaitement me débrouiller, dois-je te le rappeler ?..................................... à ce soir.

Élise raccrocha et suivit à distance l'homme qu'elle venait de rencontrer. Tout en marchant et en le gardant à l’œil, elle programma le déphaseur pour que celui-ci se téléporte au point d'envoi de Billy. Elle s'arrêta quelques secondes, posa son paquet au sol et le déphaseur sur le paquet. Elle appuya sur le bouton. Une seconde après avoir appuyé, alors que sa main venait à peine de se détacher de l'objet, le paquet et le déphaseur disparurent. Elle se releva et chercha l'homme du regard. Il était à une vingtaine de mètre devant. Elle continua de le suivre à bonne distance, sans vraiment faire attention à ne pas être vue. Elle ne cherchait pas à le filer discrètement. S'il la voyait, cela ne faisait rien. Au contraire, elle pourrait le tester !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 03] Folle arrivée haineuse   Dim 14 Sep 2014 - 17:26

Un interlude qui n'avait rien de musical... Cette légère altercation avec cette femme était déjà oubliée dans son esprit. Les Parisiens étaient vraiment étranges... Ralant pour tout et rien, cherchant querelle dès que possible, mais dès que le conflit arrive, plus rien ne se passe. Elle n'avait ni bougé, ni cherché à se débattre ou à se défendre tout simplement quand il l'avait agrippée par le col. Non, elle était restée calme à l'observer et l'écouter. C'était un comportement qu'il ne comprenait pas. M'enfin, quel intérêt de revenir sur cela ? Elle lui avait fait perdre un peu de temps, c'est tout ce qu'il fallait retenir de cela. La première chose pour lui qu'il se devait de faire, c'était de se trouver un hôtel. Il avait avec lui ses économies d'une vie, et une arme à feu des plus efficaces pour prévenir, comme pour donner la mort. Il n'y avait jamais été par quatre chemins de ce coté, un fusil à pompe à canon scié, rien que cela, bien entendu avec de nombreuses munitions. Tout était dans son sac, et le transporter ainsi n'était pas la meilleure des choses à faire. Le point positif dans la capitale, c'est que se trouvaient de nombreux hôtels près des gares. Il se dirigea donc vers l'un d'entre eux, marchant quelques minutes car il ne voulait pas non plus trouver un hôtel "trop bien", non, il voulait un hôtel standard, même bas de gamme peu importe, du moment qu'ils ne posent pas de questions sur ses allers et venues.

On le suivait, il n'en avait aucune impression et s'en fichait plus que royalement pour le moment. Il traversa une longue rue pour trouver un hôtel dans une ruelle un peu plus déserte, pas trop éloignée de la gare d'où il était arrivé. Entrant à l'intérieur, il demanda s'il restait une chambre de libre, puis paya le guichetier pour la réserver pour la semaine. Tout se faisait en liquide, c'était ce que préféraient les commerçants. Quand il obtint les clés de sa future chambre, il ne tarda pas à monter. Premier étage, chambre 17, pas bien difficile à trouver, il n'y avait pas non plus énormément de chambres à chaque étage. Quand il arriva devant la porte, il ouvrit avec la fameuse clé, puis déposa son sac sur son lit. Il en sortit un manteau noir, ample, du style perfecto en cuir noir qui tombait jusqu'à ses genoux. Son fusil posé à coté sur le lit, il garda quelques billets avec lui, puis enfila ce nouveau manteau en plaçant à l'intérieur le fusil. C'était une tenue assez voyante, mais sans le toucher il était impossible de deviner qu'il transportait une arme avec lui.

Quand il eut terminé, c'est à dire au bout d'une dizaine de minutes, il entendit quelques sons venant de la chambre de droite, des gémissements de part et d'autre, il esquissa un sourire, mi amusé, mi nostalgique. L'hôtel était bien finalement, un lieu de passage pour des rencontres sur le pouce, ou entre amants, donc un lieu qui se devait être plus officieux qu'officiel. Il sortit donc de sa chambre avec les nouvelles clés en poche, puis quitta l'hôtel, laissant le couple d'à coté s'adonner à mille plaisirs si cela pouvait leur chanter. Qu'ils profitent, ils ne savent peut être même pas la chance qu'ils ont de pouvoir être ensemble. Il lui fallait se sortir de ces idées, la nostalgie ne lui servait pas pour ce qu'il entreprenait de faire. Il salua l'homme qui lui avait remis les clés en passant devant lui, puis retourna à l'extérieur. C'est là qu'il aperçut la femme avec qui il s'était... disons entretenu avec une certaine véracité. Il se demanda ce qu'elle faisait là, elle avait l'air d'attendre. Pourtant personne n'était près d'elle, et elle semblait le fixer de son regard.

Il ne pouvait se douter de qui il s'agissait, d'ailleurs il ne connaissait même pas ce groupuscule. Il avait eu connaissance et même appartenu par le passé à quelques indépendantistes corses, mais depuis la disparition de sa famille, il avait tout plaqué. Les informations n'étaient pas non plus son fort, il s'était fermé à tout, la seule chose qui avait pu se glisser dans sa bulle, c'était l'apparition de ces satanés extra-terrestres qu'il haissait tant maintenant. Il la regarda quelques instants, relevant son regard un long moment, puis s'engouffra dans la ruelle, ne cherchant plus maintenant à trouver les grands axes, il partait à la pèche aux informations voilà tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Upsilon
Gardien d'une porte

Mes Personnages

Date d'inscription : 24/08/2014
Messages : 322

MessageSujet: Re: [Jour 03] Folle arrivée haineuse   Dim 14 Sep 2014 - 17:27

Élise avait suivi l'homme en rogne tout du long. Au début, elle ne veillait pas à se cacher, à le filer discrètement. Elle voulait qu'il se sente épié. Au fur et à mesure, elle se fit encore moins discrète. Elle marchait au milieu du trottoir, faisait claquer ses talons sur le pavé, se tenait qu'à une dizaine de mètre derrière lui. Pourquoi chercher à paraitre invisible alors que son but était justement d'attirer son attention, de le faire venir à elle afin de l'amener à lui poser des questions sur la raison de cette filature. Qui à ce qu'il se montre encore violent et agressif.

Elle le suivit à un hôtel tout ce qu'il y avait de plus banal dans les rues adjacentes à la gare. Un hôtel calme, ni miteux ni cosy. Le genre qui ne figurait pas sur les guide touristique, qui voyait passer toutes sortes de chose et de gens et d'où diverses choses y entraient mais dont aucune information n'en sortait. Élise resta dans la rue tandis que l'homme entrait. Pas la peine de le suivre, elle savait qu'elle n'allait pas avoir son numéro de chambre. Alors autant attendre dehors. Elle prit son téléphone portable et appela un des hommes de La Voix de la Liberté.


- C'est moi, j'ai besoin de fouille dans l'hôtel Rocelle, près de la gare du nord. Je veux que vous fouillez la chambre de toutes les personnes ont pris possession des clés de leur chambre...

Élise regarda l'heure et donna une tranche horaire d'une demi-heure à partir du moment où l'homme était entré.

- Envoie qui tu veux, mais il faut réussir à fouiller la chambre du super lascar que je viens de trouver. Dès que j'ai son nom, je te l'envoie pour diminuer le nombre de chambre à fouiller, si besoin est. Ce type, c'est le genre qui perd son calme et qui serait prêt à se faire tuer pour arriver à ses fins.

Une fois les ordres donnés, elle raccrocha et attendit. Pas trop longtemps car l'homme ressortit. Il ne portait pas la même veste. Celle-ci était large, longue. Élise avait les mains croisées derrière son dos, les pieds légèrement écartés. Elle était droite comme un i, tel un militaire au repos. Le regard fixement dirigé vers l'hôtel. Non. Elle fixait l'homme, le suivait de son regard pesant. Il la remarqua, elle le vit et ne s'en souciait pas. Au contraire, quand il reprit sa marche effrénée, elle l'imita et le suivit.

Cette fois-ci, elle diminua la distance entre elle et lui. La dizaine de mètre était à peine plus grande que la longueur du bras de l'homme. Elle était assez proche pour tout voir, tout entendre, se faire pesante et remarquée. Mais elle ne l'était pas assez pour qu'il l'empoigne s'il se retournait.

Finalement, au bout de quelques minutes de chasse peu discrète, Élise brisa le silence.


- Ce n'est pas en agissant ainsi que vous ferez un deuxième trou du cul à Adam, dit-elle assez fortement pour être entendue et avec une certaine familiarité grossière pour lui parler comme lui parlait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 03] Folle arrivée haineuse   Dim 14 Sep 2014 - 17:28

Un grand bol de spaghettis ! Voilà ce qu'était Paris aux yeux de Nicolas. Un monceau de ruelles qui se croisaient et s'entrecroisaient, parfois plus grandes ou larges que les autres, il n'y avait aucun ordre précis. En même temps, ce n'était pas son fort l'orientation. Il allait et venait au hasard, cherchant le moindre coin sombre où pouvait se réunir des personnes peu fréquentables. Il n'y avait pas trente six moyens de trouver ce qu'il cherchait, soit par la méthode propre, et dieu sait qu'elle prenait à la fois du temps et de la patience, soit en passant par les bas fonds et ses habitants, ces crapules infréquentables, insufflant la peur aux gens de bonne famille. Ils étaient ainsi, pas si différents des autres finalement, sauf qu'ils n'étaient pas nés avec une cuillère en or dans la bouche et avaient du se battre dans tous les sens du terme pour s'en sortir. D'ailleurs, se battre était bien souvent la seule chose qu'ils savaient faire.

Nicolas en avait l'habitude, il en avait déjà fréquenté lorsqu'il avait fait parti de ce groupuscule terroriste comme on les appelait. Beaucoup d'entre eux avait voulu les rejoindre pour passer du petit banditisme, arrachage de sac à main ou autre larcin de faible envergure, à des coups plus fumeux, comme les attentats, braquages organisés et tout autre chose nécessitant armement lourd, connaissance et organisation sans faille. La plupart du temps, ils étaient recalés assez rapidement, trop jeunes, trop immatures, trop tête brûlée.. Une sorte de tête brûlée prête à dégainer et tirer dès les premiers soucis rencontrés. Tout ce qu'il ne fallait pas faire en quelque sorte. M'enfin, au moins ils étaient du genre à écouter les rumeurs et à les disperser autour d'eux. Premiers informés, c'était là qu'il fallait aller pour réussir ce qu'il avait en tête.

Pourtant il y avait cette femme, il l'avait remarquée, elle le suivait depuis le début, que cherchait elle ? A sa sortie de l'hôtel, elle se trouvait à quelques pas de lui, le fixant, sans chercher une seconde à se cacher ni quoi que ce soit. Il avait repris son chemin, s'engouffrant toujours plus loin dans la pénombre, cherchant les endroits les moins bien fréquentés de Paris, alors qu'il la sentait se rapprocher au fur et à mesure qu'il avançait, jusqu'à ce qu'elle ne finisse par briser ce silence par une phrase qu'il n'aurait pas cru pouvoir sortir de ses lèvres. Qui était elle, que faisait elle et surtout, que lui voulait elle ? A ses paroles, il se stoppa net et se retourna pour la regarder. Une curiosité montait tout aussi rapidement que sa colère, encore fallait il savoir laquelle des deux allait éclater... Ils se trouvaient en plein coeur de Paris, éloignés de la gare, dans un chemin des plus déserts, presque pas fréquenté d'ailleurs.

Ce qui s'en suivit n'aurait peut être pas dû se faire. Ses anciennes habitudes, voilà ce qui prit le dessus. Il attrapa en quelques secondes son canon scié qu'il avait dissimulé à l'intérieur de sa veste, tout en s'approchant d'un bon pas de cette femme. Le bout du canon pointé sous son menton, il voulait voir son regard. Allait elle montrer des signes de peur, ou bien était elle également une habituée de ce milieu ? Beaucoup de questions se bousculaient dans sa tête, mais une seule ne sortit de ses lèvres.


- Qu'est ce que tu me veux ? Je n'ai pas besoin d'escorte, alors parle ! A moins que tu ne veuilles un deuxième trou du cul comme tu dis !

Son arme était chargée bien évidemment, d'ailleurs, elle avait pu entendre sans aucun problème le petit bruit, enfin assez fort tout de même pour la taille de cette arme, qui annonçait qu'une simple pression sur la gâchette aurait pu creuser son crâne d'un gouffre d'une bonne dizaine de centimètres de diamètre. Maintenant il fallait qu'elle parle, elle n'était pas comme les autres, ça il l'avait compris à son comportement, mais ce qu'elle voulait le tracassait particulièrement... Une flic ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Upsilon
Gardien d'une porte

Mes Personnages

Date d'inscription : 24/08/2014
Messages : 322

MessageSujet: Re: [Jour 03] Folle arrivée haineuse   Dim 14 Sep 2014 - 17:28

Élise ricana en voyant l'arme sortir de sous le manteau.

- On passe directement au tutoiement à ce que je vois. Même si mon aversion pour les Eyriens semble être la même que la votre, nous n'avons pas pour autant gardé les cochons ensemble. Merci d'en rester au vouvoiement, dit-elle en passant un doigt sur le bout du canon scié.

Elle fit glisser son index sur le bout du fusil et recula d'un pas. Tout en gardant son doigt sur le canon, qu'elle redirigeait légèrement vers la droite, elle se décala vers la gauche et fit un pas vers l'homme. Elle faisait toujours face à lui mais était à côté du fusil et non plus dans la visée.

- Astucieux d'avoir scié le bout de votre Franchi Fast Pro. C'est bien un Franchi Fast Pro, n'est-ce pas ? Astucieux car il est léger et peut maintenant se cacher facilement sous un manteau. Néanmoins, cela reste tout de même très encombrant.

Élise fit glisser son doigt de l'extrémité du canon jusqu'à son niveau, à moitié du canon.

- Je suis fatiguée. Mon voyage m'a épuisé. Je vais donc vous épargner l'humiliation. Vous n'aurez pas le nez collé au pavé. Je ne mettrai pas en pratique mes longues heures d'entrainement au Krav Maga. J'ai pas envie de trop bouger. La preuve, je n'ai fait aucun effort pour vous paraitre invisible. De toute façon ce n'était pas mon but. Ravie de voir que vous avez eu le culot de vous continuer votre promenade malgré mon attente devant votre hôtel, que vous ayez eu le cran de vous retourner et de pointer contre moi votre arme.

Élise fixait l'inconnu tout en lui souriant. Son visage rayonnait d'assurance. Elle savait ce qu'elle faisait. Après tout, ce n'était pas la première fois qu'elle agissait ainsi et elle avait vu pire. Le touareg algérien qu'elle avait recruté avait eu l'audace de la blesser. Ce qui valut encore plus d'estime à l'homme quand il eut rejoint La Voix de la Liberté.

N'ayant pas de temps à perdre, Élise entra dans le vif du sujet.

- Vous avez dit devant la gare qu'une fille comme moi n'avait aucune leçon à vous donner. Je crains que vous ne fassiez erreur. Quoi que... pour cela, il faudrait que vous sachiez ce qu'est une fille comme moi. Vous n'avez plus rien à perdre. C'est cela ? Mais si vous n'avez rien à perdre, qu'avez-vous à donner pour lutter contre la Délégation Terre ? Que seriez-vous prêt à faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 03] Folle arrivée haineuse   Dim 14 Sep 2014 - 17:29

Il aurait pu appuyer sur la gachette c'est certain, un canon scié, elle l'avait bien remarqué et détaillé, mais dans quel but. Elle avait pris la parole en écartant du doigt le canon du fusil, s'offusquant en premier lieux du tutoiement, puis le complimentant sur l'arme choisie, bien qu'encombrante à son goût. Il aurait pu prendre une arme de pointe, c'eut été plus facile à cacher, plus adéquat pour son maniement, mais ils étaient ainsi en Corse, préférant imposer dès le début sa présence et sa puissance pour écraser littéralement la victime. Lui épargner l'humiliation voilà qui fit naitre un léger sourire sur le visage de l'homme, il avait connu pas mal de femmes quand il faisait parti encore du groupe d'indépendantistes corses, mais toutes étaient pour le moins silencieuses et agissaient plus que ne parlaient.

Au moins, elle ne montrait aucune crainte, elle était même parfaitement dans son élément, ce qui semblait étrange. Cette femme au moins avait du cran. Elle devait probablement appartenir à une organisation spéciale car aucune personne normale ne réagirait de sa manière. Elle finit par lui poser quelques questions à la fin de son speech, avant de lui laisser quelques secondes de réflexion pour répondre.


- Vous avez raison pour le Franchi Fast Pro, encombrant, mais bien plus utile qu'une arme de pointe lorsqu'il est vide.

En temps normal, la crosse se serait déjà abattue sur l'arcade de la femme qui lui faisait face, ne serait ce que pour le ton qu'elle employait en sa présence, mais aussi pour lui répondre à presque toutes ses questions. Pourquoi cette arme, et bien parce qu'il ne s'en servait pas uniquement pour tirer mais aussi pour frapper. Lui n'était absolument pas friand des armes blanches, tout d'abord parce qu'il les maniait bien piètrement, mais aussi parce qu'il était bien trop simple de rater son coup avec ce genre de chose, même si cela s'avérait bien plus silencieux au bout du compte.

- La vraie question serait plutôt ce que je ne serais pas prêt à faire. Je veux détruire ces choses envahissantes que vous appelez Délégation Terre, et ce par tous les moyens. J'ai déjà par le passé donné la mort, je suis prêt à le refaire. Les Corses ont ça dans le sang.

Une petite phrase envolée dans la discussion, son canon s'était baissé pour finir près de sa jambe, replaçant le cran de sureté. Il cherchait des informations, c'étaient les informations qui l'avaient trouvé finalement, alors il ne chercha pas à faire de vagues, pas plus qu'il n'en avait déjà fait. Si elle faisait réellement parti d'une organisation, il pourrait alors s'en servir pour parvenir à ses fins, c'est tout ce qui lui incombait. Il regardait la femme, se demandant qui elle était tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Upsilon
Gardien d'une porte

Mes Personnages

Date d'inscription : 24/08/2014
Messages : 322

MessageSujet: Re: [Jour 03] Folle arrivée haineuse   Dim 14 Sep 2014 - 17:29

Il avait finalement baisser son arme. Mais avait-il baissé sa garde pour autant ? Élise se doutait que non. Elle resta donc prudente sur ses actions et dans le contenu de ses révélations. Il pouvait tout aussi bien être un Elyrien déguisé. Même si les Elyriens préféraient les peaux synthétiques de belles personnes, agréables à regarder, parfois très androgynes et plutôt jeunes, ils pouvaient très bien se camoufler sous un masque à l'aspect moins entretenu. Si seulement Upsilon était là pour scanner la Trace des potentiels Elyriens cachés parmi les humains. Élise s'était habituée à la présence de la Zassagorienne. Il fallait dire que sans écailles, Upsilon ressemblait plus à une humaine qu'aux siens. Elle s'était habituée à leur duo. Mais depuis l'attentat, il leur fallait se séparer un temps et passer inaperçu. Upsilon et sa perruque blonde allaient avoir bien des soucis pour faire preuve de discrétion.

L'homme disait ouvertement qu'il voulait la mort... non, la destruction des Elyriens. Élise n'en attendait pas mieux. Mais rester méfiante. Il pouvait très bien dire cela sans le penser.


- Ce n'est pas nous qui les appelons la Délégation Terre. Ce sont eux qui ont pris ce nom. Ils se sont présenté ainsi, il y a bientôt deux mois, quand ils sont arrivés cet été. L'automne arrive et ils sont toujours là. Alors après ces deux mois de villégiature sur Terre, vous pensez que les Elyriens vont se laisser tuer sans réagir ? Leur technologie peut facilement réduire votre arme en poudre. Ou vous réduire vous, en poussière. Et je ne parle pas au figuré, croyez-moi.

Élise écarta un pan de son manteau et dévoila un Pistolet désintégrant.

- Il ne faut pas sortir de Saint-Cyr pour faire marcher ces petites choses. Vous voulez savoir comment j'ai obtenu cette arme ? En faisant votre rêve le plus fou : en tuant un Elyrien. Vous pourriez répondre à votre propre question. Que ne seriez-vous pas prêt à faire pour arriver à vos fins ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: [Jour 03] Folle arrivée haineuse   Dim 14 Sep 2014 - 17:30

Lui se contentait d'écouter en détaillant la femme qui lui faisait face. Elle était différente des autres c'était une évidence. Elle lui expliquait ce qu'était la Délégation Terre, lui n'avait reçu d'informations que celles qui étaient passées à la télévision ou à la radio, rien de plus ni de moins. Il était vrai qu'ils étaient là depuis un moment pour ceux qui se disaient pacifiques... Cela paraissait tout de même plus à un siège qu'à une visite de courtoisie. Il ne réagissait pas quand elle lui parla de leur technologie, certes bien plus avancée que la sienne, mais il fallait bien se battre avec les armes que l'on possédait n'est ce pas ? Quand elle écarta son manteau pour lui montrer une arme plus perfectionnée, il esquissa un léger sourire, non vraiment elle n'était pas comme les autres. Etait ce elle qui allait donner un nouveau sens à sa vie ? Qui allait attiser cette flamme qui le dévorait chaque jour un peu plus ? Cette haine qu'il portait contre ces Elyriens ?

- Vous dites... Excusez je n'ai pas retenu votre nom.

Il savait qu'elle ne le lui avait pas dit, mais vu que la discussion l'intéressait on ne peut plus, il comptait bien reprendre cette rencontre du début.

- Sans vouloir vous manquer de respect mademoiselle, votre arme, si vous l'avez obtenue en tuant un Elyrien, c'est bien que vous avez réussi à tuer cette abomination sans leur technologie n'est ce pas ? Donc comprenez que cette arme trouera aussi facilement la peau de ces choses que vous avez pu trouer à l'époque avec votre propre arme.

Il sourit de nouveau, cette fois c'était presque d'envie, elle l'intriguait et surtout elle attisait sa curiosité.

- Vous me demandez ce que je ne suis pas prêt à faire pour arriver à mes fins... A l'heure actuelle, il n'y a rien que je ne puisse faire pour détruire ces envahisseurs. S'il faut tuer pour cela, j'endosserai ce rôle. S'il faut investir, j'investirai, s'il faut mentir, je mentirai. S'il faut trahir mes frères, je les trahirai, du moment que cela m'apporte la certitude que ce que je fais avancera ma cause et détruira l'image ou tout simplement physiquement cette Délégation Terre.

Il se rapprocha d'elle pour observer l'arme d'un peu plus près, sans la toucher, un simple regard admirateur qu'il ne cherchait en aucun cas à cacher. De loin, on aurait pu croire qu'il se penchait pour apprécier un peu mieux les formes de la jeune femme qui lui faisait face, mais non, c'était bel et bien son arme qui l'intéressait.

- Pourquoi toutes ces questions ? Qu'est ce que vous me voulez au juste ? Allez vous me guider dans ma quête ou bien voulez vous m'arrêter parce que je pourrais représenter un potentiel danger pour votre organisation ?

Son regard se redressa progressivement pour retrouver le sien, il n'y avait plus ce comportement rustre qu'il avait juste avant, c'était quelque chose qu'il maitrisait en quelque sorte et surtout qu'il avait construit pour repousser toute personne qui chercherait à faire du social avec lui. Très peu pour lui la pitié ! Seule la vengeance importait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Upsilon
Gardien d'une porte

Mes Personnages

Date d'inscription : 24/08/2014
Messages : 322

MessageSujet: Re: [Jour 03] Folle arrivée haineuse   Dim 14 Sep 2014 - 17:30

- Je ne vous ai pas donné mon nom, tout comme je ne vous ai toujours pas demandé le votre. Pour le moment, Élise vous suffira. Sous quel nom dois-je vous appeler ?

L'homme semblait très intéressé par l'arme qu'elle portait à sa ceinture. C'était l'effet escompté. Elise était satisfaite d'avoir attiré la curiosité de l'inconnu. Un homme prêt à trouer de l'Elyrien sans avoir peur de faire couler du sang, sans avoir quoi que ce soit à perdre... Cela ne courait pas les rues. Par elle ne savait quel miracle, un de ces spécimens si recherchés par La Voix de la Liberté était apparu sous son nez.

- Vous semblez être prêt à faire beaucoup de chose. Les infiltrations sous couverture... cela vous est-il possible ?

Vinrent alors les questions inévitables : l'organisation. Il parlait de quête. Elle ? Un guide ? Elle peut bien endosser ce rôle, ou faire semblant, si cela lui permettait d'enrôler ce type.

- Je peux vous guider oui. Vous voulez de l'Elyrien ? Vous en aurez. Vous les voulez tous ? Nous voulons la même chose et il vous est permis d'y participer. Néanmoins avant de vous parler de nous, j'ai besoin de savoir ce qui vous motive. Vos raisons personnelles. Qu'est-ce qui vous pousse à mettre votre vie en jeu pour sauver l'humanité ? Quel fut le déclencheur de votre quête ? Est-ce la peur, la colère, la vengeance ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Jour 03] Folle arrivée haineuse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qui a eu cette idée folle, un jour d'inventer l'école ? ♫ ...
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :
» mise a jour de la beta test

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imaginarium :: Le couloir infini des univers :: Space Chronicles :: [Chapitre 1] 1990 - La Délégation Terre-